Élue régionale, mais aussi mère de famille et amie de la famille de Dartois, Isabelle Surply réagit à l’arrestation du meurtrier de la jeune fille. Elle déplore les carences de la politique judiciaire et témoigne de la grande dignité des proches de la victime.

 

 

Ludovic Bertin est le suspect impliqué dans l’assassinat de Victorine Dartois. D’après son entourage, ce voisin est évidemment au-dessus de tous soupçons.
Comment avez-vous réagi en apprenant la nouvelle ?

Je suis évidemment consternée et épouvantablement horrifiée. Toutes mes pensées et mes prières se tournent vers la famille. Malheureusement, il s’avère que cet homme a un casier. Nous sommes face aux résultats d’une politique judiciaire terriblement carencée. Je n’ai plus de mots. Je suis extrêmement en colère.

On s’adresse à l’élue, à la mère de famille, mais aussi à la voisine puisque vous connaissiez bien la famille Dartois.

Oui. Ce que dit monsieur Éric Dupont-Moretti n’est pas vrai. Il dit que les peines sont faites. J’entends déjà autour de moi, des mères de famille déplorer qu’il ne sera probablement pas longtemps en prison. C’est le ressenti autour de moi. Les faits sont là. Aujourd’hui, la peine pour avoir volé une voiture est presque plus longue que pour avoir tué quelqu’un. On ne peut pas prendre éternellement les Français pour des idiots.
Soit, on se réveille et on réforme le système judiciaire et pénal et on commence à appliquer la loi. Soit, on se prépare à des années de plus en plus compliquées pour nous mères de famille, et pour les politiques en place.

Vous avez eu l’occasion d’échanger avec les proches de Victorine Dartois. Comment avez-vous trouvé cette famille ?

La grande chance de la famille Dartois est leur très grande unité. L’entourage est vraiment énorme. Leur dignité est indescriptible. Pour cela, je salue la dignité des Dartois et de leur entourage. Je souhaite leur redire toute mon amitié et mes prières. Être aussi fort et aussi digne mérite d’être souligné. Je souhaite leur dire de tenir bon.

À lire aussi

L’éducation plutôt que la « tenue républicaine »

Nous avons passivement confié à l'État ce rôle majeur qu'est l'éducation. …