C’est un nouveau camouflet infligé au ministre de l'Intérieur, qui s'en serait volontiers passé : le Conseil d’État annule la dissolution du collectif Les Soulèvements de la Terre. Dans une décision de justice rendue ce jeudi 9 novembre, la plus haute juridiction de préciser « le mode d’emploi de ces dispositions. Une dissolution est justifiée à ce titre si une organisation incite, explicitement ou implicitement, à des agissements violents de nature à troubler gravement l’ordre public. »

Attaché à la liberté d’association, le Conseil d’État estime donc qu'« aucune provocation à la violence contre les personnes ne peut être imputée aux Soulèvements de la Terre ». Malgré les images inouïes constatées lors des manifestations de Sainte-Soline, rappelons ces scènes de guerre que le ministre de l’Intérieur avait décrites comme « des événements inqualifiables », les 47 gendarmes blessés, les jets de pierres, les cocktails Molotov, les véhicules en feu... Le Conseil d’État conclut « que la dissolution des Soulèvements de la Terre ne constituait pas une mesure adaptée, nécessaire et proportionnée à la gravité des troubles susceptibles d’être portés à l’ordre public au vu des effets réels qu’ont pu avoir leurs provocations à la violence contre des biens, à la date à laquelle a été pris le décret attaqué. » Dont acte.

« Bref, comme d'habitude »

Étonnamment (ou pas), il y a trois mois, notre confrère Arnaud Florac comparait les dissolutions annoncées de Civitas et des Soulèvements de la Terre, prophétisant qu’il serait « intéressant d'observer la fin de l'histoire. Civitas sera très probablement dissoute : catholiques, traditionalistes voire intégristes, opposés à toutes les réformes « sociétales » […] Et les Soulèvements de la Terre, alors ? Gageons que ce sera un peu plus compliqué. Ils sont du bon côté, ces gens-là… » Et force est de constater qu’une fois de plus, l’actualité donne raison à BV. Me Pierre Gentillet réagit dans le même sens sur son compte X, le médiatique avocat ne s’étonne même plus, tant cet éternel deux poids deux mesures est devenu prévisible : « Étrangement pour la dissolution de Génération identitaire n’a pas fait montre d’un tel sens de la nuance. Bref, comme d’habitude. »

Si la décision de dissolution avait été suspendue le 11 août en référé par le Conseil d’État, que cet été Gérald Darmanin en avait « pris acte », ce dernier attendait toutefois la décision finale. Autant dire qu’elle s’ajoute, ce jeudi, à la longue liste du bilan calamiteux de notre ministre, moultes fois humilié pour la contradiction entre ses déclarations et la réalité.

Impuissance du ministre

C’est un « nouveau scandale et une preuve supplémentaire de l’impuissance de Darmanin », commente Grégoire de Fournas, député RN de Gironde. Les activistes cagoulés, armés de projectiles, dont ces « 200 individus connus des services de renseignement dont de nombreux fichés S » pourront bien continuer à saboter, détruire, caillasser, avec la bénédiction de notre État de droit et l’enthousiasme non feint de Louis Boyard, député NUPES du Val-de-Marne qui fanfaronne : « Victoire totale des militants écologistes contre l’abject Darmanin. »

Les Soulèvements de la Terre ne boudent pas non plus leur plaisir, se fendant d'une caricature du ministre désavoué sous les traits de Vil Coyote courant en vain après Bip Bip, ce Grand Géocoucou dont les épisodes de ces cartoons américains ont bercé toute une génération de téléspectateurs. Une vidéo qui serait hilarante si le sujet n’était pas si grave.

Désormais, les agriculteurs et riverains poitevins n’ont qu’à bien se tenir, puisque le collectif annonce d’ores et déjà sa « prochaine mobilisation internationale anti-bassine dans le Poitou, les 20 et 21 juillet 2024, et village pour la défense de l'eau du 14 au 19 juillet ! » À bon entendeur…

3434 vues

09 novembre 2023 à 17:30

Pas encore abonné à La Quotidienne de BV ?

Abonnez-vous en quelques secondes ! Vous recevrez chaque matin par email les articles d'actualité de Boulevard Voltaire.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. C'est parti !

Je m'inscris gratuitement

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

27 commentaires

  1. Et ce n’est qu’un début , le scoop est à venir , voici pourquoi , voici comment .
    Voici en effet comment fonctionne le Conseil d’État:
    a) 14 janvier 2022: Jean-Eudes GANNAT, ès nom et ès qualités de la Société en participation angevine L’Alvarium (qui n’est pas une Association loi 1901), créée en janvier 2018, saisit le Conseil d’État d’un recours en annulation du décret de dissolution du 17 novembre 2021.
    b) 7 septembre 2022: Le Rapporteur public conclut à l’annulation du décret (sur le 1° de l’article L. 212-1 du code de la sécurité intérieure: absence de « provocation »; sur le 6° du même article: erreur d’appréciation).
    c) 25 octobre 2023: Le Rapporteur public conclut au rejet de la requête (décret légalement fondé sur le seul 6° de l’article L. 212-1 du code de la sécurité intérieure).
    d) 9 novembre 2023: Le Conseil d’État rend un arrêt, annulant la dissolution des Soulèvements de la Terre, mais confirmant celles du Groupe Antifasciste Lyon et Environs (dit « la GALE »), de l’Alvarium et de la Coordination contre le racisme et l’islamophobie (CRI).
    e) 11 novembre 2023: Jean-Eudes GANNAT saisit le greffe du Conseil d’État d’une demande de copie du premier rapport du Rapporteur public du 7 septembre 2022.
    f) prochainement: Jean-Eudes GANNAT saisit le greffe de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, d’une requête en annulation de l’arrêt du 9 novembre 2023.

    Bref, à suivre …

  2. toujours en protection des délinquants qui vont pouvoir continuer leurs saccages, génération identitaire a été dissoute pour « port de banderoles » ils n’osaient pas casser l’outil des gens qui travaillent eux, mais les « terreux des soulèvements » eux cassent bombardent les gendarmes avec des « balles de béton complétées de clous » avec des boules de pétanques, des cocktails molotov, mais ce n’est rien, je pense que la prochaine attaque de ces « gentilles personnes » il faudra passer ramasser ces gens du conseil d’état et les mettre en première ligne dans un véhicule de gendarmerie, puisqu’ils ne craignent rien autant qu’ils profitent du spectacle au plus près.

  3. Cette organisation sera dissoute le jour il y aura des morts du côté des gendarmes, et nous n’en sommes pas aussi loin que cela .

  4. Toujours la même remarque, qui s’applique aussi bien à la justice ou l’équivalent comme le conseil d’état (à dessein sans majuscules), qu’à la politique : « couardise, règne du deux poids deux mesures, impuissance »

  5. Il y’a déjà un bon moment que le Conseil d’Etat me paraît louche. En fait, ce n’est qu’un paravent, un simple nom qui cache les personnes qui en font partie, comme pour beaucoup d’administrations ou de structures. Il faut garder à l’esprit que derrière les noms ronflants il n’y a que des humains, avec tous leurs défauts habituels et intrinsèques. Et quand on voit la composition du Conseil d’Etat, on ne peut qu’être suspicieux. Quant on voit le traitement fait à Génération Identitaire alors qu’ils n’ont jamais été dangereux on ne peut pas respecter les membres du Conseil d’Etat.

  6. Soulèvements de la terre (?), gauchistes et autres Eléfistes, Conseil d’état, petits juges du SM, pseudo-écolos …meme combat : ennemis de la France !

  7. Une fois de plus le ministre de l’intérieur est désavoué par des juges….. Alors que dans d’autre cas, les juges n’ont pas interdit les dissolutions de groupe, deux poids, deux mesures !!!! Bravo Messieurs les JUGES, attendez encore et votre tour viendra …..

  8. Je trouve que le Conseil d’Etat a bien joué. Car dissoudre est trop facile: par cette action Darmanin essaie en fait de cacher qu’il ne fait rien. En effet, à Ste Soline et ailleurs, lors d’autres saccages agricoles ou industriels par les « écologistes », on est frappé par le fait qu’il n’est procédé à quasiment aucunes arrestations et encore moins de condamnations. Le parcours judiciaire n’entre même pas en branle. Dissoudre qui devrait être exceptionnel, doit le rester selon le Conseil, qui met donc Darmanin en face de ses responsabilités. C’est bien jugé. Si tu nous faisais du VRAI travail pour commencer, Darmanin?

Les commentaires sont fermés.