Deux charismes. Deux chefs. La presse a déjà beaucoup écrit sur le duel qui se profile entre la tête de liste de Reconquête et celle du Rassemblement national, mais l’électeur ignore encore les différences et similitudes de leurs programmes et de leurs visions. Après un week-end politique particulièrement chargé, Marion Maréchal et Jordan Bardella ont eu le temps d’éclairer leurs supporters sur leurs lignes respectives.

Unis contre « l’Europe de la Commission »

« Il ne tient qu’à nous de saisir l’opportunité historique de mettre fin à cette majorité européenne du centre, alliée de la gauche et des Verts, pour la remplacer par une véritable politique de droite. » Devant les militants de Reconquête à Gréoux-Les-Bains, ce dimanche, Marion Maréchal a martelé la conviction de l’Europe des nations contre celle de la Commission. En d’autres termes, une grande alliance de droite pour contrer ce bloc du centre gauche. Une position proche de celle de Jordan Bardella qui plaide, quant à lui, pour un grand groupe des souverainistes. Objectif : dépasser le clivage gauche/droite dans lequel Marion Maréchal a toujours cru. On l’aura compris, le RN et Reconquête auront du mal à se départager sur le message global.

Les deux formations partagent également un combat commun contre l’immigration, pour la souveraineté et les frontières et pour la défense de l’identité nationale face à une Europe aux ambitions fédéralistes. « Nous ne sommes pas une terre d’islam », a notamment déclaré Marion Maréchal à nos confrères du Dauphiné, ce week-end. Une position qui recoupe celle de Bardella dont cinq résolutions individuelles prises au Parlement Européen visaient à lutter contre l’islamisme et l’immigration massive.

Une nuance sociétale

Il faut aller chercher les sujets de société pour différencier le corpus idéologique des deux jeunes têtes de liste. Car le vieux clivage démarré lors de la Manif pour tous revient en vérité par la grande porte à Reconquête. « Il y a chez Marion une vraie identité conservatrice sur le plan sociétal, un volet qui importe peu à Bardella », souffle un cadre du parti zemmouriste issu du RN. Au sein du parti d’Éric Zemmour, on assume totalement une ligne conservatrice, alors qu'au RN, les positions sont moins tranchées. Sur la GPA, « il y a un débat au sein du RN comme dans toutes les formations politiques », reconnaissait le député de l’Yonne Julien Odoul, sur France Culture, ce samedi 9 septembre. Pourtant, en 2013, la plupart des élus du FN (à l’exception notable de Marine Le Pen) avaient manifesté contre le mariage pour tous. En 2019, Jordan Bardella avait rappelé que le RN était opposé à la PMA. « Oui, les sujets sociétaux nous taraudent, comme tous les Français », nous déclare Bryan Masson. Le député RN des Alpes-Maritimes a rappelé que « la position du RN a toujours été de privilégier le référendum pour les sujets sociétaux ». Un moyen de « rester en lien avec les aspirations de la société française », d’après le jeune élu méridional. « Un moyen, surtout, de rester dans le sens du vent », ironise un cadre du parti d’Éric Zemmour.

Une « différence d’approche »

Mais les deux camps, en dépit de leurs désaccords sociétaux, ne souhaitent pas se laisser emporter dans la guerre. On se contente, au RN, d’alerter sur le risque de division des voix du camp national, qui pourrait faire triompher le candidat soutenu par Emmanuel Macron. Chez Zemmour, on ne dit pas autre chose : « On ne peut pas accuser de division un mouvement qui a toujours prôné l’union », nous affirme Philippe Vardon. Mais au RN, on croit davantage au rassemblement qu’à l’union. Vardon, ancien directeur de la campagne européenne de Jordan Bardella passé chez Reconquête, avait d’ailleurs été exclu du RN « pour avoir demandé des alliances locales avec les candidats d’Éric Zemmour », rappelle-t-il. Si Bardella affirme que « la porte est ouverte », on peut raisonnablement penser que personne ne la franchira. « C’est beau, l’amour, mais il faut des preuves », conclut le député Masson.

5117 vues

11 septembre 2023 à 20:33

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

59 commentaires

  1. On voit mal pourquoi Marine Le Pen, qui aura la lourde charge de rassembler dix-huit millions d’électeurs pour battre le prochain Macron de la droite et la gauche réunies, devrait s’encombrer d’un épouvantail à électeurs comme Éric Zemmour.

    1. Quel mépris dans votre commentaire; si tous les électeurs de Le Pen sont comme vous vous êtes un repoussoir pour le RN, j’irai voir ailleurs

    2. Elle ne veut pas du pouvoir, il faut vraiment avoir mis son masque devant les yeux pour ne pas s’en être aperçu.

  2. « Car le vieux clivage démarré lors de la Manif pour tous revient en vérité par la grande porte à Reconquête. » C’est fini ces singeries? c’est fini ces querelles de cour d’école? Vite un programme commun de la droite et au boulot, ça urge ».

  3. Tant que Marine persistera à nier son père via sa nièce, il n’y aura pas d’union de ces deux et les élections feront gagner la chienlit. Bardela réagira-t-il ou sera-t-il assoiffé de pouvoir ?

  4. Zemmour, Marion Maréchal, sous l’égide de reconquête cheval de Troie de Macron..Pitoyable mais prévisible et pas étonnant. Z, le fossoyeur des patriotes miné par un égo démesuré, que la gifle des présidentielles n’a fait qu’exacerber. Il n’a plus qu’une fixation « cette Marine Le Pen bête »qu’il ne peut supporter la voir le précéder dans l’opinion.

    1. Le Pen c’est présentée 3 fois, à chaque fois elle s’est pris une veste, alors permettez qu’on aille voir ailleurs, c’est une loser et bardella fait déjà des yeux doux à macron pffft

      1. Je serais un peu plus indulgente vis à vis de Bardella, mais Marine Le Pen si elle continue dans le même sens ferait un excellent 1er Ministre de Macron.

    1. Pour le moment, ce sont les élections Européennes, scrutin à 1 tour et à la proportionnelle donc seuls les petits partis comme Dupont-Aignan, Philippot, Asselineau et Poisson s’il ne rejoint pas E. Zemmour pour ces élections, auront un avantage certain à se regrouper pour atteindre les 5 % nécessaires.

Les commentaires sont fermés.