Dans vingt ans, lorsque les élèves des écoles se pencheront sur l’histoire de la région en Europe, on leur fera peut-être étudier les mots du Président au Conseil national de la refondation (CNR), qui se réunissait ce 8 septembre. Il y a dans ce discours et dans les réponses à la presse un étonnant concentré de macronisme. Tout y est, toutes les caractéristiques, toutes les ficelles, les petites et les grandes arnaques du régime. Et cet art du vide servi en soufflé, ce festival de mots creux et grandiloquents. C’est l’occasion ou jamais d’écrire la recette du macronisme pour tous.

1 Se saisir d’un récipient flashy

Commençons par le nom, ce CNR inspiré du Conseil national de la Résistance. Le macronisme ne résiste à rien : il suit l’européanisme mondialiste. Le sigle a ainsi tout de la captation d’héritage… à mauvais escient, car le programme du CNR, celui de la guerre, tient bien davantage du mélenchonisme que du macronisme. Établi le 15 mars 1944, ce programme promettait « l’instauration d’une véritable économique et sociale, impliquant l’éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l’économie ». De quoi faire trembler les grandes fortunes qui ont soutenu la campagne de à bout de portefeuille. Ce n’est pas tout, le CNR de la guerre, promettait « le retour à la nation des grands moyens de production monopolisés, les fruits du travail commun, des sources d’énergie, des richesses du sous-sol, des compagnies d’assurance et des grandes banques ». Rassurez-vous ! ne met pas ses pas dans les traces symboliques du communisme, il a juste trouvé un sigle ronflant, un mot flash. Va pour le CNR.

2 Y verser deux mesures de consensus

C’est la base de la recette. Il faut citer le cuisinier lui-même. Emmanuel veut « bâtir du consensus sur la situation de la et son avenir ». Il faut aussi « rebâtir du consensus sur là où va le pays ». On nous a changé l’homme qui rêvait d’« emmerder les non-vaccinés ». Vive le consensus !

3 Ajouter la transition climatique

Indispensable ingrédient du consensus guimauve, la transition climatique ne se discute pas : elle s’impose. On doit être prêt à mourir non plus pour la France mais pour la transition climatique. Alors, fonce : « La transition climatique et la transition démographique, le grand âge créent énormément de tensions dans la société. » Le grand âge, énormément de tensions dans la société ? prépare l'arrivée de l'euthanasie. Une urgence, c'est sûr, alors que l’immigration, par exemple, c’est bien connu, remplit de joie le cœur des Français. Macron n'en dit pas un mot.

4 Insérer la consultation

Ingrédient majeur du macronisme, la fausse consultation donne son goût inimitable à la recette de l’arnaque macronienne. Le Président veut donc « une très large consultation » pour « mettre les Françaises et les Français au cœur de ces grandes décisions ». Il s’agit « de prendre en compte toutes ces parties prenantes ». Traduire : il faut permettre aux minorités agissantes de l’extrême gauche et aux militants du consensualisme qui n’ont pas d’idées de le dire haut et fort.

5 Saupoudrer le terrain

L’Élysée et ses consultants enfermés dans leur bureau n’oublient jamais d’évoquer « le terrain ». Comme dit le Président, il s’agit de « remettre les forces vives sur le terrain au cœur de l’action publique ». « Les coalitions d’action, on va les ouvrir sur le terrain », ajoute notre Président. Vous avez compris, vous ? Dans ce cas, c’est qu’il s’est mal exprimé !

6 Monter l’« ouverture » en neige

Ah, la France et son destin, cet avenir qui chante et vibre ! Écoutez plutôt : « Les conditions d’action (sic !), on va les ouvrir sur le terrain (revoilà le terrain !), ce sera ouvert. Et puis, on va ouvrir dès la semaine prochaine une consultation nationale très large qui sera en ligne, qui sera ouverte. Je veux qu’il y ait des débats sur le terrain qui puissent être en ligne, qui puissent être ouverts, tout cela nécessite de la transparence, de l’ouverture. C’est plutôt un souhait, j’espère qu’on y viendra. ». Chateaubriand et Jaurès peuvent aller se rhabiller !

7 Mélangez le tout et enfourner au thermostat doux des promesses non tenues

Promis ! « On va très vite lancer de l’action concrète », assure le Président. Ouf, on a cru un instant qu’il ne s’agissait que de mots creux.

8 Servez tiède et bien mélangé

Un dernier mot : « On vous redonne du sens, de la capacité à faire et à agir. ». Ah bon ? Merci, Monsieur le Président. On sent tout de suite que, grâce au CNR macronien, la France respire mieux. Français, la libération est proche.

12325 vues

8 septembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

50 commentaires

  1. Consensus. Définition du Larousse:
    1. Accord et consentement du plus grand nombre, de l’opinion publique
    2. Procédure qui consiste à dégager un accord sans procéder à un vote formel, ce qui évite de faire apparaître les objections et les abstentions.
    Notre très cher président devait penser à la procédure, sûrement pas à l’accord…

  2. Pour pouvoir faire et agir c’est à dire avoir la maitrise de son destin collectif il faut disposer du RIC en toutes matières et d’abord constitutionnelle. Or E.Zemmour, F.Arthaud, et E.MACRON constituaient le TRIO de candidats qui ne proposait pas le RIC à la Présidentielle !
    Il ne faut participer à aucun débat avec E. MACRON tant que le RIC n’aura été mis en place et que les participants mécontents de ce que M.MACRON en aura retenu pourront en appeler à l’arbitrage des électeurs par RIC;
    Marine LE PEN, Valérie PECRESSE, et les candidats de gauche proposait le RIC. il est donc majoritaire à l’Assemblée nationale et au Sénat. Qu’attendent ces parlementaires pour instaurer le RIC dans un nouvel article 89?

    1. Le Melenchon qui a appelé à ne pas voter pour Le RN et qui se voyait 1 er Ministre de Macron aux législatives, la combine a échoué et Macron nous est revenu par la petite porte…

  3. Avec macron le CNR devient le Conseil National du Ridicule.
    Même si la recette semblait alléchante, il n’y avait manifestement pas grand monde pour déguster le plat. C’est souvent comme ça avec le réchauffé.

  4. Encore une « macronade » de plus. Le CNR ne représentera pas les Français mais parlera par la bouche de cette minorité de « courtisans » qui ont accepté l’invitation, et Jupiter, le psychopathe, pourra continuer à imposer tout ce qu’il veut sans, une fois de plus, passer par le Parlement et le Sénat. Espérons que sa destitution soit mise « en marche » rapidement.

    1. Il faudrait un miracle…Mais ils sont tellement rares. D’autant plus qu’une majorité d’aplatis semble accepter cinq années de plus à supporter ce mégalo!

  5. Encore du vent et des fausses paroles. Il faut arrêter de vouloir enfumer les français et surtout de les emmerder. Pourquoi ne pas avoir mis en cause la véritable question : les français ne veulent plus d’un président de pacotille mondialiste, alors à quand un référendum ?

    1. On sait comment finissent les référendums qui ne vont pas dans le sens souhaité.

      Mais, là, le désaveu serait tellement criant que ce pitre ne s’y risquera pas.

    2. Quand la NUPES, LR, ou le RN auront déposé une proposition de RIC pour l’article 89, on verra sur quel texte final l’Assemblée nationale et le Sénat se mettront d’accord et il sera soumis à référendum et les citoyens trancheront comme au CHILI. Cela est urgent car en cas d’élection anticipée il faut savoir ce que chaque parti propose comme modalités!

  6. Quel galimatias prétentieux et vulgaire. Il y a 50 ans un élève qui passait son certificat d’études primaires se serait fait tirer les oreilles s’il avait bafouillé autant de fois le mot ouvrir ou ouverture… par exemple !
    Une rédaction bâclée digne d’un cancre !

  7. Je me suis longtemps demandé comment Emanuel Macron avait pu prendre et se maintenir au pouvoir et je crois avoir trouvé:
    L’ATTRACTION ET LA FASCINATION DU VIDE

  8. Un gloubi-boulga macronien qui n’intéresse que l’intéressé !
    Exercice habituel du : « je m’écoute parler à moi-même et j’aime ça » !
    Du vent, du creux, du vide, du rien, j’en passe et des meilleures !
    Ne vous faites aucune d’illusion, il tentera tout avant les prochaines élections, il répétera les mêmes poncifs, et il fera campagne pour le même hurluberlu, à savoir son poulain (ex poulain de Sarko) Darmanin !
    En fait Macron rêve d’une guerre, une vraie, celle qui fait mal, pour s’accrocher à son fauteuil de Président trop grand pour lui, et rejeter la faute sur le dos des français !
    À nous de l’en empêcher.

    1. Tout à fait d’accord, le but de Macron est de voir les Français s’étriper. Ne pas céder à ses instincts mortifères, mais travailler pour l’isoler lui et bande de mafieux en cessant de travailler pour eux mais pour nous, c’est à dire tous ceux qui ont la France au cœur. Boycottons tous ceux qui servent et copinent avec ce pouvoir.

  9. du vent comme d’habitude, il parle s’écoute , se congratule et content de lui. nomination d’un » nul » à la tête de son cnr et messieur est content, bref l’enfumage se poursuit et pendant ce temps la notre pays s’enfonce dans le chaos. mais chut le complotisme est la

    1. « du vent comme d’habitude, » C’est la marque de fabrique du macronisme, forme atténuée du « tartagueule à la récré ». Avec une exception majeure : les réformes sociétales, passées à la hussarde mais en catimini.

  10. Vous êtes dur envers lui ! Non, non, il n’est pas si bête que çà ! Il apprend de ses erreurs. Vous ne me croyez pas ?

    Tenez, il y a peu, il nous a donné la parole, pour les législatives. Hé bien, on n’a pas répondu comme il fallait, et il n’a rien rien pu y faire.

    Ce coup ci, il va quand même nous redonner la parole, mais pas par la voie des urnes, non, de façon plus moderne, par Internet. Comme çà, il pourra corriger lui-même les copies de ceux, pardon de celles-zet-ceux qui auront mal répondu. Ben voyons…

  11. « On va les ouvrir sur le terrain »? Ouvrir, ouvrir. Quoi? Son clapet? Et s’il le fermait, pour une fois? Ras-le-bol de sa logorrhée compulsive sans queue ni tête. Il aurait fait un excellent marchand e casseroles sur les foires commerciales de province.

  12. Ce qui frappe vraiment c’est la vulgarité du langage et le mépris abyssal de la langue française très au-delà de la vacuité du discours qui dissimule un coup d’Etat (Conseil de Défense sur tout, tout le temps + CNR = quoi au juste ? ) sous les formes de la sottise. Une chose est sûre, il prend les gens pour des **** !

  13. Encore un pognon de dingue, soutiré au con-tribuable spolié, pour opérer un enfumage de dingue ! Qu’est donc devenue la consultation citoyenne sur la bioéthique ? Toutes les contributions, ignorées, méprisées au point de disparaître des réseaux sociaux ? Pourquoi ? Les souhaits des contributeurs n’étaient pas les mêmes que ceux de notre machiavel capricieux, narcisse imbu de sa petite personne ? Idem des « consultations », plutôt des monologues jupétiriens post gilets jaunes !

  14. Une recette MacKinsey de plus ? Pour mieux faire passer la loi sur l’euthanasie, puisque la consultation s’adresse d’abord aux forces vives ! Brigitte et Line Renaud en sont donc apparemment exclues, c’est déjà ça ! Il annonce des lois et crée des apparences de consultation, jamais de consensus. Et on sait ce qu’il fait des pétitions signées par 700 000 personnes.
    Une rénovation sans les bases solides des piliers du passé, cela ne peut tenir. Car, comme le disait Churchill, qui a prouvé, lui, qu’il était un vrai chef de guerre, « un pays qui oublie son passé n’a pas d’avenir ».

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter