L’Union européenne face à l’immigration : une trahison des peuples et des nations

Pour régler le problème de l'immigration, il suffit de « passer de la migration irrégulière à la migration régulière » ! S'il fallait une seule preuve que l'Union européenne conduit à la dilution des nations dans un ensemble supranational, qu'elle fait fi de l'opinion des peuples, qu'elle considère l'Europe, voire le monde, comme un immense marché, il serait instructif de relire le discours prononcé à l'ONU par Ylva Johannson, la commissaire européenne aux Affaires intérieures, à l'occasion du Forum quadriennal d'examen des migrations internationales qui s'est tenu à New York, du 17 au 20 mai 2022.

Dès le préambule, le ton est donné : « La migration est normale, la migration est naturelle. Elle a toujours existé et elle existera toujours. Et l’Europe a besoin des migrations. Nous sommes une société vieillissante dont la main-d’œuvre diminue. » Tout est dit et présenté comme l'expression d'une vérité intangible. Pas question de la nuancer, encore moins de la contester, sans passer pour un réactionnaire ou, pire, un horrible facho. Nous sommes entrés dans une nouvelle ère où l'on semble se résigner à une Europe qui ne peut survivre sans l'aide d'une main-d'œuvre étrangère.

Ce constat fataliste est un véritable hold-up sur la souveraineté des peuples européens qu'on méprise au point de les mettre devant le fait accompli. Si quelques pays résistent, comme la Pologne ou la Hongrie, d'autres se font les complices de cette action criminelle. Force est de constater que Macron, l'ancien et le nouveau, est l'un des plus fervents adeptes de cette entreprise de démolition de la nation. Il se situe dans la lignée de François Hollande qui, le 7 octobre 2015, déclarait à Strasbourg que « le souverainisme, c'est le déclinisme ».

Comme le Président qu'il a servi avant de le laisser tomber, comme Angela Merkel et tous les chefs d'État qui sont au service du marché et de la finance avant d'être au service de leurs concitoyens, Macron considère qu'il sait mieux que les Français ce qui est bon pour eux. À l'instar des empereurs romains qui voulaient endormir le peuple en leur distribuant « du pain et des jeux », comme le Grand Inquisiteur imaginé par Dostoïevski, il entend, en éliminant toute contestation, le faire avancer comme un troupeau passif guidé par l'oligarchie au pouvoir.

Tout est fait pour persuader les Français qu'il faut donner carte blanche aux dirigeants, qui leur épargnent le souci de participer eux-mêmes à la construction de leur avenir. Il est facile de les abuser en leur distribuant des aumônes ou en les détournant de l'essentiel. Il est facile de leur faire croire qu'on les laisse exercer leur esprit critique alors qu'on les prive, pour la plupart, des connaissances nécessaires pour le mettre en pratique, se contentant de les gaver des lieux communs simplistes de la bien-pensance plutôt que de leur apprendre à discerner la complexité du monde.

On peut imaginer des coopérations entre des peuples. On peut concevoir une immigration maîtrisée où l'on choisit d'accueillir, pour des raisons humanitaires ou économiques, des étrangers qui acceptent de s'assimiler à la culture et aux usages français. Au lieu de cela, le discours dominant, que reprend la commissaire européenne, traduit non seulement une négation de l'existence des nations au profit de l'européisme et du mondialisme, mais la réduction des peuples à des exécutants et des consommateurs, qui ne sont bons qu'à faire tourner les marchés. Avec un tel idéal, les sociétés européennes, bien loin de pouvoir se redresser, courent directement à la perte de leur identité.

Philippe Kerlouan
Philippe Kerlouan
Chroniqueur à BV, écrivain, professeur en retraite

Vos commentaires

52 commentaires

  1. Nous sommes une société vieillissante dont la main-d’œuvre diminue. Tant que cette réalité ne nous interpellera pas et ne nous incitera pas à exiger des mesures adéquates (de politique familiale) auprès de ceux qui aspirent à nous représenter (à l’A.N.) à partir de juin prochain , inutile de pleurnicher…

  2. Un seul Pays ? La Terre !
    Une seule religion ? L’islam !
    Une seule langue ? L’Esperanto !
    Une seule race ? Le Créolisé !
    Ainsi va-t-on vers l’Abîme !

  3. C’est l’auto destruction d’un peuple, asservi par quelques prébendes de l’État. À force d’être assisté par des aides et chèques en tous genres, ce peuple n’a plus la force et l’énergie de se prendre en mains, il ne rêve que d’assistanat,

  4. Pour que la France la vraie celle de toujours renaisse, il faut d’abord qu’elle meure, comme en 1940/1945, ce qui va arriver très vite, l’effondrement économique et social à déjà un pied qui à passé le seuil de la porte, la limite de la résilience du peuple « Gaulois » est atteinte, il ne manque plus que l’étincelle, qui le verra monter à l’assaut pour libérer le pays, et le pouvoir panique, il en est conscient; Voir la composition du nouveau gouvernement donné en gage à l’extrême gauche.

  5. Il y a urgence à fermer les Frontières de l’Europe pour tout ce qui arrive de l’Afrique autrement c’est la fin de nos pays .

  6. Les migrations sont « normales » tant qu’elles sont libres. Présentement, elles sont organisées, financées, soutenues par les autorités politiques, les forces économiques et financières, les ONG et les médias. Personne ne quitte son pays volontiers sauf si la situation est invivable ou si on lui fait des promesses mirobolantes

    • Oui, par exemple l’assistanat de l’état français et le bandeau qu’il se met sur les yeux pour être bien sûr de ne pas voir ni être interpellé à ce sujet !

  7. Identité identité.??? Surtout la domination des ignares cinglés qui mettent déjà le pays au 26e rang européen (très optimiste) et bientôt aux derniers rangs de la Science-et-Recherche et donc de l’économie : «  »sahelisation » » de l’Hexagone… tant au mental que climatique, car l’un ne va pas sans l’autre; à peine 7 millions d’Israéliens sont au 3 premiers rangs mondiaux, eux! Loin devant la France…

  8. Il n’y a aucune politique de natalité pour les Européens, bien au contraire, la nouvelle loi sur l’avortement en France le confirme.
    Comme la natalité exponentielle se situe au niveau des populations dites « extra-Européennes » il ne faut pas être un champion de mathématiques pour en déduire que nous serons submergés (à nos frais) par un patchwork de populations qui nous détestent.
    Bravo les ….élites !

  9. Toute cette politique mise en place est largement approuvée…par les français eux mêmes en remettant un fervent artisan de cette politique au pouvoir.
    Un exemple du contraste entre le flicage de plus en plus serré des populations européennes et la complaisance vis à vis des migrants, il est beaucoup plus difficile pour les plaisanciers européens d’aller en Grèce, où l’on doit remplir un formulaire extrêmement intrusif et payer un vrai racket mensuel que pour les migrants d’y rentrer…

  10. Tôt ou tard, il faudra se pencher sur les compétences autoritaires de cette « machine pseudo-européenne » qui gouverne à l’encontre de la volonté des peuples qui la composent.
    Le plus tôt serait préférable sinon l’avenir est sombre.

  11. Le système politique ne choisit pas les meilleurs, il choisit les plus conformes, c’est dangereux pour notre société. Aujourd’hui après les trente glorieuses nous sommes dans les quarante honteuses, depuis Giscard ils ont tous participés à la déconstruction de notre identité, de notre nation, maintenant Macron à les coudées franches pour parachever ce système mortifère.

  12. Etant donné que les vieux peuples européens ne veulent pas d’une Europe fédéraliste, type USA, la seule façon de faire adhérer les populations au projet européiste est de la submerger par des flux migratoires qui accepteront ce projet. Les dirigeants de l’UE, Macron en tête, l’ont bien compris.

  13. À mon humble avis ce qui a accentué le vieillissement de l’Europe et par là, le défaut majeur de natalité, facteur majeur de l’existence même des peuples, c’est le fait que la jeunesse d’aujourd’hui entre dans la vie active de plus en plus tard à cause des longues études, qui parfois ne débouchent sur rien ou pas grand chose quand dans le siècle dernier, pas si loin, à 20 ans, voire à peine plus, ils commençaient déjà à fonder un foyer et avoir des enfants. On à l’Europe qu’on veut.

    • Non, quand la France comptait 55 millions d’habitants, elle se portait mieux. Ma région est surembouteillée, il y a trop de monde…

  14. Il faut en chercher les raisons, n’est-ce pas la grande féminisation suivie d’une grande fainéantise qui en est la raison ? Tout a commencé avec les 35 h ne l’oubliez pas, et s’est aggravé avec le télétravail et l’argent gratuit largement distribué lors du covid. Que cela entraîne des difficultés et des dettes presque insolubles la grande majorité de la population n’en a que faire et moins encore tous les assistés que la République sait si bien faire. Tout est lié à la même raison.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois