Haro sur Philippe de Villiers : c’est tellement facile !

PHILIPPE DE VILLIERS

Ce à quoi les émeutiers des semaines passées ne sont pas parvenus, Philippe de Villiers y est arrivé : faire l’unanimité contre lui. Éric Ciotti qualifie son tweet sur Gabriel Attal d’« incompréhensible et injustifiable ». Éric Coquerel le dit « rance, homophobe et complotiste ». Comme Marine Tondelier et Sandrine Rousseau, Olivier Faure lui intime l’ordre de le « supprimer », arguant que « l’homophobie est un délit ». Karl Olive le juge « sale et gratuit ». Au RN, on ne veut pas être en reste : pour Sébastien Chenu, ce tweet est « consternant » et « déplacé ». Même Jordan Bardella s’est fendu d’un tweet énigmatique, que l’on imagine viser Philippe de Villiers mais dans lequel celui-ci n’est pas cité, rappelant que nul ne doit « s’en prendre à la vie privée ». Tous semblent y avoir vu une attaque personnelle. Sans doute font-ils référence à l‘homosexualité assumée de Gabriel Attal et au couple qu’il forme avec Stéphane Séjourné. En ce lendemain de remaniement, son compagnon fait les gros titres de la presse. Aucun autre conjoint de ministre ne bénéficie d’une telle couverture médiatique. Si le voile est levé, ce vendredi matin, sur l’intimité de Gabriel Attal, ce n’est pas Philippe de Villiers qui en est le responsable. Car à aucun moment, dans son tweet, Philippe de Villiers n’évoque cet élément de la vie privée de Gabriel Attal : il s’inquiète de son « militantisme », craint le « passage du woke au LGBT ».

Ce commentaire justifie-t-il le tombereau d’insultes qui s’est déversé aussitôt sur lui ? Ceux qui l’accusent d’indécence et d’attaques personnelles ne reculent devant aucun propos ordurier, d’ordre familial parfois, que la décence - la vraie, celle-là - interdit de reproduire ici. Pour ne citer que les plus « polis », le député LFI Hadrien Clouet parle de « chouannerie dégénérée ». Laurence Rossignol, que l'on ne présente plus, de « facho vendéen ». On ricane du « fin de race ». Car Philippe de Villiers appartient à cette catégorie de population qui peut sans problème être stigmatisée sur sa race, ses gènes et ses origines. Ces gens charitables qui volent au secours du martyr Gabriel Attal et donnent des leçons de tenue à Philippe de Villiers l’agonissent d’injures. Tous les coups sont permis. Pas de décence pour les ennemis de la décence, vous comprenez.

Depuis quand le militantisme est-il une orientation sexuelle ? Pas plus que dénoncer le wokisme de Pap Ndiaye n’avait un lien avec sa couleur de peau, parler de militantisme LGBT ne vise un mode de vie. On peut être un ardent défenseur de la cause LGBT et hétérosexuel. Le gouvernement et la NUPES en sont remplis. L’inverse est également vrai : être homosexuel et en avoir sa claque de tenir lieu de fonds de commerce à des officines militantes. Quand Catherine Vautrin, en raison de son engagement à la Manif pour tous, a fait l’objet d’une curée qui lui a fermé définitivement les portes de Matignon, y a-t-on vu d’indignes propos contre son hétérosexualité ?

Accuser Gabriel Attal de militantisme LGBT serait un éhonté mensonge. S’il a été un fervent défenseur de la PMA pour toutes, c’est parce qu’il est lui-même né d’une PMA. Soit. Mais comment expliquer dans ce portrait brossé par Libération en 2019, portrait de secrétaire d’État - forcément relu et contrôlé, donc assumé -, ce soutien, très clair, dans son principe… à la GPA : il « laisse entendre qu’il ne serait pas contre une GPA éthique pour avoir un enfant, si c’était légal en France ». Si, de l’autre côté, de l’échiquier, on exhumait dans un Valeurs actuelles la déclaration d’un nouveau ministre de l’Éducation contre l’IVG, ne crierait-on pas aussitôt au conservatisme intégriste en demandant, toutes affaires cessantes, sa démission ? Les professeurs ne seraient-ils pas déjà en grève pour protéger les chères petites têtes blondes d’une telle idéologie ? Qui peut nier que le militantisme LGBT est à l’œuvre dans les écoles et que, dans ce contexte, cette déclaration passée du ministre de l’Éducation interroge et inquiète ?

Sans doute Philippe de Villiers a-t-il la couenne dure. Pas du genre à abdiquer l’honneur d’être une cible. Mais comment ne pas être un peu étonné par le psittacisme paresseux d’une partie de la droite que l’on aurait crue moins perméable à ce petit théâtre dont elle a pourtant déjà elle-même fait les frais par le passé.

Gabrielle Cluzel
Gabrielle Cluzel
Directrice de la rédaction de BV, éditorialiste

Vos commentaires

114 commentaires

  1. Les crétins, Ciotti en tête, qui hurlent avec les loups, se rendent-ils compte qu’ils scient la branche sur laquelle ils sont assis ? Aujourd’hui, c’est le lobby LGBT mais, très bientôt, ils verront qu’ils seront, à leur tour, interdits de parole par les fous du climat. Ensuite, ce sera par le lobby anti-nucléaire et ainsi de suite. La résistance aux atteintes à la liberté, je serais tenté de dire la Résistance tout court, ne se saucissonne pas. Il est vrai que Ciotti a approuvé, sans la moindre réserve, la dictature sanitaire. Bravo à Philippe de Villiers et à tous les résistants de toutes les époques et de toutes les latitudes !

  2. Je n’étais pas au courant de ce tweet, mais je confirme en le lisant : Il n’y a absolument, absolument, rien de scandaleux dans ce qui est écrit. Attal n’a jamais caché son orientation, ni son militantisme. Le problème est que ces gens ne sont jamais capables d’assumer leurs choix. Que la gauche prenne ses faux airs de vierge effarouchée, cela n’a rien d’étonnant, mais que Ciotti ne soit pas capable d’avoir un peu plus de cohérence intellectuelle, ça m’agace au plus profond (et ce n’est pas la 1ère fois). Je crois que Wauquiez devra bien réfléchir avant de l’embarquer avec lui…..

  3. Le grand carnaval des offensés bat son plein. Evoquons seulement les renoncements des LR qui n’en finissent plus de se perdre et de se ridiculiser. Comment osent-ils encore se prétendre de droite?

  4. Philippe de Villiers est un preux, un chevalier, un templier. Ce ne sont pas les gueux gauchisant qui vont l’intimider. Comme d’habitude, les LR se fourvoient. Mais avec eux, on a l’habitude. Plus inquiétant pour le RN. Attention à l’électorat…L’orientation sexuelle de M. ATTAL n’est pas en cause. Seul, sont militantisme pose problème. Il y a des gens qui ont la même orientation et qui jouissent du respect de chacun. Je pense à un Stéphane BERNE par exemple, qui a choisi une noble cause : la défense du patrimoine. C’est normal, un homme noble se propose des choses nobles…Avec une qualité qui fait cruellement défaut de nos jours, réseaux sociaux obligent, la pudeur….

  5. Avec cette partie de la droite qui justifie une fois de plus sa réputation de plus bête du monde car toujours impressionnée donc dépendante des fantasmes de gauche, on est loin de la sortie du tunnel ! A quand Marine dans le gouvernement de Macron?

  6. Si le Vicomte était Président de la République, nous aurions une France qui aurait renoué avec le fil de sa grandeur. Foi, ferveur, fidélité à notre héritage Chrétien. Mais non! Le Peuple préfère se suicider en élisant des décadents qui nous entrainent en enfer.

  7. C’est lamentable de la part de LR et du RN, car, en effet, le propos de P. de Villiers n’évoque nullement la vie privée de G. Attal, mais seulement son militantisme. Il ne saurait donc être accusé « d’homophobie ». Une fois de plus, nous avons à faire avec des opportunistes qui n’ont pas lz courage d’assumer des opinions susceptibles de déplaire aux bien pensants.

    • 100% d’accord avec vous. Ciotti est une fois de plus lamentable. Ciotti donne de plus en plus l’impression d’être un trosième couteau. C’est bien plus grave de la part de Bardella en qui l’on peut placer d’autres espoirs et qui semble doué de qualités politiques certaines (et peut être même très supérieures à celles de qui vous savez ….).
      Tout ça devrait confirmer une chose : Celui qui tient la route, c’est Z.

      • On se demande bien quelle route ? En tout cas ce n’est pas celle des dix-huit millions d’électeurs qu’il faudra pour battre le prochain Macron que le « bloc élitaire » nous prépare.

  8. Pap ndiaye, Attal, ou souvenez-vous l’inénarrable Sibeth Ndiaye, autant de pièges tendus par la macronie pour faire chuter dans la case « nazi » ceux qui oseraient critiquer ces personnes. Les partis politiques de droite l’ont bien compris.

  9. Tout un chacun a le droit fondamental d’exprimer ses idées de manière pacifique, sans avoir à craindre ni représailles ni intimidation.
    Ras le bol de la tyranie de la pensée unique de ceux qui n’assument pas ce qu’ils sont .

  10. Il en faudrait beaucoup des Philippe de Villiers et des Eric Zemmour et des Marion Maréchal et des journalistes type BV et des Charlotte d’ Ornellas et des, et des…

    • Il a peut être raison. Il a très vraisemblablement raison. Mais il a surtout d’immenses qualités. Il est Français. Il a un coeur qui bat pour la France. Il a servi la France. Sa famille a servi la France. Et il a fait, des ses mains, le Puy du Fou en y faisant retourner l’anneau de Jeanne d’Arc. Les feministes peuvent aller se rhabiller !

  11. Une fois de plus Marine le Pen montre ses insuffisances, 2 débats catastrophiques aux présidentielles, et ces prises de positions successives de soumission aux injonctions des petits nervis de la bien-pensance. Quant à Éric Ciotti, dommage, il avait pourtant bien commencé à sortir LR du en même temps… Ne restent plus de sérieux que des Zemmour, Marion Maréchal, Dupond Aignan, de Villiers, Ménard (quand il ne zigzag pas trop), et quelques cadres cadres RN, …

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois