Dommage qu'il n'ait pas fait partie d'une sélection officielle. Le jury de tel ou tel prix littéraire se serait probablement régalé à lire Par-delà les vagues (attention, jeu de mots), le livre témoignage d'Olivier Véran. Dans cet ouvrage publié « sans autorisation » de l'Élysée, celui qui fut ministre de la raconte « son Covid ».

Surprise, tout d'abord, devant l'humilité du ministre de la vaccination, du masque et des confinements « en responsabilité ». Il reconnaît s'être trompé sur l'utilité du masque, avoir trouvé « surréalistes » les mesures prises par les pays voisins. Il confesse être passé à deux doigts du burn out, avec nausées et jambes tremblantes, et tout et tout.

Véran se livre en vérité, diront les magazines, nos jurys littéraires des temps modernes. Il n'oublie pas pour autant d'égratigner le professeur Raoult, qualifié de « chaman ». Il donne aussi sa version de la perquisition qui a suivi la plainte déposée contre lui. Que dire ? Que penser de tout cela ?

Je pense pour ma part que c'est du pipeau. C'est mon simple avis et que je partage avec moi-même ! Rien, chez Véran comme chez ses copies conformes, n'est gratuit ni sincère. Le but premier de cet ouvrage est, c'est certain, de faire pleurer dans les chaumières sur le sort d'un ministre pourtant coercitif et occasionnellement hystérique (rappelez-vous « la réalité de nozopito ! » à l'Assemblée nationale). Pas sûr que cela suffise.

Olivier Véran, avec ce livre, poursuit-il un autre but ? Un objectif pour 2027, peut-être ? À voir. Il serait intéressant de savoir combien il vendra d'exemplaires, c'est-à-dire combien de braves citoyens se laisseront avoir par ces larmes de crocodile, ces ficelles millénaires, cet exercice de style bien connu. Pour ce qui me concerne, je n'oublie pas les vieux qui mouraient seuls en EHPAD, les pompiers, militaires ou infirmiers à la carrière brisée pour refus de vaccination, et encore aujourd'hui sans emploi ou au placard ; je n'oublie pas le vaccin qui « ne protège que des formes graves » mais qu'il faut faire quand même ; je n'oublie pas Véran ni Ndiaye, capables de dire tout et son contraire, ni les accusations de contre ceux qui n'adhéraient pas à la parole officielle. Et tout ça, personne n'en fera un livre.

4886 vues

8 septembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

28 commentaires

  1. Si, justement. Vous avez énuméré tous les sujets qui mériteraient la publication d’un livre. Nous pouvons le faire. Il faudra seulement chercher un éditeur à l’étranger parce qu’en France, ils se mettront aux abonnés absents.

  2. alors LUI il nous fera rire jusqu’au bout avec tous les mensonges et les erreurs qu’il a commis il devrait etre en prison

  3. Que ce soit du pipeau, c’est certain. Ecrit par un quidam blanc très sombre, sans doute. Mais même sans autorisation de l’Elysée, ce livre n’est-il pas un ouvrage de regrets et d’excuses, faisant verser des larmes de crocodile à ses lecteurs, pour à l’avance essayer de montrer une non responsabilité ou une non culpabilité et de s’exonérer de tout, au cas où les choses s’envenimeraient, en particulier au pénal ? De plus pour son mentor lui-même, si ça marche, ce peut être un exemple de ce qu’il lui conviendra de faire dans quelques temps.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter