Guerre en Ukraine : Ségolène Royal, la voix de la sagesse ?

ségolène royal

Décidément, Ségolène Royal, candidate à l’élection présidentielle de 2007 et par ailleurs fille d’un lieutenant-colonel d’artillerie de marine, nous épatera toujours. Et celle qui prônait naguère « l’ordre juste », à la grande consternation des éléphants socialistes la soutenant alors, telle la corde le pendu, face à Nicolas Sarkozy, de susciter à nouveau un joli ramdam dans le Landernau, avec ses déclarations hétérodoxes sur le conflit russo-ukrainien : « Tout le monde le sait qu’il y a une propagande de guerre par la peur. Ne serait-ce que le premier événement qui a été dit, la maternité bombardée. Quand monsieur Zelensky a fait le tour des Parlements européens, c’est là que le processus de paix s’est interrompu. Il a utilisé ça. Il a été incapable de donner le nom de cette femme, on n’a pas su le nom des victimes. Et vous pensez bien que s’il y avait eu la moindre victime, le moindre bébé avec du sang, à l’heure des téléphones portables, on les aurait eues. »

Le pire est que, finalement, malgré des excuses de circonstance, l’ancienne ambassadrice chargée des négociations internationales relatives aux pôles arctique et antarctique en remet une couche avec ce tweet, posté ce 7 septembre : « On ne veut pas laisser à nos enfants et aux générations qui viennent une Europe dont le niveau de vie s’effondre de 40 %, des milliards pris au bien-être pour des armes, du charbon pour des désastres climatiques. Arrêtons d’avancer comme des somnambules, agissons pour la #Paix. » Bref, une position qui n’a guère changé depuis cet autre tweet, posté le 23 février : « Sachons dire non aux guerres absurdes qui ne sont pas les nôtres. Souvenons-nous du courage de Jacques Chirac, insulté pour avoir dit non à la guerre de Bush en Irak, sur un énorme mensonge. Deux leaders, Joe Biden et Boris Johnson, sont d’autant plus va-t-en-guerre qu’ils sont affaiblis. »

Pourtant, quel crime a commis Ségolène Royal, si ce n’est celui consistant à faire preuve de la plus élémentaire prudence ? Soit une position se situant dans la droite ligne de l’ancienne tradition du Quai d’Orsay, avant qu’elle ne soit subvertie par les néo-conservateurs américains : celle du général de Gaulle et de ses successeurs.

Prudence, encore, par rapport aux engouements médiatiques du moment, cette dame évoquant, dans un long portrait lui étant consacré, ce 6 septembre, par Libération, les mensonges de deux guerres irakiennes : « Je pense que j’ai été marquée par les propagandes précédentes... » Et d’ajouter : « Je n’ai qu’un seul objectif, qu’un processus de paix et de médiation s’engage » ; d’où cet appel à Emmanuel Macron, lancé le même jour sur LCI, devant Ruth Elkrief : « Il n’y a toujours pas de médiateur, pas de conférence de la paix où les protagonistes peuvent se parler pour chercher des compromis. […] C’est l’appel que je lance au président de la République ! » L’espoir fait vivre…

Pourtant, et ce, contrairement à ce que prétendent quelques belles âmes du microcosme médiatico-politique, prêtes à faire rempart de leur corps en se battant jusqu’au dernier soldat ukrainien, les sorties de Ségolène Royal ne relèvent nullement de l’inconstance ; mais, tout au contraire, d’une indéniable constance, tel qu’une fois encore noté par Libération, à propos des rapports entre la France et l’Afrique noire : « J’ai un souci. Pourquoi les Occidentaux cherchent-ils toujours à imposer leur modèle démocratique aux autres pays, notamment sur le continent africain. Nous donnons toujours les bons et les mauvais points avec une forme de mépris. » L’africaniste Bernard Lugan et le philosophe Alain de Benoist n’auraient pas mieux dit.

Cette liberté de penser, si rare aujourd’hui dans le personnel politique français, il faut au moins aller chercher vers une Marine Le Pen pour la trouver. D’où ce jugement d’un ancien ministre socialiste, toujours cité par Libération : « On peut dire qu'elle aime penser contre elle-même. » Ce qui est, finalement, le début du bon sens et du sens politique, surtout. Certains seraient bien inspirés d’en prendre de la graine.

Nicolas Gauthier
Nicolas Gauthier
Journaliste à BV, écrivain

Vos commentaires

41 commentaires

  1. Ségolène Royal est lucide et argumentée, c’est bien la première fois que je lui donne raison, mais, mieux vaut tard que jamais…

  2. Un édito comme je les aime.
    Merci Mr Gauthier, c’est toujours et encore un plaisir de vous lire.
    Il n’y a rien à critiquer ni même rien à rajouter.

  3. Pauvre Ségolène, pour une fois qu’elle ne dit pas une c….rie, tout le monde lui tombe dessus. Les gens sont méchant tout de même.

    • D’ou lui vient cette clairvoyante sagesse et ouverture d’esprit? Aurait elle rencontré le marabout salvateur ou plus simplement arrêté les médocs. Qu’importe pour une fois je salue les arguments en phase directe avec la réalité.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois