En juillet 2022, Hervé Juvin, député européen ( et Démocratie) proche du RN, donnait une interview au magazine Le Point dans laquelle il analysait les résultats des législatives. Il expliquait que, face à un Éric Zemmour qui entretenait un rapport nostalgique à la France, apparaissait comme « une femme moderne ». Bien sûr, le candidat de Reconquête parlait avec talent de la France des clochers et des années de Gaulle, mais il fallait être lucide, « on n’y [reviendrait] pas » C'est d'ailleurs ainsi qu’il fallait comprendre l’évolution du RN sur les grandes questions sociétales ravivées par la Manif pour tous ou les débats sur l'avortement : « Le pouvoir politique peut accompagner, corriger ou orienter, mais il ne les maîtrise pas [ces questions, NDLR]. » Même constat, enfin, pour l’immigration. Le regard et le discours sur cette thématique avaient aussi évolué en profondeur au RN car « beaucoup sont en France qui ne viennent pas de France, et il faudra bien faire avec eux ». En conclusion, Éric Zemmour, avec ses positions radicales, avait rendu un grand service à en révélant qu’elle était « une femme de son temps ». On en déduisait que, face aux évolutions du temps, le politique n’avait donc d’autre choix que de se résigner : « on ne peut pas y revenir », « on ne maîtrise pas », « il faudra bien faire avec ».

Quelques mois plus tard, Louis Aliot, dans une tribune au journal L'Opinion, s’en prenait à son tour à Éric Zemmour et à sa « nostalgie radicale ». Il fallait, en effet, se défaire de la nostalgie « d’une France qui n’existe plus », parler aux Français « de toutes origines et de toutes religions » et s’élancer vers une « modernité pragmatique ». Louis Aliot est aussi un homme de son temps.

C’est peut-être ça, finalement, la « normalisation » : rentrer dans la norme idéologique de son époque. Hervé Juvin en a très bien expliqué les raisons au journaliste du Point à propos de l’évolution du discours du RN contraint de s’adapter « à la restriction du champ autorisé des débats et des opinions, un champ qui s'est extraordinairement réduit sous l'effet d'une informelle, mais efficace, et qui ne cesse de se resserrer ».

Il est vrai que les ùaîtres censeurs veillent à ce que certains sujets ne soient jamais débattus, qu’il s’agisse de l’alignement atlantiste de notre politique étrangère, de l’immigration, de l’islam, de la théorie du genre ou encore de l’avortement. Transgresser ces grands tabous, c’est s’engager sur le chemin de la marginalisation et de la diabolisation. C’est sortir de la « norme », s’extraire du temps présent.

Oui, mais rétorquera le politique, c’est comme ça que l’on rassemblera et que l’on accédera au pouvoir. C’était bien tout le sens de l’appel du maire de à un Bad Godesberg de la droite nationale qu’il ne faudrait surtout pas réduire à un phénomène politique secondaire. La tribune de Louis Aliot a parfaitement illustré l’aboutissement et les limites du processus de « normalisation ». Hier avec la question du « Grand Remplacement », aujourd’hui avec celle de l’avortement.

« Sur l’IVG, change de position et propose de constitutionnaliser la loi Veil », titrait Le Monde, le 22 novembre dernier. Le journal voyait dans ce revirement la fin d’une valse-hésitation, témoignant de son inconfort.
Prudente stratégie, jugeront certains. Le RN ne tombe pas dans le piège qui lui est tendu et, à en croire Le Monde, ne risque pas ainsi d’être étiquetée « pro-vie ». Désignation infamante qui vous conduit tout droit dans le camp des « radicalisés ». Bruno Bilde, député RN du Pas-de-Calais, s’en est félicité : « La réponse de Marine Le Pen est très habile. Et cela correspond surtout à ce que pensent nos électeurs, contrairement à certaines positions réactionnaires. »

On peut y voir plutôt un symptôme. Celui d’une vie politique soumise à « l’esprit du temps » et où toute dissidence idéologique conduit inéluctablement au bannissement. Il faut donc rentrer dans le rang. Éviter les enjeux civilisationnels et sociétaux. Et, à vrai dire, qui s’intéresse encore à la question du statut de l’embryon humain ? Interdiction de débattre ou de s’interroger. Question dépassée, passez votre chemin ! Laissez les citoyens tranquilles ! Il y a des associations militantes et des lobbies pour discuter de tout ça et faire évoluer les mœurs dans la bonne direction. D’ailleurs, les sondages le répètent : la seule chose qui intéresse les électeurs, c’est le pouvoir d’achat.

3223 vues

23 novembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

37 commentaires

  1. Et quand avez vous essayer d’attaquer le « societal » avec des argument compréhensibles par les « cons qui votent ( georges frêche) pourquoi n’osez vous jamais parler d’esclavagistes pour des achats d’êtres humain (GPA, Migrants???) Malheureusement les seuls a à être capables de faire machine arrière sont les musulmans (quand la france sera un califat….ce qui ne saurait tarder!) Car c’est écrit dans le coran ! verset 17-31 « Et ne tuez pas vos enfants par crainte de pauvreté ; c’est Nous qui attribuons leur subsistance, tout comme à vous. Les tuer c’est vraiment un énorme pêché ».
    Mais même le pape étant dans le sens du vent!………

  2. Les questions sociétales sont le fondement de la civilisation, changer d’avis pour rester dans le sens donné par une minorité revient à jouer les girouettes. Non, il y a des choses dans la société qui sont intangibles et notamment dans notre culture qui est de protéger le faible. L’embryon humain fait parti de ceux que nous devons défendre. Même si je comprends le discours de madame Le Pen qui croit qu’en inscrivant l’IVG dans la constitution cela permettra de garantir le délai, elle se trompe car si la constitution est aujourd’hui modifiée, demain il pourra en être de même.

  3. Peine de mort constitutionnalisé pour les pro-avortement et contre la peine de mort pour les criminels ! Cherchez l’erreur !, et Les O.Q.T.F. en liberté… Interdire les corridas, protéger les animaux, et constitutionnaliser l’avortement, alors qu’il y a tant d’assistance, d’aides à la contraception…Le Peuple ne sait pas qu’il est de plus en plus assisté, à tous les instants, mettant sa vie entre les mains du Pouvoir, et Il en a abusé avec les Confinements pourtant inconstitutionnels. Bientôt l’Euthanasie au Programme. Donc le Pouvoir dira combien de bébés peuvent naitre et combien de vieillards auront le droit de vivre. Ils verront ? Il sera trop tard pour venir se plaindre…

Laisser un commentaire

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter