C’était mardi, en fin d’après-midi. La police nationale communiquait fièrement sur son compte Twitter, photo du brave homme - ou plutôt de l’homme brave - à l’appui : « À Morlaix, un policier adjoint a sauvé de la noyade une femme suicidaire. Il n’a pas hésité à se jeter à l’eau et à nager sur une centaine de mètres jusqu’à la rive pour la ramener saine et sauve. » Le tweet rencontre un grand succès. Bravo à ce policier courageux. Non, la police ne tue pas, contrairement à ce qu’affirment certains, mais elle sauve. D’aucuns, dans les commentaires du tweet, réclament pour lui la Légion d’honneur. On le félicite. Pourtant, si l’on s’en tient à la philosophie du « suicide assisté » auquel le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) vient d’ouvrir la porte dans notre pays, ce policier  aurait dû détourner le regard de cette femme désespérée. Voire, soyons cynique, lui maintenir la tête sous l’eau pour l'aider ? Puisque son souhait était de mettre fin à ses jours...

Quelle contradiction… Il en est une qui n’a sauvé personne mais qui a bien reçu la Légion d’honneur, c’est Line Renaud. Marraine de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD), elle milite pour l’euthanasie et affirme que le président de la République lui a confié y être favorable. Nous aurons l’euthanasie, c’est écrit. Emmanuel est impuissant sur tous les sujets - sécurité, immigration, éducation, souveraineté, énergie, inflation… -, le seul terrain sur lequel il avance, au pas de course, c’est le sociétal. Ce sera sa martingale, son tour de passe-passe, son écran de fumée, LE sujet sur lequel les Français se déchireront et qui permettra d'occulter tous les autres. Les opposants  seront traités, comme il se doit, de catholiques intégristes et vite cornerisés. Et Emmanuel Macron, sur le fringant destrier du progrès, sortira victorieux, laissant son nom dans l’Histoire pour qualifier une insondable et terrifiante boîte de Pandore. L’euthanasie, ce sera lui. Grâce à lui, nous pourrons tous - la manipulation sémantique atteignant des sommets - « mourir dans la dignité ». Ceux qui s’y refuseront - passé un certain âge, passé un certain état, mais où sera au fait le curseur, et qui le mettra ? - seront réputés, tôt ou tard,  vivre dans l’indignité. On nous assure, croix de bois, croix de fer, que l'on investira en même temps dans les soins palliatifs. La bonne blague.

En janvier dernier, une tribune de Thierry Beaudet, président de la Mutualité française, en faveur de l’euthanasie, avait suscité un profond malaise. Le 8 septembre dernier, lors du 43e Congrès de la Mutualité française, à Marseille, les mutuelles ont réitéré une incursion qui ressemble fort à un conflit d’intérêts, par une « conférence inspirante » (sic) au titre biaisé : « Choisir sa fin de vie : l’ultime liberté ? » « Euthanasie, de quoi se mêlent les mutuelles ? », interroge, indigné, Tugdual Derville dans La Croix. À quand un grand colloque « inspirant » de la CPAM vantant les  mille et une vertus humanistes de l’euthanasie… et les économies substantielles qu'elle offrirait à la société ?

7801 vues

14 septembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

50 commentaires

  1. Penser aussi au désir de certains malades de plus “gêner”, de ne plus obliger leurs enfants à venir les voir, à s’occuper d’eux. C’est l’euthanasie “altruiste”.

  2. IL y a au moins 6 ans, le Professeur Sicard qui avait conduit les débats du Comité National d’Ethique avait dans un débat télévisé fait preuve d’une très grande hauteur de vue sur ce sujet. Qu’est-il devenu ?
    Je pense que si Macron est sensible à la hauteur de vue de Line Renaud, nous sommes descendus de plusieurs étages.
    Il va nous faire le coup du Conseil de Défense et décider de lancer un projet de loi. Comme si on réglait ce type de problème immensément douloureux par une loi !
    Mais je suis d’accord avec Gabrielle Cluzel, on l’appellera la loi Macron et ça lui fera quelques plumes au cul de plus.

  3. c’est bien triste qu’un médecin en arrive à « oublier » son serment d’Hippocrate,
    ils sont là pour soigner et non pour « éliminer ».

  4. Saucissonnée dans un dense réseau de traités, conventions et agréments que nos gouvernements ont eu la folie de signer, la France est dans l’impossibilité de former un grand projet mobilisateur, si ce n’est l’Europe fédérale dont une majorité de Français ne veut pas. Reste les questions de sociétés, qui ont toutes reçu une réponse, sauf celle de l’euthanasie. Macron n’a donc plus aucun sujet à proposer si ce n’est celui-là. Comme il y a eu un PACS, puis un mariage homosexuel, puis une PMA pour les lesbiennes, il y aura un droit à l’enfant pour les gays, forcément associée à une GPA, d’où une GPA pour tous, et une piqûre de fin de vie couplée à un droit au suicide assisté. Le grand chambardement anthropologique sera alors achevé, et sous une apparence de compréhension et d’empathie, l’homme sera redevenu le barbare qu’il fut autrefois.

  5. Comme il est indiqué dans cet article, où sera placé le curseur ? … Une répétition bis-repetita de séquence Covid dans les maisons de retraite et dans les Ehpad, il y a des  » vieux  » vaccinés au Propofol et au Médizolam avec le refuge du secret médical.
    La mort n’est pas à mettre en toutes les mains et toutes les consciences.

  6. Les Français vont ils encore se faire piéger avec cet écran de fumée, il faut espérer que non et que les yeux s’ouvrent enfin pour mesurer les mensonges toujours plus gros de l’incompétent fraîchement réélu.

  7.  » le seul terrain sur lequel il avance, au pas de course, c’est le sociétal. » Normal, c’est sa feuille de route. Le reste peut attendre, et de toute façon dépasse ses compétences.

  8. Peu importe et il s’en fou, alors qu’il demande au peuple de faire des sacrifice lui, avec un grand sourire narquois se vante de continuer )à changer le mobilier de l’Elysée en jetant le vieux pour du neuf inutile en ces temps difficiles mais nécessaire pour son égo démesuré. Que le pays soit criblé de Dettes et de Taxe lui importe peu pourvu qu’il puisse jouer en égal avec les USA et montrer sa grande prétention au monde entier.
    Alors que faire quelle solution ? MLP incapable depuis des lustres de gérer le budget de son parti ? Les Gauchos qui vont continuer à détruire l’économie et le pays ? Ou alors un Zemmour qui a la culture et le courage de remettre le pays sur les rails mais ce sera avec de grandes difficultés car tous les gauchos et extrémistes de tous poils de la République vont le pousser vers la sortie ce qu’ils sont incapables de faire avec Macron tant qu’il distribuera de l’argent gratuit à tous les fainéants de la République.

  9. Il fait ainsi plaisir à son Gepetto, Attali qui préconisait l’euthanasie pour les plus de 70 ans (je ne suis pas sûr de l’âge). Ce dernier enarque bien sûr devrait montrer l’exemple et se faire éliminer. Lui qui depuis 1981 a été un cancer pour la France, à l’instar de tous ces petits gamins dérangés qui sortent de cette école de paperassiers (administration). Eliminons l’ena (il y a assez maintenant d’écoles de meilleur niveau) et la France retrouvera le visage d’avant 1974 année où un premier énarque a été élu: Giscard l’idiot naïf (pais à son âme s’il en a une)

  10. les menaces qui pèsent sur notre pays sont immenses -dette, guerre, éducation, wokisme, santé…- et le président regarde ailleurs et détourne notre regard.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter