[Satire à vue] Riposte triviale des lassés du catastrophisme climatique

vent soufflant dans arbre

L'incident était prévisible. La carte météo incandescente de France Télévisions a fini par s'enflammer. Le feu couvait depuis plusieurs semaines sur l'image satellite colorée de rouge et noir, façon barbecue. Les extincteurs des services de sécurité furent inopérants. C'est, désormais, devant un tas de cendres que la présentatrice tentera d'annoncer le temps des jours à venir. Le métier de climato-alarmiste n'est pas sans risque.

À l'inverse de ce scénario catastrophe, sur Twitter, nulle sécheresse. Les averses d'invectives succèdent aux giboulées de noms d'oiseaux. Le tonnerre gronde entre climato-sceptiques et scientifiques amateurs. Les premiers font appel à des bulletins météo des années 80 montrant une France verte malgré les fortes chaleurs, les seconds hurlent au complotisme, démontrent, mesurent et coupent les robinets. À un sujet de discorde en succède un autre. Le temps d'un été, racisme, homophobie, sexisme et Grand Remplacement ont laissé place au climat. La chaleur est l’événement du mois de juillet. Heure par heure, les téléspectateurs sont informés qu'il fait chaud : « Et encore un record battu chez nos amis du Sud-Ouest ! Mais que se passe-il ? Notre envoyé spécial à Vesoul nous annonce qu'il fait chaud ! » Un reportage auprès d'une marchande de glaces vient confirmer la catastrophe. C'est la ruée. La pauvre femme est débordée. Retour studio avec un spécialiste en dessert estival. Son désarroi fait peine à voir. « On n'a jamais vu ça ! Des touristes vont jusqu'à quatre boules par cornet ! »

Lassés de ce pilonnage climatique, la corporation des refroidisseurs d'esprits surchauffés a balancé, sur Twitter, deux bombes de dissuasion massive : les hashtag #secheressemoncul et #caniculemoncul. L'internaute qui a survécu au premier impact est anéanti par le second. Dans la guerre qui oppose les deux camps, le sceptique frappe dorénavant à coups de formules triviales. Le bobo à lunettes, qui ne s'attendait pas à de tels raccourcis, reste sans voix : « Mais qu'est-ce que... ? » À peine a-t-il exprimé son étonnement que le deuxième survient... L'avalanche de postérieurs est imparable. L'arrivée soudaine de cartes météo rougeoyantes a produit ce ras-le bol populaire.

Alors que le match des sceptiques contre les messieurs et dames « je-sais-tout » fait rage, une voix vient recadrer le débat. De Dubaï, où des climatiseurs géants tentent de refroidir les terrasses de café, un internaute replace l'obsession climatique européenne dans le contexte mondial. À la polémique manquait un arbitre : le voici.

Jany Leroy
Jany Leroy
Chroniqueur à BVoltaire, auteur pour la télévision (Stéphane Collaro, Bêbête show, Jean-Luc Delarue...)

Vos commentaires

37 commentaires

  1. Oui, chez nous on va sauver la planète, mais tout seul, quand ailleurs, partout dans le monde on s’en tape large ! Nouvelle dictature basée comme toujours sur les peurs bien relayées par les médias subsidiés, un vieux système de gouvernance qui marche un temps, puis qui lasse !

  2. J’ai lu le rapport du GIEC en 2004 à la recherche d’arguments scientifique pour contrer les climatosceptiques de l’époque. J’aime savoir de quoi je parle quand j’argumente.
    Je n’ai jamais lu un tel ramassis de foutaises pseudo scientifique, de chiffres sortis du c.. et des corrélations forcées au canon de marine de 456mm.
    De réchauffiste convaincus je suis devenu « complotiste » en deux semaines.

    0,04% de l’atmosphère gouvernerait le climat… et pourquoi pas un produit injectable en moins de 6 mois aussi ?
    Pauvre science ! Pauvre occident.

    • Si le GIEC était un organisme scientifique, ça se saurait, et son premier directeur historique aurait été climatologue et non ingénieur en chemins de fer.

  3. Tous les jours , la météo nous annonce de la pluie sur diverses parties de la France, en ce mois de Juillet. A part le pourtour Méditerranéen, pas une région n’a manqué de pluie. Les précipitations sont régulières et plus nombreuses que bien d’autres années. Comment ose t’on alors encore nous parler de sécheresse pour la France ? Certes il fait chaud mais c’est normal , nous sommes en été. Par contre, en Italie, en Espagne ou en Grèce, là ils connaissent ou ont connu des records de chaleur

    • « Comment ose t’on alors encore nous parler de sécheresse pour la France ? » Car la sécheresse a été décrétée à Washington par Mac Kinsey, dont les employés ne savent même pas qu’il existe un pays nommé France.

  4. Vouloir changer le climat c’est comme vouloir vider l’océan avec une petite cuillère. Nous ne pouvons rien changer. Nous commençons à entrer dans un cycle glaciaire (que nous ne verrons pas!) Fonte de la calotte glaciaire avec l’eau douce qui descend dans le golf-stream (donc refroidissement) etc… Y aurait-il un scientifique sur BV pour nous éclairer sur le sujet et nous expliquer les cycles que subit notre planète et contre lesquels nous ne pouvons rien et dont nous ne sommes pas responsables? Merci!

      • Merci, je connais et aussi le livre parmi d’autres : « L’obscurantisme vert » d’Yves Roucaut. Je m’intéresse à ces sujets mais j’aimerais bien ne pas être la seule. Tout le monde doit s’y mettre. Donnez-nous encore d’autres renseignements sur ce sujet. MERCI!

  5. Excellent ! Oui, en juillet il fait chaud, c’est normal et c’est pour ça qu’on aime le mois de juillet . Ces imbéciles découvrent le fil à couper le beurre et nous font part de leur découverte de simplets ( nous prenant aussi pour des simplets de même acabit ..) Ah ! on me souffle : ils n’étaient pas nés en 1976 ; ni même en 1983..

  6. Enfin ! Le bon sens revient ! Il est temps ! et vive les complotistes ! (autre dénomination des lanceurs d’alerte)

  7. Que des adultes apathiques se laissent prendre pour des c..s m’indiffère totalement. Mais quand j’entends un enfant de cinq ans anonner ce qui est bon ou mauvais pour « la planète », j’hésite entre les larmes ou la réaction violente…

  8. J’ai lu récemment qu’il y a 400 000 ans (ou quelque chose dans ce genre) les glaces du Groenland avaient fondu à cause d’un réchauffement climatique. J’imagine que c’était à cause des pets de mammouths.

    • Plus précisément, sur 400000 années, l’analyse de carottes glaciaires antarctiques ont montré que la Terre se réchauffait et se refroidissait en dent de scie tous les 100000 ans : 10000 ans de réchauffement suivi de 90000 ans de refroidissement. A noter que partout sur Terre la dernière période de réchauffement de 10000 ans (en cours) a été marquée par l’éclosion des civilisations : agriculture, élevage, industries, naissances de villes, religions, écriture, sciences etc.

  9. Enfin une réflexion ciselée au coin du bon sens. Ca fait plaisir à entendre et nous apporte un air frais dans les miasmes de bêtises que l’on entend à longueur de journée sur la façon dont il faut procéder pour « sauver la planète » Sauver la planète , oui, mais de toutes les inepties (pour rester poli) qui sont débitées

  10. Chaque génération a connu des défis a relever nos parents et grand parents les guerres nous depuis les années 70 chocs pétrolier crises financières ou sanitaire aujourd’hui certains ont trouvé le moyen d’exister et de ce faire énormément d’argent grâce à l’écologie avec la complicité des médias et des gouvernements parfois même parti prenant en organisant le pillage ou en nous faisant acheter leurs bouquins ou des panneaux solaire ainsi que des pompe a chaleur ou tout un tas de choses a la rentabilité plus que douteuse pour sauver la planète vaste projet en soit je ne sais pas si cela suffira a ce qu’il fasse moins chaud l’été et plus froid l’hiver mais une chose est sur c’est que nous serons plus pauvres les quatre saisons de l’année

    • L’université de Stanford a devisé la « lutte contre le réchauffement » à 89’000 milliards d’euros.
      Tous les pillards qui savent que cet argent sera obtenu par la force et non par un libre marché difficile sont sur les starting bloc pour se rapprocher de l’église de l’apocalypse.

      Cette alliance d’une idéologie destructrice et de monstrueux intérêts basés sur le vol est mortelle.

  11. Panurge ! Un « outil » qui n’a jamais été autant exploité que sous régime macronien. Nous avons été confinés….La menace d’une exploration de nos portefeuilles nous a maintenus entre quatre murs. Nous avalons la propagande pro-Ukrainienne sans discernement : les munitions russes tuent, les munitions ukrainiennes sont de guimauve. Nous devons avoir chaud, ce sont nos médias qui le disent. Nous flirtons avec des catastrophes, c’est l’Etat qui le dit. Mais l’Etat ne fait rien. Il se contente d’interdire, de contraindre, de cliver, les riches plus riches, les pauvres plus pauvres à observer les riches se gourmander. Et pourtant ! Les anciens vous diront que le climat actuel est absolument identique à celui des années 70. Les restrictions en eau avaient été draconiennes. L’Etat a-t-il engagé des projets de sécurisation des approvisionnements en eau . Non, aucun. Mais il contraint. Les glaciers fondent sous leurs yeux, ils observent, bras croisés. La Seine à sec, se réveilleront-ils ? Effectivement, nous nous désintéressons de leurs consignes, de leurs alarmes en nous adaptant à notre mesure, comme nous l’avons toujours fait. Imaginez leur désarroi si la terre se refroidissait au lieu de se réchauffer ! Pas de remède, si ce n’est consommer de l’énergie. Panique !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois