[Humeur] Gilles Le Gendre et ses petits conseils subtils : et maintenant, le sèche-linge

Legendre

Après le col roulé de Nono, la doudoune à Babeth, voici l’étendoir de Gillou. Gouvernement et majorité présidentielle redoublent d’imagination pour nous prodiguer leurs petits conseils dans la série « C’est bon pour la planète, votre pouvoir d’achat et même la guerre en Ukraine », le tiercé gagnant-gagnant du moment. Un véritable concours Lépine.

Gilles Le Gendre, député macroniste de Paris, vient donc d’apporter sa petite contribution. « Moi, ça y est, chez moi, ma femme et moi, on a décrété : on ne se sert plus du sèche-linge. Honnêtement, ce n'est pas très compliqué à faire. » Voyez-vous, c’est tout bête, mais c’est avec des gestes comme ça qu'on lutte contre le réchauffement climatique, fait des économies et - petit geste commercial sur le gâteau - emmerde Poutine. Si, si, réfléchissez un peu et vous verrez que ça se tient. Y dit pas ça, Gillou, mais y pourrait. Gilles Le Gendre, c’est l’homme qui sait tirer les enseignements de ses erreurs. « Notre erreur, avait-il déclaré en 2018,  est d’avoir probablement été trop intelligents, trop subtils. » Ça, c’était avant. Nouveau mandat, nouvelles législatives et… nouvelles erreurs ? En tout cas, fini, la subtilité, que personne y comprend rien. Place aux conseils pratiques qui touchent la ménagère de plus de cinquante ans, voire les autres.

Tiens, une idée, à l’heure où le bon professeur Salomon, un peu emprunté dans son costume de croque-mort, nous dressait le bilan quotidien au temps de la grande guerre du Covid : on pourrait imaginer la minute-conseil du gouvernement. Sur un ton festif et moderne, nos ministres et têtes de gondole de la Macronie défileraient à la télé entre deux pubs pour nous fourguer leurs recommandations : la douche prise en commun avec les voisins de palier, l’utilisation des ascenseurs réservée aux handicapés, femmes enceintes et personnes titulaires de la carte Vermeil, la réactivation du vieux lavoir municipal sous réserve, bien sûr, que les hommes en fassent autant - voire plus - que les femmes, histoire que Sandrine nous fiche la paix, etc. La boîte à idées est ouverte. Pourquoi pas un concours national doté d’un prix : une semaine pour deux en Ukraine dans un hôtel garni, un bon achat chez Engie ou un après-midi à l’Élysée avec Brigitte ?

Ces petits conseils, il faut bien l’avouer, s’ils prêtent à sourire, commencent aussi un tantinet à énerver. Prenez ce bonnet de nuit d’Olivier Marleix, patron des députés LR, il vient de s’agacer en tweetant : « Quand vous aurez fini de donner des conseils vestimentaires, Bruno Le Maire, vous expliquerez à nos entreprises pourquoi elles paient l’électricité 640 euros/MWh alors que les portugaises ou espagnoles sont à 115 euros/MWh. Sortez la tête du col roulé demain au Conseil UE ! » Et un twittos d’en rajouter : « Pour les conseils vestimentaires, tapez Le Maire. Pour le réglage du thermostat d’ambiance, tapez Borne. Pour le séchage du linge, tapez Le Gendre. » Les gens sont méchants, franchement. L'hiver n'est pas encore là mais quelque chose me dit qu'il sera long.

 

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 01/10/2022 à 7:36.
Georges Michel
Georges Michel
Editorialiste à BV, colonel (ER)

Vos commentaires

63 commentaires

  1. On ne l’avait pas vu depuis longtemps ! Retour en fanfare: toujours au même niveau, l’animal..:il ne nous décevra jamais……

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois