Quatre figurants du film Tirailleurs sous le coup d’une OQTF : mobilisation générale en vue ?

tirailleurs

« En fait, c’est une histoire de papiers qui les rattrape alors qu’ils sont là depuis plusieurs années », déplore une représentante du Réseau éducation sans frontières. Ah, ces histoires de papiers ! Une plaie dans ce pays qui croule sous la paperasse. Qu’est-ce donc encore ?

Quatre « jeunes majeurs », autrement dit « quatre jeunes Ardennais d’origine africaine », selon France Bleu Champagne-Ardennes, autrement dit et plus précisément quatre Maliens et Ivoiriens sans papiers, sont sous le coup d’une obligation de quitter le territoire national, autrement dit d’une OQTF. Mais voilà, ces « jeunes » (entre nous, notion tout à fait relative) ont tourné comme figurants dans le film Tirailleurs qui, à peine sorti, fait déjà couler beaucoup d’encre. « Une symbolique évidemment très forte, qui est assez bouleversante », selon la même représentante du Réseau éducation sans frontières. « Petits-fils de tirailleurs, arrière-petits-fils de tirailleurs, jouant dans un film sur les tirailleurs, et aujourd’hui obligés de partir. » Présenté comme ça, effectivement, c’est bouleversant.

Entre nous, l’Histoire est pleine d’histoires comme ça. Tiens, je pense au député José Gonzalez, qui a soulevé de dégoût la gauche parce qu’il a récemment été nommé vice-président du groupe France-Algérie de l'Assemblée nationale. Pied-noir né en Algérie, issu d'une famille de pieds-noirs, le « jeune » Gonzalez, un beau matin de 1962, fut obligé de partir. Et pas sous le coup d'une OQTF avec moult possibilités de faire traîner la chose. Bon, ils vont dire que ce n’est pas pareil. Ça se discute...

Entre nous, encore, vous ne trouvez pas ça bizarre qu’on invoque ainsi sans vergogne les origines, la filiation, la vraie, celle du sang, pas celle bricolée dans les laboratoires de ce qu’on appelle aujourd’hui la « parentalité », pour défendre ces quatre Ardennais de fraîche date (« quasiment cinq ans », nous dit-on, autrement dit une éternité) ? En revanche, en appeler à l’arrière-grand-père, qui s’est fait casser la gueule par les Boches sur le chemin des Dames ou à Verdun, pour revendiquer son droit à rester maître chez soi, ici, en France, serait xénophobe, raciste, extrémiste de droite, que sais-je encore, et, de toute façon, ne donnerait droit à aucun privilège. Là encore, ils vont dire que ce n'est pas pareil. Là encore, ça se discute.

Tout un symbole, effectivement, que cette histoire. Et tous les arguments sont bons – c’est normal, c’est le jeu – pour défendre ces quatre hommes. « Ils sont très bien intégrés dans la société française, travaillent dans des grandes entreprises ardennaises actuellement [est-ce à dire que dans des petites entreprises, ce serait moins bien, moins sûr, moins crédible ?], sont dans des métiers qu’on pourrait dire en tension », explique la militante associative à France Bleu. « Les métiers qu’on pourrait dire en tension » : c’est-à-dire « qu’on pourrait dire » ? Où l’on voit que cette affaire des fameux « métiers en tension » ne fait que commencer. Vous verrez.

Cela dit, avec un taux d’exécution des OQTF qui s’établissait à 5,6 % pour le premier semestre 2021, nos quatre tirailleurs de circonstance ne sont sans doute pas encore dans l’avion pour Bamako ou Abidjan. À moins qu’Omar Sy ne leur trouve une petite place dans un avion pour la Californie où il vit habituellement, sans doute parce que la richesse est moins pénible au soleil.

Georges Michel
Georges Michel
Editorialiste à BV, colonel (ER)

Vos commentaires

42 commentaires

  1. Les soldats originaires d’Afrique, tirailleurs et autres, ont combattu courageusement et héroïquement en France durant la première guerre mondiale. Curieusement, tous les grands-pères et les arrières-oncles des africains auraient participé à cette guerre alors qu’ils ne représentaient que 5% des effectifs engagés.

  2. Un million et de demi de français morts pour la France durant cette boucherie. Combien de sénégalais? Bref, un petit detail de l’histoire de la première guerre mondiale. Point final.

  3. Bizarre vous avez dit bizarre , comme c’est bizarre ! Ces pauvres clandestins sans papiers qui se souviennent du numéro de matricule de leur arrière grand -père quelle admirable chose que la transmission orale Vous voyez pas besoin de papiers ! Ah si pour la CAF

  4. Des tirailleurs africains morts pour la France , c ‘ est vrai ! Mais leur pays étaient des colonies FRANCAISES , si la France était vaincue par l ‘ Allemagne , elles devenaient colonies ALLEMANDES ! Quand on voit comment les Allemands considéraient les Africains …..

  5. Merci Colonel Michel!
    Omar Sy déserte le pays qui l’a fait naître en tant qu’acteur pour des raisons faciles à deviner et ose se mêler de nos affaires !
    Il se dit engagé alors qu’il fuit la France qui aurait besoin de personnes comme lui pour pacifier ses frères francophobes et surexcités bien que largement subventionnés !
    Ceux qui sont incapables de constater le sens vertical et équilibré de la justice, doivent se taire au lieu de bavasser et de détruire ce qui les a construits.

  6. La description des quatre sauveurs de la France me fait songer aux récents propos du maire de Bruxelles lors des émeutes liées aux football, il présentait les émeutiers comme, en vrac car je n’ai pas noté sur le moment, mais c’était des gens qui sont Belges, nés en Belgique, de parents belges etc. J’étais plié de rire ! Et lors de l’émeute suivante, le média officiel nous raconte là que « des jeunes plus agés » avaient canalisé l’ardeur juvénile des « jeunes »…Chaque jour il y a des infos marrantes!!!

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois