L’immigration, un sujet comme un autre ? Démissions en cascade, fuites, découpage du programme, recrutement d’élus de troisième zone : les programmateurs de l’émission de ce jeudi soir sur France 2 sur le thème « Immigration : comment la maîtriser », animée par Caroline Roux, tentaient toujours, ce jeudi 9 novembre, à quelques heures de la diffusion en direct, de sauver le programme du naufrage.

L’idée de départ avait pourtant la force de l’évidence : l’immigration compte parmi les premières préoccupations des Français. Le Rassemblement national prospère sur ce thème dans les sondages de popularité comme d’intentions de vote. Les Français réclament à cor et à cri des mesures franches. Le gouvernement se saisit de cette thématique avec la loi Immigration sur laquelle il y a des choses à dire... Bref, il y a un sujet, comme on dit dans les rédactions. Sur son site Internet, France 2 l’a d’ailleurs résumé, ce sujet : « Comment et pourquoi réguler les flux migratoires ? Doit-on régulariser les sans-papiers qui travaillent dans des métiers en tension ? Faut-il durcir les conditions du regroupement familial ? Comment faire appliquer les obligations de quitter le territoire ? »

Courage, fuyons !

Des sujets centraux, qui intéressent tous les Français. Au départ, donc, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin devait défendre ses positions et sa loi, en guest-star sur le plateau, face aux leaders des grands partis. Mais voilà, la démocratie française qui se fourre la tête dans le sable depuis quarante ans sur cette question, à grand renfort de mensonges et de non-dits, peine visiblement à regarder le désastre en face. Le pouvoir ne semble pas très à l’aise.

Le ministre Gérald Darmanin a ainsi fait faux bond sur une première formule, suivi du porte-parole du gouvernement Olivier Véran puis d'Éric Ciotti, comme le remarque Marion Maréchal.


Côté LR, on explique qu'Éric Ciotti aurait renoncé pour des raisons internes liées au débat en cours avec Olivier Marleix, le président du groupe LR à l'Assemblée, plus dur sur la loi Immigration.

Jordan Bardella a, du coup, lui aussi décliné l'invitation, contraignant la chaîne à remettre à plat le concept de l’émission. Finalement, France 2 aurait choisi d’organiser deux plateaux successifs : un en prime time, l’autre plus tardif pour les obscurs. Le premier plateau devrait réunir Sabrina Agresti-Roubache, la secrétaire d’État chargée de la Citoyenneté et de la Ville, que le gouvernement envoie courageusement au front (apparemment, on ne s’est pas battu, chez les macronistes, pour défendre la loi Darmanin), le conseiller régional LR d’Occitanie Aurélien Pradié, le député LFI-NUPES François Ruffin, un peu à part dans son parti, et la tête de liste de Reconquête aux élections européennes Marion Maréchal, seule vraie personnalité nationale de la bande. Les éléphants de la gauche, les LFI canal historique, les PS ou les Verts, par exemple, ne se sont pas précipités pour ferrailler sur ce sujet majeur. Courage, fuyons ! Finalement, Gérald Darmanin et Jordan Bardella devraient se joindre aux débatteurs en duplex. On doit s’éponger le front, à France 2, en espérant que l’échafaudage fragile ne s’effondre pas d’ici l’émission.

Péril majeur

Mais on ne tient pas les téléspectateurs en haleine deux heures durant avec Agresti-Roubache, Pradié ou Ruffin. France 2 a donc prévu un deuxième plateau. Il confrontera, cette fois, la combative députée RN Laure Lavalette, conseillère régionale RN de Provence, le maire de Briançon Arnaud Murgia, ancien LR proche de Muselier, le maire de Rouen et Premier secrétaire « délégué » du PS Nicolas Mayer-Rossignol et le communiste Ian Brossat, sénateur de Paris et porte-parole du PCF. Il ne faut pas être grand clerc pour deviner que l’audience de cette deuxième partie ne crèvera pas les records de la chaîne…

En attendant, on patine toujours, à France 2 : en fin de matinée, ce 9 novembre, les débatteurs n’avaient toujours pas reçu le détail des sujets de l’émission. Le spectacle d’une classe politique et de médias étouffés par les tabous, apeurés, incapables ne serait-ce que d'évoquer un péril majeur pour le pays et complètement coupés des préoccupations des Français.

6220 vues

09 novembre 2023 à 17:30

Partager

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

34 commentaires

  1. Je ne veux pas faire de polémique mais il me semble que si, lors d’un match opposant des équipe FRANÇAISES, dans une ville FRANÇAISE, le drapeau FRANCAIS est mal vu alors que les drapeaux étrangers sont bien accueillis, et surtout les drapeaux des pays du Maghreb, c’est bien que nous ne sommes plus en France… Et il y a de quoi s’inquiéter. Ca veut dire qu’une majorité d’anti Français impose sa volonté et à pris possession de la ville…

  2. Toute immigration doit être bloquée, la France doit afficher complet aux frontières et dans les ports. Il est presque impossible de faire un tri vu le mensonge général de tous ceux qui viennent d’en face!

  3. Par intérêt sincère pour Marion Maréchal et Laure Lavalette , j’ai eu envie de suivre ce débat mais ça n’a duré que quelques minutes . J’ai éteins après l’interview du restaurateur . Un plateau que Caroline Roux ne maîtrisait pas, des propos méprisants envers « l’extrême drouate », des mines franchement agacées avec des soupirs qui en disaient long de la part des contradicteurs de gauche … Tout m’a hérissé comme me hérisse le procès fait depuis quelques jours le procès fait à Jordan Bardella. J’ai donc décidé de mettre fin à ce spectacle consternant

    1. Normal ! on aurait plus parlé des propos de J-Marie LePen que d’immigration. Même chez Praud, on l’a bassiné avec çà (on se demande des fois si Praud n’est pas complice de la gauche ?)

    2. Jordan doit débattre avec des responsables et non des seconds couteaux. Il avait méchamment mouché Darmanin.

  4. Fallait voir le teneur du micro près du cuisinier sommant l’Africain de répondre à la droite et à l’extrême droite… J’ai éteint illico.
    L’argument à balancer aux UNR RPR UMP Lr et centristes est d’avoir ouvert les vannes de l’immigration et d’avoir institué le regroupement familial. Hélas, nos orateurs omettent de le citer. Le Pradié aurait été moins bouffi de morgue.

  5. Impuissance incompétence ignorance ce sont les 3 I de ce gouvernement. Français vous n’êtes plus protégés mais continuez à dormir le réveil sera encore plus brutal.

  6. Tant que nous serons un pays, ruiné, « démocratique », embringuée dans ce salmigondis qu’est l’Europe et respectant les lois internationales et quel que soit ou serait le gouvernement, nous ne pourrons RIEN faire, si ce n’est des déclarations sans effet concret.

  7. « Le gouvernement se saisit de cette thématique avec la loi Immigration … » Rajouter de nouvelles lois aux précédentes qui, elles-mêmes, en remplaçaient ou en renforçaient de plus vieilles, voilà à quoi jouent les gouvernements qui se succèdent depuis plus de 40 ans. Les Français attendent des résultats probants et non pas de voir la petite caste politique s’agiter autour de textes qui, faute d’application, de moyens ou de conformité au droit européen, ne changent absolument rien au fond du problème. S’il suffisait d’une loi pour le régler, on s’étonne (pour le moins) que l’on n’observe pas, pour ça, la même réactivité et vitesse d’application que pour les dispositions prises d’un claquement de doigt lorsqu’il s’agissait d’enfermer les gens chez eux ou de leur interdire d’aller travailler.

  8. Comment défendre un texte traitant un sujet ultra sensible avec des texte inapplicable car n’imposent rien.

  9. La bonne immigration c’est l’immigration 0.
    Ou elle doit se limiter aux pays qui partagent nos racines, tels furent, la Pologne, l’Italie, l’Espagne, le Portugal.

  10. Rien que pour la présence de Marion Maréchal et Laure Lavalette, l’émission mérite d’être regardée. En 2017 les électeurs français ont confié les clefs du camion national, à un quidam opportuniste sans vérifier qu’il était titulaire du permis de conduire un monument planétaire appelé France. Je goûte peu cette absurde parité, ces deux femmes me donnent raison. Le talent et la poigne politique n’est pas l’apanage des mâles, depuis 6 ans nous avons hélas pu le vérifier.

    1. « … sans vérifier qu’il était titulaire du permis de conduire… » Et pourtant, ils ont eu l’occasion de le regarder « conduire » pendant 5 longues années avant de le confirmer dans son poste. Donc, la majorité des électeurs qui se sont exprimés est non seulement responsable de la situation actuelle mais aussi, et bien plus encore, coupable de ce que subissent les Français à cause d’eux.

      1. ne pensez-vous pas que l’abstention et la fraude sont responsables d’ avoir remis ce mauvais  » conducteur  » au pouvoir?

    2. Je rejoins Apauline39 : le vote nous a été confisqué (surtout depuis la mise en place en 2004 du vote électronique). Déjà dit à plusieurs reprises…

Les commentaires sont fermés.