Quatre salariés de Réseau de transport d'électricité (RTE) ont été mis en garde à vue, ce mardi 4 octobre, à la suite d'importantes dégradations sur le réseau électrique, rapporte La Dépêche.

RTE a déposé plainte à la suite d'importantes dégradations ayant occasionné des coupures de courant, aboutissant à la mise en garde à vue de ces quatre agents. Ceux-ci ont été entendus dans les locaux de la direction générale de la intérieure (DGSI) en raison du statut de RTE, opérateur d'importance vitale pour le fonctionnement du pays, explique encore La Dépêche.

La a publié un communiqué dans la matinée, dénonçant un traitement réservé aux « services antiterroristes utilisés pour faire taire les revendications salariales des agents ». Le délégué syndical central pour RTE, Francis Casanova, a fait part de sa sidération, expliquant que « ce sont des salariés lambda, quatre techniciens de maintenance de la région Nord » qui ont voulu faire une « action symbolique » et « se retrouvent en garde à vue pendant 96 heures comme les pires des terroristes pour rien ». Pour lui, il s'agit d'une « volonté de réprimer le mouvement social ». Un rassemblement a été prévu par la CGT, ce jeudi, à 14 h 00, devant le siège de RTE à la Défense (banlieue parisienne).

4781 vues

5 octobre 2022

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter