Cliquez pour acheter

Elle n’a pas mâché ses mots, la ministre des . Interrogée dimanche sur 1 au sujet de la guerre en , et notamment sur la chute de Raqqa qui ne serait plus qu’une question de jours, a tout simplement déclaré : “Ce que nous voulons, c’est aller au bout de ce combat. Et, bien sûr, s’il y a des djihadistes qui périssent dans ces combats, tant mieux.” Comme on dit, ça, c’est dit ! Il ne me semble pas avoir entendu, de la part d’un en responsabilité, des propos aussi clairs sur un tel sujet. Entre nous, faut-il être de pour se permettre de dire cela ?

Certes, on est loin de la très délicate injonction de Poutine à propos des terroristes tchétchènes : “Il faut les buter jusque dans les chiottes.” On ne lui en demande pas tant, à Mme Parly. Loin, aussi, du célèbre et néanmoins apocryphe “Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens”, qui aurait été lancé en 1209 lors de l’assaut final sur Béziers durant la première croisade contre les Albigeois ! Là aussi, on ne lui en demande pas tant. Mais la déclaration de la ministre des Armées est bien loin du discours passe-partout hollandais. Du style ‘On doit faire preuve d’unité et de sang-froid’, phrase qui aurait pu tout autant avoir été prononcée dans un séminaire sur le management entrepreneurial que dans les vestiaires à la mi-temps d’un match de foot.

Parachutée au ministère des Armées après l’exfiltration manu militari de , Mme Parly ne connaissait apparemment rien au monde militaire et à celui, plus large, de la . Elle a su, en tout cas, rester prudemment à défilement de tourelle lors de l’affaire -Villiers, ce qui, certes, accrédita l’idée qu’elle ne pesait rien politiquement. Mais en réalité, qui pèse politiquement dans le gouvernement Philippe ? On dit qu’elle a bossé ses dossiers durant l’été. Elle a, du reste, fait une intervention remarquée durant la quinzième université d’été de la Défense, le 5 septembre dernier, événement qui rassemble les principaux acteurs de la communauté de Défense : civils, militaires, politiques, administrations, industriels. À la fin de son discours, dans son évocation de nos ambitions de Défense, elle a souhaité une Défense qui inspire le respect de nos alliés et la crainte de nos ennemis”. Ce qui est notable, dans cette phrase, c’est évidemment l’expression “crainte de nos ennemis”. Il semble bien loin, le temps où nos politiques dans leurs discours se gardaient d’employer le mot « ennemi », sauf évidemment pour qualifier l’adversaire politique absolu – je veux parler du Front national !

À l’automne 2014, le général (2s) François Chauvancy écrivait sur son blog : “Il est vrai que désigner un être, un groupe humain, un État comme “ennemi” inspire la crainte en démocratie…. Il est cependant temps de se réapproprier sans complexe la notion d’ennemi…” Il poursuivait : “De fait, malgré les Livres blancs qui auraient dû l’identifier, l’ennemi n’existe pas pour la France.” Et Charlie vint. Trois mois après… Et le discours a commencé à se désinhiber. Verba non acta ! Certes. Mais la politique, c’est aussi un discours.

Le prestigieux 501e régiment de chars de combat, titulaire de la Croix de la Libération, possède une devise terrible : “En tuer.” Son cri : “501, France libre !” Tout est résumé.

“S’il y a des djihadistes qui périssent dans ces combats, tant mieux.” Ça, c’est dit, donc. En tout cas, pour l’ennemi extérieur…

16 octobre 2017

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Une recette de pieds de cochon au deuxième jour, là, franchement…

RTL ferait bien de se mettre au goût du jour. …