L’avis était attendu. Il est désormais des plus clairs : « Il existe une voie pour une application éthique d’une aide à mourir, à certaines conditions strictes avec lesquelles il apparaît inacceptable de transiger. » Ces mots sont signés d’Alain Claeys, rapporteur de l’avis du Comité d’éthique présidé par Jean-Claude Delfraissy. En clair, le Comité d’éthique donne son feu vert pour quiconque voudrait légaliser l’euthanasie. Du coté des militants de la mort « miséricordieuse » de l’Association du droit à mourir dans la dignité, on exulte : « Enfin un espoir comme réponse à des drames du quotidien », s’enthousiasme son président Jonathan Denis. Une position partagée par la majorité d’Emmanuel mais également par des élus de la NUPES. Ainsi, la députée Clémentine Autain affirmait, ce matin, sur LCI : « Le temps est venu [...] de prendre de nouvelles décisions pour ouvrir cette possibilité de mourir dans la dignité. »

L’éthique, le bien, le mal…

L’avis ne passe évidemment pas chez les associations et acteurs engagés sur la fin de vie qui contestent évidemment la dimension « éthique » d’une telle proposition. Rappelons à toutes fins utiles que le patron de ce comité avait notamment déclaré : « Je ne sais pas ce que sont le bien et le mal. » Celui qui actait devant la rédaction de Valeurs actuelles « une certaine forme d’évolution sociétale, l’existence d’un débat qui intéresse beaucoup de monde » reconnaît que la société était prête à un tel progrès.

Pour autant, l’annonce a engendré aussi inquiétudes et hostilité : « Par un tour de passe-passe, dont on peut interroger la motivation et les pressions, les rédacteurs de l’avis tentent de concilier l’inconciliable. Ils utilisent la promotion des soins palliatifs comme caution de leur aval donné au suicide assisté et à l’euthanasie, alors que les deux démarches restent antinomiques. Quelle que soit l’édulcoration du vocabulaire, cette légitimation de la levée de l’interdit de tuer ne relève à nos yeux ni de l’éthique médicale ni de l’éthique tout court. L’interdit de tuer est en effet le premier fondement de la confiance entre et soignés comme de la vie en société ; personne ne devrait être exclu de la prévention du suicide. » Les mots du délégué d’Alliance VITA Tugdual Derville sont forts. Et il n’est pas le seul à s’inquiéter. « Le gouvernement ne parle plus de la loi Grand Âge mais annonce une loi sur la fin de vie. Pas très rassurant pour les âgés », s’alarme, sur Twitter, l’ancien ministre de François Hollande Michèle Delaunay. Dans un communiqué commun, l’Association francophone des soins oncologiques, la Société française des soins palliatifs pédiatriques, Unicancer et le Conseil national professionnel infirmier s’alarment : « Si le CCNE tente de concilier l’impératif de solidarité avec celui d’autonomie de décision, il apparaît clairement qu’il propose un nouveau paradigme où, dans certaines situations, l’éthique collective pourrait s’effacer devant la demande individuelle. »

Opposition politique

Sur France Info, le président du groupe LR Olivier Marleix a pour sa part signifié son opposition à une modification de la loi et à un sur le sujet : « L'aspiration à mourir dans la dignité, elle est normalement satisfaite par la loi Leonetti. » Interrogé sur le sujet, le patron du groupe LR au Sénat et candidat à la présidence de son parti Bruno Retailleau a aussi fait part de son opposition sur Sud Radio.

Du coté du RN, Marine Le Pen a aussi été très claire sur France 2, ce matin : « En ce qui me concerne, j'y suis opposée », mais défend l’idée d’un sur le sujet. Un avis partagé par l’ensemble de son parti ? « En clair, on va être divisé sur cette question, affirme un député du groupe à l’Assemblée nationale. Marine l’a bien dit : cela relève de l’intime. » Gageons qu’il va être difficile de faire passer une consigne politique claire dans les rangs des différents groupes. Car avec l’euthanasie, on touche à de graves sujets de conscience personnelle. C’est notre appréhension du Bien et du Mal qui est intimement questionnée. Emmanuel voulait rassembler, mais tout porte à croire que notre société va vivre une énième fracture. Sauf qu’en l’occurrence, c’est une question de vie ou de mort. Textuellement.

3576 vues

13 septembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

44 commentaires

  1. Nous nous rapprochons chaque jour un peu plus du scénario de « Soleil Vert » film monumental des années 70…

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter