Réaction d’Emmanuelle Ménard, députée de l’Hérault, au discours de politique générale du nouveau Premier ministre . « Pas un mot sur l’immigration… »

Le Premier ministre Jean Castex vient de présenter son discours de politique générale à l’Assemblée nationale. Vous paraît-il positif ou inquiétant ?

Ce discours est surprenant. Quand on arrive à lire entre les lignes, il est fréquemment contradictoire. Il annonce beaucoup de choses alléchantes et intéressantes au premier regard, mais en réalité ces choses sont en contradiction avec ce qui a été fait pendant les trois années d’Édouard Philippe.
Si on prend l’exemple de la Justice, il dit qu’il faut créer des juges de proximité pour lutter contre les incivilités du quotidien, mais en réalité ces juges de proximité s’appelaient à l’époque les juges d’instance et la majorité les a supprimés l’année dernière. Il dit également qu’il veut lutter contre le terrorisme, mais les terroristes sont libérés. Il veut aider les étudiants et travailler sur les problèmes de formation, mais il y trois ans, on a diminué de 5 euros les APL.
Ces signaux sont contradictoires et vont dans tous les sens. Par conséquent, on se demande qui croire. Est-ce réel ou est-ce une fois de plus des effets d’annonce ?

Jean Castex sera-t-il dans la continuité d’Édouard Philippe ou au contraire dans la rupture ?

J’ai entendu un leader d’opposition dire : « On vous donne 600 jours pour faire ce que monsieur Édouard Philippe a défait pendant 3 ans. » L’exemple de l’emploi va particulièrement intéresser les Français. L’emploi et le pouvoir d’achat sont les deux sujets qui préoccupent aujourd’hui les Français. Pour aider l’emploi à repartir, on va créer 300.000 parcours d’insertion. Ces parcours sont tout simplement les contrats emplois aidés qui existaient il y a trois ans et que monsieur Macron a supprimés. Toutes les mesures prises pendant trois ans par monsieur Édouard Philippe vont être détricotées. On fait semblant de les appeler autrement. C’est complètement contradictoire.

Emmanuel Macron et Jean Castex ont mis l’accent sur l’écologie et la transition écologique sans trop faire de calcul politique. En quelque sorte, il essaie d’assécher les écologistes…

Il reprend tout simplement une partie des conclusions de la Conférence des citoyens. Après tous les grands discours, il ne peut décemment pas s’asseoir dessus. Il est donc bien obligé de prendre une partie des conclusions et de dire aux Français qu’on les écoute et qu’on les entend à propos de l’écologie.
Monsieur Castex a des propos intéressants sur le sujet de la sécurité. Lutter contre l’insécurité et les incivilités fait partie des priorités des Français qui sont tous les jours embêtés par des petits voyous. Je vous rappelle encore une fois que c’est monsieur Castaner qui a supprimé les crédits de la police de sécurité du quotidien. Appelons les choses par leur nom. Si monsieur Castex est là pour remédier et donner des solutions à trois ans de politique conduite par Édouard Philippe, il faut le dire. J’ai constaté qu’aucun mot n’a été dit sur l’immigration.

Jean Castex et Damien Abad ont fait une partie assez longue sur la fiscalité, l’emploi et l’écologie, mais le régalien est arrivé à la fin comme si l’immigration et l’insécurité n’étaient plus une priorité des Français…

Je pense qu’ils ont tous les deux tort là-dessus. Vous avez raison, cela vient toujours après coup. Les Français se reconnaîtraient ou ont envie de se reconnaître dans des politiques dont les marqueurs sont le régalien. C’est le respect de l’ordre, le respect de la sécurité, la lutte contre l’immigration clandestine et les sujets de société.
La loi de bioéthique sera examinée à l’Assemblée dans 15 jours et viendra en catimini. Monsieur Castex lui-même a demandé à ce que soit rajoutée une semaine de cession parlementaire pour pouvoir examiner ce projet de loi qui n’avait aucune urgence. Selon les sondages, 71 % des Français estiment que ce projet de loi n’a pas sa place dans le calendrier parlementaire aujourd’hui. La priorité des Français, comme je l’ai dit en introduction, est le pouvoir d’achat et l’emploi et certainement pas les lois de bioéthique à examiner en plein cœur de l’été quand les Français qui le peuvent partent en vacances. Or, monsieur Castex n’a pas beaucoup d’états d’âme.
Pour quelqu’un qui se dit respectueux du débat parlementaire, cela ne paraît pas très probant.

À lire aussi

Emmanuelle Ménard : « Il y a, par ailleurs, des mesures qui devraient être prises pour sauver l’économie des bars, restaurants, cinémas qui ne le sont pas ! »

Réaction, au micro de Boulevard Voltaire, d’Emmanuelle Ménard aux mesures annoncées …