En ce début d’année, élève le débat. A-t-elle posté une vidéo dans laquelle elle vante les bienfaits du lissage brésilien de son coiffeur ? La question enflamme les . Et d’abord, se demandent 85 % de la population, qu’est-ce qu’un lissage brésilien ? Sera-t-il obligatoire ? Y a-t-il des effets secondaires ? La réponse est oui. Mais pour Marlène exclusivement. Quant à savoir pourquoi il est appelé brésilien, le mystère demeure.

Mais récapitulons cette affaire de première importance. Dans ladite vidéo publiée sur le compte Instagram du ministre, une jeune femme de dos, qui ressemble à la titulaire du compte, secoue sa longue chevelure. Séquence au ralenti façon spot de pub. « Ce lissage qui répare les cheveux et va donc permettre de gagner de précieuses minutes avant chaque matinale », commente l’heureuse cliente anonyme. Puis elle remercie toute l’équipe : Adriano, Vincent et une certaine Soraya, de C8, qui a fourni la bonne adresse.

S’ensuit un drame affreux. Accusée de faire la promo du salon en échange de la gratuité du service, Marlène Schiappa affirme que son compte a été piraté. Et puis non. Devant les preuves qui s’accumulent, l’avocat de la Claudia Schiffer repentie se contente de nier une quelconque tractation. La mayonnaise monte encore dans le bocal avec l’auteur du lissage qui est invité sur le plateau de Cyril Hanouna. L’homme jure les grands dieux que sa cliente a réglé la facture. 150 euros. Deux heures et demie de tirage de cheveux sur une féministe qui, à tout moment, peut porter plainte pour harcèlement. Le risque est énorme et se paye au prix fort.

Dès l’affaire ébruitée, Marlène Schiappa s’était empressée de publier une photo où elle apparaissait ébouriffée, mal coiffée, aux côtés du député LREM . Des heures de travail anéanties. Chez ce coiffeur, elle n’y était jamais allée. La preuve en images. L’homme à ses côtés était chauve. Elle lui ferait don de quelques mèches de cheveu, mais faire de la pub pour un salon de coiffure, ça, jamais ! Plutôt finir tondue à la fin du quinquennat. Croix de bois, croix de fer à friser… Ah, que la situation est ennuyeuse !

Le fanfaron claironne à tout propos qu’il assume. À l’usage, c’est l’exact contraire qui apparaît. Pénuries de ou conseil beauté, l’important et le futile font l’objet de dissimulations. La partisane du non genré s’avère midinette de salon de coiffure. Les idéaux s’envolent au premier coup de séchoir. Dans le cadre de l’égalité homme/femme, allons-nous découvrir un donnant quelques conseils de couture ? Piqûre et surpiqûre… Et lissage brésilien pour tout le gouvernement !

6 janvier 2021

À lire aussi

Qui veut jouer au restaurant clandestin de Chalençon ?

Pour donner des gages de l'intégrité gouvernementale, Emmanuel Macron va-t-il procéder à u…