Le bilan des 100 jours enthousiasme… Emmanuel Macron !

MACRON 220323

Les 100 jours ont finalement tenu leur promesse, celle d’un désastre. Le 18 avril dernier, le président de la République s’offre une intervention télévisée à son image, alors que la réforme des retraites ne passe décidément pas. Il a certes obtenu le vote aux forceps de la réforme. Mais, dans les rues des villes de France, on maintient les concerts de casseroles et l’amertume est partout. « Cette réforme est-elle acceptée ? À l’évidence, non », admet le Président, à la télévision, le 18 avril, avant d’ajouter : « Nous devons en tirer tous les enseignements. » Comme souvent avec Macron, il faut entendre le contraire... Il étale la pommade, veut rencontrer les syndicats, « engager la réforme du lycée professionnel » (sic !) et même – on se frotte les yeux ! – lancer le « contrôle de l’immigration illégale ». Mais pour faire passer ce nuage de fumée pour du concret, du vrai, il faut un engagement, un chiffre, un rendez-vous. Ce sera les cent jours. Un démagogue digne de ce nom ne recule devant rien : « Nous avons devant nous cent jours d’apaisement, d’unité, d’ambition et d’action au service de la France. » On allait voir ce qu’on allait voir : « C’est notre devoir et je vous fais confiance, je nous fais confiance pour y arriver », terminait un Macron, plus les yeux dans les yeux que jamais.

Où va le pays ?

Message reçu cinq sur cinq dans les banlieues. Après six nuits d'émeutes, le ministre de l'Intérieur, lors d’une audition devant la commission des lois du Sénat, communique le bilan de « l’apaisement » : « 23.878 feux de voie publique, 12.031 incendies de véhicules, 2.508 incendies ou dégradations de bâtiments, dont 273 appartiennent aux forces de l’ordre nationales, à la gendarmerie ou à la police municipale, 105 incendies ou dégradations de mairies, 168 attaques d’écoles, 17 atteintes aux élus. » S’ajoutent à ce bilan « apaisé » des centaines de pillages d’agences bancaires, de bars-tabac, etc., en dépit des dizaines de milliers de policiers sur le pied de guerre. La presse étrangère couvre largement les émeutes françaises, le journal allemand Tagesspiegel demandant en une : « Où va le pays ? »

Un seul Français semble satisfait et considère qu’il a admirablement rempli son pari, c’est… Emmanuel Macron ! Le 17 juillet, le Président a donc confirmé Élisabeth Borne et fait glisser par son entourage quelques mots d’explication surréalistes au journaliste de BFM TV : « L’objectif des 100 jours a été tenu et le calme est revenu. Le 14 Juillet a été un succès (sic, il n’a pas entendu les sifflets…). La loi de programmation pour la Justice a été votée mardi soir à l’Assemblée nationale après le vote définitif de la loi de programmation militaire. Le pays avance. L’exécutif doit travailler et préparer la rentrée. » En clair, tout va bien.

Cela va nettement moins bien pour les Français. Selon un sondage Odoxa Blackstone Consulting du 13 juillet réalisé pour Le Figaro, « 78 % des Français estiment qu’Emmanuel Macron n’a pas atteint l’objectif fixé à l’issue des 100 jours », et lorsqu’on expose aux sondés le détail des objectifs fixés en grande pompe par un Président au toupet galactique, ils sont bien obligés de constater que pour 81 % des sondés, Macron n’a pas du tout ou assez peu avancé pour rétablir la justice et l’ordre.

Le gouffre entre le Président et les Français se creuse encore, mais lui ne doute de rien… On songe au Waterloo de Victor Hugo :

Levant les mains au ciel, il dit : - Mes soldats morts,
Moi vaincu ! Mon empire est brisé comme verre.
Est-ce le châtiment cette fois, Dieu sévère ?
Alors parmi les cris, les rumeurs, le canon,
Il entendit la voix qui lui répondait : non !

Marc Baudriller
Marc Baudriller
Directeur adjoint de la rédaction de BV, éditorialiste

Vos commentaires

52 commentaires

  1. Le plus inquiétant c’est surtout de se dire que si l’on se trouve perdu au milieu d’un groupe de 100 personnes … on aura toujours 22 personnes contre soi !..
    Estimons-nous heureux que ces 22 énergumènes ne soient pas armés … du moins pour le moment !..

  2. Macron garde sous le coude 20% de français inébranlables, disposés à tout avaler sans restrictions. Sa cour rapprochée. Un solide bastion . Certainement de bons nantis, à la botte, à la soupe et quelques naïfs séduits par son paraître. Il fait beau.

  3. Il ne faut rien attendre de cet homme qu’une poignée de Français a porté au pouvoir suprême. Nous le savons, mais que pouvons-nous faire ? Qui d’entre nous fera un pas dans la rue pour dire ce qu’il a sur le coeur ? Il pense Europe parce que la France, pour lui, n’est pas un pays à défendre. Il fera tout pour nous contraindre à accepter cette triste situation. Aucun changement n’est à attendre, sinon son départ.

  4. 78% ce n’est pas le pourcentage de ceux qui en sont pas allé voter lors de sa réélection ? Ils devraient pourtant le soutenir.

  5. Le regard d’un homme halluciné, en plein délire verbal, …il est  » une force qui va »…on ne sait où.

  6. Nous venons d’entendre Macron inugurant son premier conseil de ministres remanié. Toujours fier de son bilan, toujours ce mépris de l’opinion. En remplaçant, par exemple, Pap Ndiaye par Attal, passant du woke au LGBT, le président  » a rendu son devoir de vacances: changer la société » a écrit Philippe de Villiers…

  7. Avec Hollande on croyait avoir touché le fond , mais Non Macron est encore pire ! Imbu de sa personne, il croit être le sauveur de la France , en fait c’est un fossoyeur !

  8. Un remake de ce que fût les cent jours de Napoléon qui se sont soldés par la cinglante défaite de Waterloo, voilà à peu près tout ce qu’il y a à retenir de cette période de la macronie , des émeutes dévastatrices et un pays exsangue avec des français toujours plus opprimés , des désastres un peu partout et comble de l’ironie les casseurs ne seront pas les payeurs , mais les braves citoyens imposables seront une fois de plus mis à contribution, le paroxysme de l’absurdité, avec bien sûr la bénédiction de notre chère aile de droite LR ( certains de leurs membres doivent avoir un vivier d’électeurs dans ces quartiers mal famés) .

  9. Comment pourrait-il faire en 100 jours ce qu’il n’a pas réussi en six ans? Il ne voit et n’entend rien, serait-ce sa moumoute qui lui tomberait sur les yeux ou les oreilles? Ou un pervers qui jouit en voyant la souffrance des autres?

  10. Ce type est vraiment incroyable de fatuité qui confine effectivement au ridicule mais voilà il est toujours là à se foutre des français y compris de ceux qui l’ont remis au pouvoir merci encore ! C’et dingue on se pince ! Avec le bilan des émeutes le ministre de l’intérieur et le grand chef aurait dû démissionner oui mais ça jamais on s’accroche au pouvoir et à ses avantages comme nos très chers élus français et européens. Ce gouvernement est constitué pour anéantir notre pays et ça fonctionne plutôt bien.

  11. Le mécontentement sans doute mais c’est sans compter sur le socle d’abrutis, de bobos et de français de papier. Ce type n’a pas terminé sa mission de destruction. Attendez le début de l’hiver lui et ses associés mondialistes vont vous offrir la 7eme dose pour avoir le calme.

    • Il n’y aura pas besoin d’attendre l’hiver. Ça se prépare déjà. Regardez les nouveaux arrivants dans le gouvernement. Vous allez voir ce que vous allez voir…

  12. Remaniement, seul point vraiment positif le renvoi de Pap à ses chères études. Pour le reste attendons les prochaines émeutes pour voir si les français vont accepter une fois encore de passer à la caisse pour les casseurs. Il faudrait que notre président pense en priorité à la France puis aux français, Les allemands savent faire, pourquoi pas nous?

    • Exactement… Charité bien ordonnée commence par soi-même…Il serait temps que la France s’inspire de cette maxime. L’électricité va augmenter de 10% parce que les tarifs, au lieu d’être basés sur nos coûts de production réels, sont indexés sur le prix du gaz grâce à nos fidèles « partenaires » Teutons…Partenaires qui produisent leurs électricités par le gaz et le charbon. Energies fossiles qui permettent de recharger voitures, vélos et trottinettes…C’est la logique versus UE…

    • Nous, en termes d’européiste et de mondialiste, nous avons tiré le gros lot.
      Quand le vin est tiré, il faut le boire… jusqu’à la lie.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois