« Plan de soutien transgenre » aux États-Unis : quand des enseignants sèment le trouble chez une gamine de 13 ans

jeune fille désespérée

Le progressisme serait-il tellement balèze qu'il finira par ringardiser un de ses plus emblématiques mantras : mon corps, mon choix, mon droit ? La réponse à cette question nous vient, une fois de plus, du délire woke qui sévit aux États-Unis. Après avoir laminé les campus universitaires, le wokisme s'attaque à l'école. Cette tragédie, rapportée par le Daily Mail Online, se déroule en Floride, celle d’une fillette de 13 ans qui a bénéficié, sans le consentement de ses parents, d'un « plan de soutien transgenre » dans le cadre scolaire. En langage normal, entre un cours d'orthographe et un autre de calcul, l'école soutenait January Littlejohn dans sa démarche de transition. La petite January, entourée de camarades « obsédés » par tout ce qui avait trait de près ou de loin à la communauté LGBT+, raconte comment, lorsque trois d'entre eux ont commencé à s'identifier comme trans ou non binaires, elle commença elle-même à ressentir une certaine confusion quant à son propre sexe.

Les parents, inquiets, amènent leur fille chez un conseiller pour l'aider à surmonter sa confusion. Là, la fillette révèle la teneur des discussions tenues avec le conseiller d'orientation et le directeur adjoint de l'école : changement de nom, pronoms préférés (au pluriel), choix des vestiaires, de la salle de bains après les cours de sport, le genre avec lequel elle préférait dormir lors d'excursions nocturnes, le « plan de soutien aux élèves transgenres non conformes », document de six pages que la fillette a rempli avec les rééducateurs, qui indique notamment si l'enfant souhaite ou non que ses parents soient informés de sa transition. Rééducateurs que les parents n'ont jamais rencontrés. « Ma fille de 13 ans ! Qui ne peut pas voter, boire ou conclure tout autre contrat légal sans notre permission ou notre contribution... », a déclaré la mère, qui poursuit l'établissement scolaire en justice pour violation des droits parentaux.

L'affaire, qui fait grand bruit aux États-Unis, a été citée par le gouverneur de Floride Ron DeSantis dans le cadre de son projet de loi qui interdit aux enseignants de donner des cours en classe sur « l'orientation sexuelle » ou « l'identité de genre » de la maternelle à la troisième année. Cette loi fait écho aux demandes de nombreuses associations de parents qui subissent le même type d'agissements dans les écoles de leurs enfants.

De nombreux États s’érigent contre ce totalitarisme progressiste (Alabama, Texas, Idaho, Mississippi, Tennessee) et légifèrent contre des procédures « expérimentales » transgenres réalisées sur les enfants et les adolescents : criminalisation de la prescription de bloqueurs de puberté et des opérations de « changement de sexe » pour mineurs. Toutes mesures dénoncées, il va de soi, par l’administration Biden et de nombreux groupes militants pro-LGBT.

Plus proche de la France, la Suède, pourtant parangon du progressisme sociétal, légifère dans le même sens, invoquant des « données scientifiques incertaines ». Chez nous, la théorie du genre fut étrennée sous François Hollande et Najat Vallaud-Belkacem, heureux parents de la boîte de Pandore de la politique progressiste de la terre brûlée, mariage pour tous, PMA et, sans doute prochainement, GPA. Du même acabit, Vincent Peillon, toujours sous Hollande, psalmodiait sur le « but de la morale laïque qui est de permettre à chaque élève de s'émanciper, car le point de départ de la laïcité, c'est le respect absolu de la liberté de conscience. Pour donner la liberté du choix, il faut être capable d'arracher l'élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel, pour après faire un choix. » CQFD.

Rien ne doit plus subsister de l'ancien monde, tout doit partir. De cet ancien monde, paraphrasons Hugo : l'éducation, c'est la famille qui la donne ; l'instruction, c'est l'État qui la donne, et le genre, serait-ce bientôt l'école ?

Vos commentaires

18 commentaires

  1. Abomination et Désolation…
    Les rails du Wokisme !
    On « emmerde » les anti vax, mais on vénère les pro Woke…

  2. Le « wokisme » , ce mouvement minoritaire toxique importé des Etats-Unis nécessite de toute urgence un antidote d’une absolue efficacité.

  3. Vraiment, comment des dégénérés pareils sont encore libres d’agir ?
    Nous assistons à la destruction de l’occident par des occidentaux !

  4. La conclusion de cet article est illustrée, c’est ainsi qu’on peut le dire, par un dessin qui ne sera pas diffusé par les médias de grand chemin, où l’on voit une femme enceinte, reconnaissable à son « arrondissement » demander à son médecin, reconnaissable à sa blouse et son stéthoscope, si c’est un garçon ou un fille, et ledit médecin lui répondant : « Je ne sais pas, c’est son instituteur qui le lui dira.

  5. Nous avons là en ce moment la nouvelle lubie de franc maçonnerie mondialiste en réseau, qui veut s’approprier les religions, pour gouverner nos âmes et ainsi être le maître. Lucifer bien caché se veut remplacer Dieu…Heureusement des Facultés aux U.S.A s’organisent et ont interdits le Wokisme…C’est la nouvelle guerre, et on peut dire « de religion ». Jusqu’où ça nous mènera ?

  6. Le peintre Magritte aurait pu peindre une femme ou un homme et intituler son œuvre « ceci n’est pas une femme », « ceci n’est pas un homme ». C’est quand même l’homme qui nous a fait découvrir qu’une pipe n’en n’est pas une !

  7. je pense que certaines personnes devraient lire :  » LIbres enfants de Summerhil , qui dans une école « permissive  » expérimentale, a vu de nombreux enfants se suicider !!

  8. Oui monstrueux … on va y venir ne vous en faites pas …La loi contre les thérapies est un premier pas .

  9. Ce qui doit être interdit, c’est d’imposer dans la tête des enfants et adolescents des idées auxquelles ils n’auraient jamais pensé autrement.

      • Si, le sexe et le genre sont déterminés pas les chromosomes XX et XY, il existe des hermaphtodites mais ils sont rares, et c’est tout, on peut se déguiser, charcuter, bourrer d’hormones, mais on ne peut pas changer ses chromosomes..

  10. Dans quelques années , nous verrons les dégâts provoqués par ce « wokisme » sur nos enfants , on comprend les décisions prises par Orban, mis au ban de la commission européenne
    Tous ces fanatiques du progressisme à outrance sont de vrais criminels

  11. Pendant ce temps, les Russes et les Chinois cultivent la virilité de leurs soldats, leur amour de la patrie et leurs compétences. Le mensonge institutionnel suffit-il à gagner les guerres?

  12. On reproche souvent aux immigrés de ne pas vouloir s’assimiler à la culture occidentale. Mais ont-ils vraiment tort au vu de cette dérive virale qu’est le wokisme dans notre société occidentale ? Zemmour et MLP devraient en tenir compte. Une société doit d’abord se soigner elle-même avant de reprocher aux autres de refuser de les fréquenter. Les « empires dominants » que sont devenus la Chine, la Russie ou la Turquie ont vite réglé le problème et empêché leur population de tomber dans ces travers.

  13. monstrueux ! du rapt et de la captation d’enfants par personnes non autorisées…

    • Et surtout du personnel non formé. C’est de la folie.Ils se prennent pour Dieu.

    • c’est comme cela que nous sont imposés 11 vaccins dont plus de la moitié ne sert à rien si elle n’est pas toxique

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois