Les migrants rejetés du Royaume-Uni pourraient donc arriver... en France. Près de vingt ans après la signature des accords du Touquet, la continue de se faire avoir. Ce 16 novembre, Robert Jenrick, ministre de l’Immigration outre-Manche, réaffirme le souhait du Royaume-Uni de signer « un accord de retour [des migrants] avec la France ». Alors que la Grande-Bretagne serre la vis, la cède une nouvelle fois.

La France, « bras policier » de la politique migratoire britannique

Au moment où le Royaume-Uni peine à exécuter sa politique de renvoi des demandeurs d’asile vers le Rwanda, le gouvernement conservateur vient de trouver une autre solution : renvoyer les migrants en France. Devant la Chambre des communes, ce 16 novembre, Robert Jenrick rappelle le souhait de l’exécutif britannique « d’obtenir un accord de retour avec la France ». À l’instar de ce que la Grande-Bretagne réalise déjà avec l’Albanie, les conservateurs aimeraient que la garde sur son sol les migrants candidats à l’immigration britannique afin d’y étudier leur dossier. Aux parlementaires, le ministre de l’Immigration britannique, qui se montre confiant sur la réalisation d’un tel projet, explique : « Nous voulons créer un système de dissuasion afin que les gens ne fassent pas la traversée en premier lieu, et que s'ils veulent demander l'asile, ils le fassent dans le premier pays sûr où ils entrent. » Et de préciser : « La est, bien sûr, un choix parfait. »

Ces propos font écho à l’accord bilatéral signé le 14 novembre dernier entre Gérald Darmanin et son homologue britannique, Suella Braverman, afin d’endiguer l’immigration clandestine dans la Manche. Outre l’augmentation des moyens – hausse de 40 % des effectifs de police, développement d’un arsenal de surveillance, coopération rapprochée entre les deux pays – et un versement britannique de 72,2 millions d’euros, cet accord prévoit la création de « centres d’accueil dans le sud [de la France, NDLR] pour dissuader les migrants de se rendre sur le littoral de la Manche ». Autrement dit, la France, en plus de contrôler la frontière britannique à Calais, accepterait de retenir les migrants sur son sol.


L’absence de volonté

Ce n’est pas la première fois que la cède face au Royaume-Uni sur la question migratoire. Depuis 2003 et la signature des accords du Touquet, l’Hexagone se charge du contrôle des flux migratoires en échange de quelques compensations financières, qui parfois semblent insuffisantes. Si cet accord pouvait paraître paritaire au début des années 2000, la crise de 2015 suivie d’incessantes vagues migratoires l’ont rendu totalement asymétrique. Comme le résume Bernard Cazeneuve dans un entretien à La Croix : « [Les accords du Touquet] mettent beaucoup sur les épaules de la France et peu sur celles des Britanniques. » En 2015, la Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNDCH) abonde dans le même sens et écrit que « ces accords ont conduit à faire de la France le bras policier de la politique migratoire britannique ». En effet, depuis près de vingt ans, la France, pourtant bien occupée par la gestion de ses propres frontières, doit en plus gérer une partie de la politique migratoire du Royaume-Uni.

À cela s’ajoute un dramatique paradoxe. D’un côté du territoire, sur les côtes méditerranéennes, la France ouvre ses ports aux bateaux de migrants. De l’autre, sur le littoral de la Manche, l’Hexagone se retrouverait contraint d’empêcher les migrants de quitter le sol français, si un tel « accord de retour » venait à voir le jour.

Plutôt que de céder au Royaume-Uni, la France devrait, à l’instar de la politique britannique, exiger des pays d’Afrique du Nord qu’ils retiennent eux aussi les migrants. Mais pour cela, il faut une volonté politique. Et une réelle indépendance vis-à-vis de la politique immigrationniste de la Commission européenne. On en est loin.

7074 vues

18 novembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

38 commentaires

  1. Que le ROYAUME-UNI les renvoie où il veut mais par pitié, pas en France, la coupe est pleine……. Le peuple Français est dans l’insécurité et la précarité à cause de ces peuplades que Macron ne cesse d’accueillir au nom de la « cause Humanitaire ». Trop d’exemples horribles ont prouvé que ces dernières sont incompatibles avec notre civilisation.

    1. « Le peuple français »?… Y a-t-il encore un peuple français? Une population, un chaos ethnique, des communautés, tout au plus.

  2. L’Etat de droit, l’Etat de droit … Je croyais que la constitution et les lois françaises interdisaient de retenir une personne contre son gré et de la priver du droit de quitter notre térritoire si elle n’a commis aucun crime ou délit. LIBERTE.

  3. Non, les anglais ne sont pas imbéciles, ne sont pas bêtes, comme le dit un commentaire : ils sont perfides.

    1. Ils nous apparaissent « perfides » parce qu’ils ont la volonté et la force de défendre leurs intérêts. C’est une nation d’épiciers disait Napoléon, n’empêche que les épiciers ont souvent eu raison de leurs ennemis. Nous sommes d’éternels naïfs, nous croyons que les autres sont à notre image: gentils, laxistes, faibles.

  4. On cède face au Royaume Uni , on s’écrase également face à l’Allemagne , la France compte elle encore sur la scène internationale , j’en doute mais pas vraiment surpris quand on voit qui nous dirige .

  5. Notre pauvre France devenue une véritable poubelle dont la création et l’entretien appartiennent à tous ces gouvernants amateurs et d’une incapacité notoire à résoudre le moindre souci.

  6. Ce qu’il faut que la France fasse c’est d’ouvrir ça frontière pour que l’Angleterre soit submergé de migrants .

  7. Il faut noter tout de même que vu de l’autre coté de la Manche, ce qu’on continue pompeusement de nommer « la France », ressemble à s’y méprendre à l’Afrique au regard de ce que ce pays contient de populations exotiques.
    Alors n’en voulons pas trop aux british qui veulent renvoyer leurs migrants vers nos cotes, pensant les renvoyer chez eux…

  8. On est vraiment des pigeons gouvernés par des incapables. Depuis l’arrivée de ce bateau, on ne voit plus
    Perorrer Jupiter et darmarin à la Tv. Peut-être finissent t’il par comprendre qu’ils ne sont plus crédibles !

    1. Ces individus « hors sol » n’entendent que la voix de vanderlayen, soros, schwab et compagnie, cela fait longtemps que nos zélites ont condamné leur propre peuple : les français…

  9. Nous ne pouvons pas faire confiance à la GB , dans aucun domaine !
    Elle n’a toujours vu que ses intérêts , prendre et jamais rien en retour !
    Maintenant comme depuis la dernière guerre , elle obéit à « l’oncle Sam « 

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter