Macron et ses casseroles entrent dans l’Histoire de la création musicale

pans-g8954a523f_1920

Conséquence directe de la réforme des retraites, approuvée à 9 voix d’écart et par 49.3, validée par les anciens duettistes de l’UMPS Fabius et Juppé, aujourd’hui réconciliés et devenus sages du Conseil constitutionnel, des concerts de casseroles ont lieu un peu partout en France, et à chaque déplacement d’un ministre, du Premier ministre ou du président de la République en personne. Lequel, lancé dans son entreprise d’apaisement des masses populaires, se voit régulièrement honoré par ces grandioses symphonies. Et de Braun à Dussopt ou de Borne à Macron, ils passent tous à la casserole, chacun à son tour et à tour de rôle.

La casserole, on le sait, est d’abord, au sens propre, un ustensile servant à faire cuire divers aliments ; au sens figuré, elle peut devenir l’expression d’une réputation scandaleuse qu’on traîne derrière soi. Mais si l’on réunit les deux sens et qu’on la transforme en un instrument de musique officielle, à l’instar des productions du théâtre ministériel, la casserole devient l’expression bruyante d’un scandale destiné à faire cuire dans son jus le ministre ou le Président concerné.

Et c’est en ce sens qu’on peut dire que Macron est devenu le roi et, en même temps, le chouchou des casseroles. Sa politique, jugée intolérable par 80 % des Français, y compris ceux, comme le célèbre Martinez, qui ont voté pour lui, est une sorte d’appel à un concert de casseroles permanent. C’est pourquoi, et pour bien lui montrer combien ils la désapprouvent, les Français, tenus à distance par les gendarmes, vont partout sur son passage, ou celui de ses ministres, interpréter cette musique symphonique très particulière.

L’on a même vu récemment le ministre Borne se mettre aux casseroles, avec l’air le plus sérieux du monde, aux cotés de l’ex-délégué général d’En Marche et nouveau ministre Stanislas Guérini : elle expliquait avec gravité le pourquoi et le comment de la chose et pourquoi elle se trouvait à son tour, et au nom de la solidarité avec son Président, dans cette situation.

De jour en jour, ces concerts gagnent en profondeur et en intensité. Ils sont désormais une sorte de rituel en semaine, comme autrefois lorsqu’on jouait, le dimanche, sur les places de la musique classique, si bien que le concert de casseroles est devenu, grâce à Macron, un grand classique de la politique française, qui rivalise avec les plus belles interprétations de grands chefs prestigieux, comme Karajan ou Toscanini, tout en exprimant l’état de notre démocratie qui, selon le gouvernement, ne connaît pas la crise !

Ainsi, la politique du roi des casseroles est en train d’entrer dans l’Histoire de la création musicale et les syndicats ont même annoncé que le festival du film de Cannes, le tournoi de Roland-Garros ou le festival ex-Py d’Avignon pourraient se retrouver dans une sorte de noir symphonique. Déjà, l’on tremble en imaginant les spectateurs maso-culturels d’Avignon contraints de regarder des scènes plongées dans l’obscurité et d’entendre, venu de l’autre côté des murs, un concert de casseroles : bien qu’à y réfléchir, privés des facéties et des grandes inventions scéniques des avant-gardistes ministériels, ils pourraient trouver que c’est le meilleur festival Py auquel ils ont assisté et en redemander pour l’année prochaine. Le premier festival à la gloire du roi des casseroles !

Jean-Pierre Pélaez
Jean-Pierre Pélaez
Auteur dramatique

Vos commentaires

21 commentaires

  1. Un article d’une bien belle pertinence ! Les « cuivres » en musique , désignent pratiquement tous les instruments à vent. De la même matière que nos bonnes vieilles casseroles…La macronie, qui ne brasse que du vent mauvais, est devenue,à son insu sans le savoir, le maestro de ces magnifiques concerts de cuivres. On en redemande…du cuivre sonore…pas de la macronie.

  2. Là, les Carlitos, Karlitos, Charlots et compagnies sont dépassés, ils vont devoir revoir leurs partitions…

  3. Mon message sur le thème des casseroles a été supprimé, probablement parce qu’il contenait deux ou trois expressions que partagent aujourd’hui plus de 80% des français (les vrais !) mais qu’il n’est pas de bon ton de proférer à la cantonade. Donc, je corrige : « Il serait dommage de taper sur les casseroles de la photo. En cuivre, elles nous préparaient de savoureuses nourritures et confitures. En revanche les « super jolies » « pas chères » fabriquées en Chine et vendues dans nos grands magasins suffisent amplement pour intimer à « Monsieur Macron » et à ses « intimes » de retourner dans les ors de la République (qu’ils méritent si peu) et « qu’ils commencent enfin à s’occuper des problèmes du pays ». Et ce que l’on pourrait dire aujourd’hui de ces casseroles, c’est qu’elles ont apparemment revêtu des gilets jaunes.

  4. Je ne vois pas de corrélation entre la définition  » dispositif sonore et amplificateur de sons » et une casserole. La vocation première d’une casserole n’est ni d’être un haut-parleur ni la sono d’une boite de nuit. Donc il y a terroriste par arme détournée. Cette idiotie montre qu’ils ont peur. Mais avoir peur d’une batterie de cuisine est franchement du dernier ridicule. Ils sont à pleurer.

  5. Des casseroles de mamies retraitées, ou de chômeurs, comme le prétend Gabriel Attal qui a osé dire que ce ne sont pas ceux qui sont au travail qui les agitent !!! Macron sait qu’il n’a rien à craindre de ces manifestants bien gentillets !
    Et pendant ce temps, résonne d’autres sons, ceux des kalachnikoffs dans les banlieues, et à Marseille…
    Quelle symphonie…L’image de la France d’aujourd’hui !

  6. Un ex-banquier devenu chef d’orchestre d’une casserolade contestataire…il faut revoir vos partitions monsieur le Président…

    • ex «  employé «  de banque suffit: quand on a vu sa déclaration de fortune pour se présenter à l’élection, on peut supposer
      qu’un petit èpicier de quartier est aussi bon que lui en affaires..

  7. C’est l’apothéose pour ce gouvernement complètement dépassé de partout !
    Des casserolades bien méritées ; pas un endroit où les cuisines prennent possession de la rue, à la simple idée que le goujat de service et son entourage puisse oser venir y fouler le pavé. Ce n’est plus la France mais un foutoir voulu et engendré par un gamin psychopathe.

  8. J’ai pour règle de ne jamais marcher derrière la CGT. Mais j’approuve ces manifestations pacifiques dans ce qu’elles représentent le mécontentement de la population face à l’inefficience d’un pouvoir aux bras croisés, qui plonge la France dans le marasme. Si j’osais cette comparaison hasardeuse je dirais que Macron goûte à très petite dose ce que les forces de l’ordre vivent et supportent puissance n face à la délinquance et aux territoires perdus. En est-il seulement conscient ? Du haut de sa suffisance il ne doit ressentir qu’un certain mépris à l’égard de ces petites agitations de gamins.

  9. Ceux qui tapent sur des casseroles sont ceux qui ont voté Macron en 2017 et appelé à revoter pour lui en 2022 (CGT, CFDT, NUPES et autres « gauches »). Alors, leur crédibilité, vous devinez où je la mets….d’autant qu’ils feront voter pour le remplaçant de Macron en 2027 pour « barrer la route au fascisme ». (sic)

  10. La BAC (Brigade Anti Criminalité) a changé de nom, tout en gardant le même acronyme. Elle est devenue la Brigade Anti Casseroles.

  11. Et il n’est pas interdit de voir un symbole dans la concomitance de la présence de casseroles et des apparitions fantomatiques de nos gouvernants en province. Cela ne signifie t-il pas qu’ils sont cuits ?

  12. Meilleur moment de la journée ces bruits de casseroles me réjouissent ..mais les mauvais acteurs n,ont pas l’air d’apprécier ces belles mélodies …peut être se rendent t’ils compte enfin …qu’ il est temps de quitter l,opéra .

  13. J’ai la sensation qu’Il a tout faux. Il doit se dire «  tant de réaction pour si peu de réforme »

  14. Nous savions que Macron faisait l’acteur, d’après la formation reçue de Brigitte.
    Ce que nous ne savions pas, c’est qu’il serait aussi la vedette d’une comédie musicale !
    Que de talents cachés !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois