L'intégrité énergétique de Bruno Le Maire inquiète les instances élyséennes. Au micro de Léa Salamé, le ministre de l'Économie et des Finances s'est montré intransigeant. « Vous ne me verrez plus avec une cravate mais avec un col roulé. Et je pense que ce se sera très bien, ça nous permettra de faire des économies d'énergie, de faire preuve de sobriété. » Lors de températures négatives, la difficulté à trouver Bruno Le Maire pourrait venir retarder le Conseil des ministres. Est-il sous cet amas de tapis pure laine ? Dans ce portemanteau chargé de vêtements chauds ? À l'intérieur de cette combinaison de ski ? Vladimir Poutine ne s'attendait pas à cette attaque surprise de la part d'un stratège macronien. « Nous ne mettrons pas le chauffage tant que la température ne sera pas en dessous de 19 degrés. » Rien ni personne ne pourra faire dévier le combattant. Emmitouflé des oreilles aux talons, encagoulé, méconnaissable dans les couloirs du ministère, simplement éclairé d'une bougie à la graisse de phoque, l'homme résistera aux tentations du radiateur. reconnaît en son fidèle grognard le héros qui ne s'en laisse pas compter par l'abominable homme de Moscou.

À son tour, il fera commande de cols roulés et de baskets tendance rembourrées de laine de verre isolante. Le gouvernement tout entier se rira des moins dix et de la glace qui aura envahi les lavabos. À la veille des grands froids, Bruno Le Maire se fait le phare de la politique à suivre. Au travers des brouillards givrants, il éclairera la route des voitures officielles réduites à rouler tous feux éteints. La nature de ses interventions est imprévisible.

Dans le studio de Inter où le ministre est interviewé, la perspective d'une pénurie de cols roulés fait trembler l'ensemble de la rédaction. Une ruée massive sur ces articles viendrait plonger le pays dans l'abîme. Le ministre a-t-il prévu une OPA sur les tricots Damart Thermolactyl ? Un recours aux peaux de bête sera-t-il suggéré ? Rien ne filtre, pour l'instant. Les préconisations du gouvernements en matière de réchauffement individuel seront dévoilées - si le temps le permet - dès les premiers jours de décembre. En attendant ces annonces, les propriétaires de chiens à poil long rasent les murs, les éleveurs de chats angora ferment boutique. Bruno Le Maire peut passer à tout moment et rafler les animaux à la toison la plus foisonnante. Les épaules recouvertes d'un chat ronronnant, il viendrait alors donner de nouveaux conseils aux Français en mal de solutions judicieuses. Après le passage du gars Bruno, Inter a éteint son poêle à charbon. Sans boulet, comment faire ?

5462 vues

28 septembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

30 commentaires

  1. Et moi qui ne supporte pas les cols roulés , mais celui de M. Lemaire est certainement en laine d’alpagas, nettement moins irritant ; et encore un avantage çà ne se met pas à sécher dans le sèche-linge (n’est-ce pas M. Legendre) ?

  2. Il faudra encore beaucoup de cols roulés et de Françaisroulés par les écologistes pour que l’on relance un plan nucléaire digne de ce nom comme le voulait Giscard d’Estaing et l’ont refusé tous les présidents successifs (même Mitterrand qui n’a fait qu’inaugurer les centrales déjà construites).

    1. Historiquement, ce n’est pas Giscard mais Pompidou qui a résolument engagé la France dans le nucléaire. Les suivants n’ont fait que… suivre.

  3. Quelle est le bilans de ce ministre, pas excellent au même titre que le chef de l’état. si un ouvrier à ce même bilan dans son entreprise, il n’y a pas loin où il serait licencié depuis longtemps mais faut bien constater que ce chef de l’état, comme des précédents, à été élu avec moins du quart des Français en état de voter. Ceci explique cela mais faut bien y voir là un problème grave de notre démocratie qui est la gouvernance de part la volonté des peuples. Pas sure que la volonté du peuple de France soit respecter dans bien des domaines majeurs.

  4. Quant il n’y a plus de foins dans l’écurie les chevaux se bottent entre eux, il en vas de même en politique Française.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter