Pantin, Saint-Denis, Champigny-sur-Marne, Strasbourg, Villejuif et d’autres nombreuses communes de connaissent des émeutes après l’épisode de Villeneuve-la-Garenne.

Réaction de en exclusivité pour Boulevard Voltaire.

En France, et particulièrement en Île-de-France, des scènes d’émeutes se sont produites après l’épisode de . Comme qualifiez-vous la situation ?

On sait, depuis des années, que ce sont des zones de non-droit et sont en partie des zones de non-confinement. L’état d’esprit d’un certain nombre de racailles n’a pas du tout changé avec la crise sanitaire. Ils ne sont pas du tout solidaires de la situation que nous vivons. Par conséquent, la moindre excuse est utilisée pour déclencher des émeutes, s’attaquer aux policiers et aux pompiers. Les mesures mises en œuvre et les instructions données aux forces de l’ordre par le gouvernement relèvent toujours de cette culture de l’excuse et de l’achat à coût très onéreux de la paix civile.

Nos collègues de France Bleu ont déclaré que l’incendie du commissariat de Strasbourg était un incident. Est-ce une situation que les journalistes et les politiques se refusent à voir ?

Faire le constat, c’est être obligé, à un moment donné, d’en tirer les conséquences et de prendre des décisions. Or, ils veulent à tout prix éviter d’être obligés de prendre des décisions. C’est toujours pareil ! Il y a une forme de chantage permanent dans les banlieues qui fait qu’on ne contrôle pas, parce que cela crée des émeutes. On n’arrête pas les motocyclistes, parce que cela crée des émeutes. On n’entre pas dans certains quartiers, parce que cela crée des émeutes. En réalité, le gouvernement accompagne ces zones d’un autre droit. Une fois le droit des islamistes, une autre le droit des dealers. Le droit qui s’y applique est un autre droit que celui de la République.

Ces émeutes se déroulent alors que le ramadan est censé démarrer ce jeudi 23 avril. Habituellement, les forces de sécurité craignent des recrudescences de violence avec le ramadan. Le ramadan doit-il se tenir ? Quelle est votre position vis-à-vis de la communauté musulmane ?

On n’a pas à dire si le ramadan doit se tenir ou non. Le ramadan se tiendra pour les croyants dans le cadre du respect des règles du confinement. C’est aussi simple que cela. Il est vrai que c’est difficile, pour des croyants, d’être obligés de limiter l’exercice de leur foi. C’est ce qu’ont fait les catholiques au moment de Pâques. C’est, normalement, un moment de rassemblement et de communion. Toutes ces activités ont été très fortement diminuées, si ce n’est totalement interdites, en raison du confinement. Tous les croyants au monde sont dans cette situation. Tout le monde doit s’y soumettre. Profiter du confinement pour créer des incidents de ce type n’est pas admissible de la part de ces délinquants. Je me demande s’il ne faudrait pas renforcer les sanctions pour ce type de délits en cette période de crise sanitaire. La situation sanitaire doit justifier non pas une plus grande tolérance mais une plus grande intolérance à ce type d’actes.

a déclaré plusieurs fois que nous étions en guerre contre ce virus. Considérez-vous que la France est en guerre contre ces violences dans ces quartiers ?

La France laisse ces quartiers se dégrader depuis vingt ans. Au passage, j’aimerais rappeler que des populations vivent dans ces quartiers et sont victimes de tout cela. Ils ont été complètement abandonnés par le pouvoir. On n’en parle jamais, mais ces quartiers ne sont pas exclusivement habités par des racailles ou par des gens qui se sentent intellectuellement en complicité avec eux. Énormément de braves et d’honnêtes gens vivent dans ces banlieues avec des dealers au pied de leurs immeubles. Ils doivent montrer leur carte d’identité avant de rentrer chez eux et ont la peur au ventre quand ils rentrent chez eux. Ils se font brûler leur voiture lorsqu’il y a des émeutes. Je pense qu’il faut aussi leur parler, penser à eux et ne pas considérer que ce sont des citoyens de seconde zone. La première des responsabilités de l’État reste la sécurité, et eux aussi y ont droit.

À lire aussi

Marine Le Pen : « »Ce n’est plus la République en marche, c’est la République en miettes »

Manifestations contre le racisme, violences inouïes sur fond de communautarisme à Dijon (d…