On peut regretter la nomination au gouvernement de Pap Ndiaye, un ministre qui, dans sa vision de la société, semble confondre la France et les États-Unis et montrer une certaine sympathie à l'égard du wokisme. N'en tirons pas de conclusions définitives : l'expérience a montré que, selon la formule de Montaigne, pour qui « le Maire et Montaigne ont toujours été deux, d'une séparation bien claire », il faut distinguer l'homme de sa fonction. Cependant, on ne peut que dénoncer le comportement d'un ministre qui, avant le second tour des élections législatives, écrit dans un tweet que « quelle que soit la configuration aucune voix ne doit aller au Rassemblement national. Le combat contre l’extrême n’est pas un principe à géométrie variable. »

Certes, en tant qu'homme, il a le droit, comme d'autres, d'avoir cette pensée ostracisante. En tant que chercheur, en rendant publique une appréciation aussi partisane, il fait craindre que ses recherches ne soient pas toujours objectivement menées, mais conduites par des principes contraires à ce que devraient être ceux d'un chercheur, les idées préconçues et les préjugés. Qu'il ne soit pas le seul n'est guère une consolation : de droite, de gauche, du centre ou d'ailleurs, un chercheur digne de ce nom devrait rester humble et n'avoir pour objectif que la recherche de la vérité, qui n'est pas univoque.

Mais il y a plus grave encore. Pap Ndiaye est le ministre de l'Éducation nationale : cette fonction devrait lui imposer, dans ses déclarations publiques, à défaut de neutralité, une absence de parti pris. Il est, en effet, le ministre de tous les élèves, y compris de ceux dont les parents ont voté massivement pour le parti qu'il qualifie d'extrême droite. Il se doit de respecter ces familles qui ont confié leurs enfants à l'école de la République – à moins que, comme le disait Vincent Peillon, en septembre 2012, il n'ait l'intention d'« arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel », à l'exception du déterminisme de sa propre idéologie.

Sans doute cette école est-elle déjà soumise au conformisme de la pensée. Ses professeurs votent encore majoritairement à gauche, des associations dans le vent y entrent comme dans un moulin, les projets d'établissement se fondent souvent sur les lieux communs de la bien-pensance. Mais, à l'exception de militants politiques pour lesquels tous les moyens sont bons pour influencer leurs élèves, la majorité des professeurs, quelles que soient leurs sympathies, essaient de limiter leur enseignement à la transmission des savoirs. Bon an mal an, on peut espérer que les influences, si elles existent, s'équilibrent. Si ce n'est pas le cas, les parents ont la possibilité de scolariser leurs enfants ailleurs ou de rétablir en famille, quand c'est nécessaire, la vérité des faits.

C'est le propre des régimes totalitaires de vouloir enrégimenter les enfants dès leur plus jeune âge. Si le ministre se confondait avec Pap Ndiaye et cédait à la tentation de mener dans l'enseignement une où l'imprégnation idéologique à sens unique supplanterait la transmission de savoirs objectifs et rationnels, il se comporterait en ministre de l’Éducation du peuple et de la Propagande, de sinistre mémoire. Souhaitons que ce tweet ne soit qu'une maladresse d'un ministre novice plutôt que l'acte délibéré d'un Ndiaye militant.

17806 vues

14 juin 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

62 commentaires

  1. P. Ndiaye n’a pas été nommé par hasard par QUI? d’ailleurs. Mme Borne ou l’arrogant? Une indication de plus des objectifs de ce dernier.
    Je suis écœurée de constater que tant de Français se moquent de ces magouilles plus ou moins totalitaires. Quand vont-ils enfin se réveiller , avec l’envie de tout casser sans doute, alors qu’ils avaient les cartes en mains pour que ça change?

  2. Ce type n’a pas été mis là par hasard. Chacun sait que c’est dès les premières années d’enseignement qu’il convient de « façonner » les esprits, à fortiori plus avant dans l’apprentissage. Ce ministre est bien là pour faire ce qu’il est censé faire, conditionner les petits français à la bienpensance nécessaire au contrôle des masses d’adultes (des consommateurs et surtout pas des penseurs)

  3. J’ai entendu il y a quelques jours sur une radio nationale un enseignant dire qu’il ne disait pas en salle des profs qu’il était pour Macron , de peur d’être traité de réac. limite facho! C’est dire l’état d’esprit de ceux qui « enseignent » à nos enfants!

  4. C’est un ennemi. C’est ainsi que je considère tous ceux qui ostracisent les patriotes du RN. A combattre sans merci.

  5. Il vaudrait mieux essayer de trouver chez ce type ce qui n’est pas un faux pas, si on en trouve….

  6. Ce raciste anti blanc n’a pas sa place un gouvernement de la France. Macron ne surprend pas, il déteste les Français et a prouvé en 5 ans qu’il n’avait aucune compétence dans quelque domaine que ce soit, qu’il veut détruire la France lui préférant l’europe et la mondialisation. Pauvre petits Français leur instruction devra être très suivie par leurs parents afin de rectifier les lavages de cerveaux qui seront mis en place par ce « ministre »!

  7. Encore un, qui dans son obscurantisme crasse ne sait absolument pas ce qu’est « l’extême droite ».
    Ce qui le guide c’est son idéologie sectaire et son étroitesse d’esprit, d’ailleurs son parcours universitaire brillant le prouve.
    Pauvre France nous sommes dirigés par de brillants experts, n’ayant aucun sens de l’humain et de la réalité.

  8. Plus « élégant » et discret de dire de quelqu’un qu’il est « chercheur » quand il n’est pas professeur d’université mais maitre de conférence……

  9. Je ne dirai pas que cet homme soit un chercheur ! Il ne cherche pas, il est persuadé de détenir la vérité, sa vérité ! Et toute personne pensant le contraire est pour lui dans l’erreur ! Donc à rejeter !

  10. Ce type est illégitime à la place où il se trouve ! Il y en a marre de donner de l’argent publique à des ministres qui sont des militants politiques ! C’est l’argent de tout le monde qui le paye y compris et surtout ceux qui votent mal comme il le laisse supposer . Le gars fait une vraie déclaration de guerre à une partie de la population dont il demande les deniers.

    1. Maintenant il faut lui répondre dans les règles, une petite manif et plus si nécessaire ensuite.

  11. Ce type n’a pas fini de semer la pagaille, il est avant tout un anti blanc et penche plus à gauche qu’à droite, il critique en premier de ne pas voter le RN mais pas les nupes qui eux sont le véritable danger pour le pays alors, merci au macron pour ce choix

  12. Quelle grossière erreur d’avoir nommé cet individu au gouvernement et notamment à l’éducation nationale . Déjà qu’avant c’était catastrophique à ce « ministère » ; là ,nous aurons droit à la déliquescence totale de notre « éducation nationale » . Pauvre France !

    1. « Quelle grossière erreur d’avoir nommé cet individu »

      Ce n’est surtout pas une erreur.On pourrait se figurer que c’est par électoralisme . En réalité, c’est idéologique .

    2. Sa nomination n’est pas une erreur , elle a été murement réfléchie par le suprême , elle a pour but avoué de liquider le pays , rien de mieux que d’utiliser cette population si bénie .

    1. Vous voulez dire pour l’école privé !! Parce que cela va accélérer la désaffection pour le système public déjà bien entamée!

  13. Que de mesure et de pudeur dans vos propos , cher auteur…tout ce qui fait le malheur de la droite depuis tant d’années : une politesse exquise et la peur de choquer la gôôôche

  14. Non, M. Kerlouan,ce tweet n’est nullement une « maladresse ». Ce ministre commence à montrer tout bonnement sa véritable nature et le projet fumeux qu’il a en tête à l’endroit du malléable troupeau d’enseignants et d’apprenants qu’il va avoir sous sa férule. Inquiétant!

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter