Interrogé, mercredi matin, sur BFM TV, Stanislas Rigault n’a pas réussi à s’exprimer face à un Bruce Toussaint très énervé. Le journaliste, qui vantait pourtant, l’an passé, ses vertus de calme et sa philosophie - « Il faut laisser parler l’invité sans l’interrompre » -, a rangé ses principes le temps d'un simulacre d'entretien. Bruce Toussaint n’écoute pas les réponses. Impatient, il hausse le ton, coupe la parole, s’éloigne de son rôle de contradicteur pour s’ériger en professeur. Puis, ayant achevé sa leçon de morale, conclut hâtivement sur un hypocrite : « Allez, merci beaucoup, vous avez pu vous exprimer et je vous remercie d'avoir répondu à nos questions. Beaucoup de réactions, beaucoup d'émotion bien sûr. » La déontologie selon BFM TV !


Une fois encore, la censure s’abat et, au nom de l’indécence, on clôt le débat. Est-il permis de manifester sa colère et son émotion ? N’est-il pas plus indécent de parler à la place de l’invité ? La prochaine étape pour BFM TV, c’est le plateau entre-soi ? Les discussions sans contradiction ? Était-ce vraiment le prétendu manque de respect à la de la petite victime qui agaçait Bruce Toussaint ? Ne faudrait-il pas plutôt justifier son mécontentement par la bien-pensance de celui qui prétend que « le voile n’est pas un signe de radicalisation » ?

Même moule pour Maxime Switek, si semblable à son compère, qui a été choisi pour animer le 22h-minuit sur la tranche qu’occupait, justement, Bruce Toussaint. On prend les mêmes et on recommence ! Cette fois, le pseudo-débat se jouait, jeudi, entre Switek et Bardella. Le professeur non satisfait de la réponse de son élève agite son index, reformule sa question et bloque sur le gros mot « française ». Parce que Lola est française, il faudrait s’interdire de le prononcer, histoire de ne pas heurter les sensibilités ? Et quand demande à son répétiteur si la suspecte est bien liée à l’immigration, le journaliste ne trouve rien d’autre à dire qu'un absurde « Vous, vous répondez oui !»


Aussi inimaginable que cela puisse paraître, Lola est devenue un signe de contradiction. Celle derrière qui, dans un monde normal, toute la nation aurait dû se lever à l’unanimité et immédiatement pour défendre ses enfants ne rassemble pas. Pire, elle divise. On ne se rassemble pas au même endroit. On arrache son portrait, on interdit les # avec son prénom, on ne doit pas prononcer sa nationalité. Bref, "on" est terriblement ennuyé par la situation. Faute d'avoir le droit de s'interroger, de réfléchir en dehors de toute passion et sans mots censurés, d’autres Lola seront donc persécutées puisque ni les médias, ni les politiques ne semblent prêts à affronter la réalité.

7474 vues

21 octobre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

45 commentaires

  1. L’hypocrisie de Bruce Toussaint est répugnante ! Il ne laisse pas ce petit jeune s’exprimer . Il lui coupe la parole sans cesse . C’est la négation du journalisme . Sait-il ce qu’est un code de déontologie ? Les Français , dans leur immense majorité , pensent ce que la droite et l’extrême droite disent , même s’ils ne les suivent pas sur toutes leurs idées .
    Si la loi avait été appliquée , LOLA serait vivante = vérité de La Palisse !

  2. Il n’y a jamais rien a attendre de ces journalistes aux ordres. C’est leur façon d’agir habituelle. Ils vivent bien eux !.

  3. « Aussi inimaginable que cela puisse paraître, Lola est devenue un signe de contradiction. » Ne confondez pas le peuple français avec l’image floue qu’en donnent les médias de grand chemin. Ils sont parfaitement dans leur rôle, celui pour lequel ils sont (trop) payés : Aboyer suffisamment fort pour couvrir les cris de détresse et de colère de la foule. Jusqu’à quand? Je ne sais, mais moins longtemps qu’on ne le crois.

  4. J’ai lu le communiqué de la famille !
    Dans un français exemplaire, authentifié par la maire de gauche de Lillers…

  5. J’ai visionné l’interview de Bardella. La mauvaise fois de monsieur Switek est vraiment un modèle du genre, même sur France-Inter ils n’atteignent pas ce niveau !

  6. Macron a pris sa part de récupération (à sa mesure) en convoquant la famille de Lola à l’Elysée (d’autres s’étaient déplacés). Seule Brigitte Macron a eu une attitude authentique. Son apparition éplorée d’hier soir paraissait un peu surjouée pour l’excellent acteur qu’il est et n’a probablement pas convaincu les Français.

  7. je n’ai que du mépris pour ces journalistes a la solde du pouvoir il n’y a plus de vrais journalistes mis a part ceux de C NEWS

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter