L’annonce n’a pas eu l’effet prévisible, pris en étau entre le rachat de Twitter par Elon Musk et l’annulation annoncée de Roe v. Wade par la Cour suprême. Pourtant, mercredi 27 avril dernier, le Département de la intérieure des États-Unis annonçait la formation du Conseil de gouvernance de la désinformation, ou Disinformation Governance Board (DGB), en prévision des élections de mi-mandat en novembre prochain.

L’objet de ce ministère de la Vérité, digne du régime dystopique de 1984 ? « Assurer la sécurité des prochaines élections et assurer le fonctionnement démocratique des institutions », explique Alejandro Mayorkas, qui dirige le Département de la sécurité intérieure, lors de sa prise de parole. Il s’agit ainsi de lutter contre les « fake news » et la désinformation mettant en danger la sécurité intérieure du pays, tout spécialement celle liée à la Russie et aux migrants.

Pour le Wall Street Journal, c’en est même trop gros pour être vrai, tant les initiales de ce nouveau ministère sont semblables à celles du KGB. Quoi qu’il en soit, le journal, propriété du milliardaire Rupert Murdoch, précise non sans ironie que « les experts du DGB mèneront le bal, séparant le bon grain informationnel de l’ivraie désinformationnelle. Le petit problème étant que les “experts de la vérité” sont bel et bien des humains. »

À cet égard, la directrice exécutive de ce Bureau n’est autre que Nina Jankowicz, jeune femme de trente-trois ans, spécialiste de la désinformation, auteur en 2020 de l’ouvrage Comment perdre la guerre de l'information : Russie, fake news. Sans surprise, son parti pris est flagrant, et il n’est pas favorable aux républicains. Mademoiselle Jankowicz jugeait, en effet, l’affaire de l’ordinateur portable de Hunter Biden comme « produit de la campagne de Trump ». C’est également elle qui voyait des ingérences russes dans la victoire de en 2016. Les conservateurs américains la surnomment déjà la « Mary Poppins soviétique » après qu’elle a diffusé une vidéo d’elle-même sur TikTok, imitant la célèbre actrice Julie Andrews, avec des paroles anti-complotisme. Le président, lui, se voit désormais appeler Big Brother Biden.

On comprend bien en filigrane que la constitution de ce DGB est une réponse au rachat de Twitter et aux menaces de la liberté d’expression rétablie. Elon Musk remet désormais en cause le discours officiel. Reste que le vocabulaire et l’objectif visés ne se cachent même plus. Le soft totalitarisme, ou communisme mou, comme le décrivait Rod Dreher dans son dernier ouvrage, s’affiche clairement.

Interrogée par la chaîne Fox News, la démocrate Tulsi Gabbard, ancienne représentante d’Hawaï à la Chambre, partage cette analyse. Pour elle, ce Conseil équivaut à un « département de propagande d'un gouvernement qui semble avoir peur de la liberté de pensée de ses propres citoyens. C'est le de chose que l'on voit dans les dictatures. » Pourquoi les dictatures font cela ? « Parce qu'ils ont peur de nous. Ils ont peur du peuple. Ils ont peur que nous puissions réellement penser par nous-mêmes. » Le point positif à retenir pour la démocrate ? « Que l'administration “officialise” enfin un comportement qu'elle soutient depuis un moment. » Notamment via ses liens étroits avec les Big Tech.

Pour Jen Psaki, porte-parole de la Maison-Blanche, interrogée sur le sujet, il s’agit d’un travail dans la continuité de ce qui est fait par l'Agence fédérale de cybersécurité et de sécurité des infrastructures (elle aussi sous la supervision du Département de la sécurité intérieure) commencé en 2020, sous l'administration précédente.

Quant à Alejandro Mayorkas, voulant rassurer - sans succès – sur CNN, « ce nouveau conseil est un petit groupe, il n'a aucune autorité ou capacité opérationnelle. Il n'espionnera pas les Américains ». À bon entendeur...

Le grain de sable de trop dans l’engrenage totalitaire ? L’administration Biden signe sans doute sa chute, offusquant même les médias de gauche.

 

5727 vues

8 mai 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

12 commentaires

  1. « Nina Jankowicz, jeune femme de trente-trois ans, spécialiste de la désinformation »

    Bien jeune pour être spécialiste en quoi que ce soit.

  2. Avant les élections de mi-mandat aux USA ?
    Et, Nous, en France, avant les élections de « plein mandat ? »
    Pour une fois, on est en avance sur les USA !

  3. On va bientôt comprendre qui est le « Père du Mensonge ». Il est à l’oeuvre dans tous les pays et ne chôme pas, sous couvert de « Démocratie ». Nous n’avons rien à envier, en Franc et en Europe sur ce point.

  4. Nous aussi nous avons un rejeton de Biden, il se nomme Big Brother Emmanuel.
    Je la sens, là, derrière moi, cette entité cachée quelque part, une seringue à la main et l’autre main prête à débrancher mon ordinateur. Dans ma rue, on a installé tout plein de caméras, ma nouvelle carte numérique européenne (of course), à la lumière de ma lampe de bureau, brille d’une lueur étrange…

  5. Leur problème, c’est de réussir le totalitarisme, avec l’acceptation des peuples. Des peuples de plus en plus informés de leurs sombres projets.
    Ils sont en train d’essayer d’empêcher la mer de monter.

  6. Joe Biden déclarait il y a peu de temps que les choses changeaient , qu ‘ un nouvel ordre mondial arrivait et qu ‘ il devait l ‘ installer ; ce ministère de la vérité (!) devait sans doute l ‘ y aider , tout contrôle étant primordial ;
    Sans doute la goutte qui fait déborder le vase pour Biden , les américains ,déjà grugés pour la plupart par sa victoire frauduleuse ne supporteront pas des méthodes dignes du plus fort des soviets …

  7. Internet, qui devait être le moyen d’une information libérée et « tous azimuts », devient, a contrario, un outil de propagande et de dictature de la pensée. Immense Paradoxe : plus il y a de moyens de communiquer et moins il y a de possibilité de communiquer.

  8. Quand on est né pendant la guerre froide et que l’on a connu l’Europe et le monde divisé en deux camp, avec le joug communiste, ces initiatives totalitaires semblent tout bonnement ahurissantes. Comment si peux de temps après la chute du mur de Berlin, on puisse en revenir à ce genre de gouvernance? C’est bien la preuve que la gauche n’a rien appris et demeure toujours un cancer rouge.

    1. L’Occident auto-proclamé « libéral » était en fait aussi inspiré par Trotski que l’URSS était gouverné par Staline.
      La révolution mondiale a avancé avec deux faces, y compris pendant les guerres dont les instigateurs ont financé les deux côtés.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter