Jeudi 17 novembre, Gérald Darmanin a envoyé une lettre à tous les préfets. On s'attendait à quelque chose de significatif : on n'est pas déçus. Le ministre de l'Intérieur leur demande en effet de durcir l'application des OQTF envers les clandestins, et plus spécialement envers les étrangers délinquants. Il ne rappelle pas, au passage, les chiffres accablants de la délinquance étrangère, que ses services ont rendus publics, et qui montent jusqu'à 70 % à Paris pour certains délits, selon Le Parisien. Darmanin recommande, pour cela, que les étrangers sous OQTF soient inscrits au fichier des personnes recherchées (FPR) et que ces étrangers soient systématiquement assignés à résidence, à une adresse « fiabilisée ». Enfin, le ministre souhaite rendre « la vie impossible » aux personnes frappées d'OQTF en les privant de leurs droits sociaux.

C'est le dernier avatar de Gérald Darmanin, qui s'est déjà réincarné tant de fois, sous tant de masques différents. D'abord jeune ambitieux chez Les Républicains, élu de Roubaix, membre de la galaxie Xavier Bertrand (désormais étoile morte), il essaya d'imiter Sarkozy. Ensuite, attrapé, comme tous les traîtres, par le papier tue-mouches des vanités macroniennes, il fit partie, avec Bruno Le Maire, des prises « de droite ». Bon soldat, il n'eut aucune peine à remplacer le misérable Castaner, qui vient de trouver une consécration à sa mesure en rejoignant le conseil d'administration du port de Marseille. Il fut donc ministre de l'Intérieur. Et voilà le travail.

Tantôt « plus à droite » que Marine Le Pen, selon sa propre analyse lors de leur débat télévisé, tantôt pétri d'humanité factice, comme il le fut récemment, dans l'Hémicycle, face à la courageuse députée RN Laure Lavalette, Gérald Darmanin a bien retenu les leçons de l'en même temps. La semaine dernière, il accueillait l'Ocean Viking. Vingt-six de ses occupants se sont enfuis, 123 ont été « mis en liberté » dans la nature à cause de l'incurie de la police des frontières. Cela fait 149 migrants partis, il y en avait 234 à l'origine, il ne reste que 85 dossiers à traiter. Belle simplification administrative. Cette semaine, Darmanin écrit aux préfets pour leur demander une sévérité exemplaire. Évidemment, cela ne va rien changer : les OQTF ne seront pas davantage appliquées puisque cela dépend du bon vouloir des pays d'origine. Les aides sociales disparaîtront pour partie, mais qu'en sera-t-il de l'AME ? Va-t-on, pour utiliser le même argument stupide que le ministre à propos du bateau de SOS Méditerranée, laisser mourir ces gens ? Bien sûr que non. D'ailleurs, en l'absence de cartes Vitale biométriques (puisqu'on ne le veut pas), « ça va bien se passer », comme il le dit lui-même.

Alors, à quoi bon ces coups de menton ridicules ? Pour faire comme Sarkozy, des effets de manche suivis de rien ? Peut-être. L'échéance de 2027, en effet, approche déjà. Nos hommes politiques aiguisent leurs crocs. Bruno Le Maire, Édouard Philippe et Gérald Darmanin, tous venus de la droite molle, tous macrono-compatibles, sont prêts. Darmanin, parmi eux, est le plus jeune, et il tient à jouer sa carte. Il présentera un projet de loi sur l'immigration en 2023. Et il faut qu'il prépare le terrain, évidemment, d'où cette poudre aux yeux. Les braves gens, qui sont cocus depuis si longtemps et continuent à voter pour leur propre destruction et leur propre envahissement, se laisseront-ils berner une fois de plus ?

En tout cas, après le succès de « Moussa le Ch'ti », « Un homme de convictions » et « Monsieur le Ministre », voici « Gérald l'impitoyable ». Scénario de Nicolas Sarkozy, musique d'Emmanuel Macron, décors de BFM TV. Sortie en ces jours-ci.

6339 vues

18 novembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

56 commentaires

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter