Confiante dans un avenir radieux, la population avait voté, en 2017, pour le nouveau monde. Fini, les renvois d'ascenseur, les combines et les grosses ficelles ; adieu, consanguinité, politique politicienne, retournement de veste, affaires judiciaires et conflit d'intérêt ! On allait voir ce qu'on allait voir. Et on a vu.

Voici, désormais, deux nouveaux conseillers politiques, appelés au chevet d'Emmanuel Macron depuis quelques heures, dans un contexte de remaniement des cabinets. Ministériels, j'entends.

Thierry Solère, d'abord : ancien UMP-LR, ancien franc-maçon et consultant en tout genre, il est passé dans le camp En marche ! en 2017 avec une absence de scrupules tout à fait remarquable. Il est, à l'heure actuelle, toujours sous le coup d'une mise en examen, notamment pour fraude fiscale. Vous me direz que cela semble être ce qu'on appelle « un prérequis » quand on souhaite travailler dans l'entourage présidentiel ou aux postes clés de l'État. Ferrand est, ainsi, toujours en place et Bayrou a fait son retour comme haut-commissaire au plan.

Stéphane Séjourné, ensuite : venu de l'entourage de DSK, comme les autres (Émelien, Mahjoubi, Taché, Griveaux... là aussi, un prérequis), il est connu pour son soutien sans faille à la politique de maintien de l'ordre adoptée contre les gilets jaunes, ainsi que pour son statut de conjoint de Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement. Pratique, les couples homos : toute attaque, même factuelle, est suspecte de discrimination. Si Stéphane s'était appelé Stéphanie, on aurait probablement vu la presse se déchaîner contre le népotisme et les petits arrangements. Femme actuelle peut titrer, ce 22 novembre, « Gabriel Attal et Stéphane Séjourné : le nouveau couple star de l'Élysée ».

Avec des CV aussi impressionnants, ces deux conseillers pourraient, sans doute, prétendre à de confortables émoluments. Mais dans le nouveau monde, on ne fat pas ça aussi ouvertement. Aussi ces deux nouveaux conseillers sont-ils bénévoles. C'est comme je vous dis. Bénévoles. Une telle abnégation force... j'allais dire le respect, mais ce n'est pas le terme exact.

En tout cas, ce nouveau monde est bien différent de l'ancien : il est pire. Bon courage à ces deux conseillers vieux comme le monde et son prince.

5986 vues

23 novembre 2020 à 18:53

Pas encore abonné à La Quotidienne de BV ?

Abonnez-vous en quelques secondes ! Vous recevrez chaque matin par email les articles d'actualité de Boulevard Voltaire.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. C'est parti !

Je m'inscris gratuitement

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.