« Chacun pour demain », ça n'aurait pas été très explicite. Alors, ils l'ont appelé « Each One for Tomorrow ». Ce n'est pas plus compréhensible, mais c'est plus tendance. Et grâce à une tribune du Monde, on apprend que ce triste globish désigne une coalition de vingt grandes entreprises françaises dont l'intention est de « recruter en emploi durable, à l’horizon de deux ans, 10.000 de toutes nationalités ». Why not? serait-on tenté de dire, sous réserve qu'il s'agisse bien de vrais susceptibles de s'assimiler.

Ces bonnes intentions sont exprimées dans l'inimitable novlangue désormais en usage dans ce milieu : « Les entreprises réinventent leurs modèles pour contribuer aux transitions d’avenir dont a besoin. Elles se voient spécialement interpellées par les citoyens-consommateurs-salariés sur la question de la diversité, de l’égalité et de l’inclusion, hautement structurante pour le pacte social. […] Face aux urgences du siècle, il est grand temps de faire changer d’échelle ce changement de paradigme, au service d’un avenir inclusif et durable. » Il ne manque que « sans gluten et bonne pour la planète »

On trouve dans ce club de gens bien Carrefour, Keolis, Pierre Fabre, Generali, ADP, BNP Paribas ou Adecco, mais il semble que les entreprises petites et moyennes, la restauration, la santé, le commerce ou l'artisanat - qui sont les principaux offreurs d'emploi -, n'aient pas été conviés.

Peut-être trop modestes pour faire œuvre philanthropique, trop pauvres pour bénéficier des conseils de ou trop malhabiles pour obtenir comme Each One for Tomorrow le label ESUS (entreprise solidaire d'utilité sociale). Lequel, comme l'indique un site gouvernemental, permet l'accès au financement de l'épargne solidaire et à des dispositifs de réduction d’impôts.

Comme disait Samir Trabousi, « quand l'État jette l'argent par les fenêtres, il suffit de se poster sous le balcon ».

2589 vues

2 juin 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

37 commentaires

  1. Mensonge, ridicule
    Trouver 10000 sans papier qui veulent travailler est hautement hypothétique, en trouver 10000 capable de tenir un emploi sérieusement serait impossible dans les africains.
    Déjà que trouver ce nombre de français des banlieues voulant ou pouvant tenir un emploi!! Entre déclarer ou

  2.  » mais il semble que les entreprises petites et moyennes, la restauration, la santé, le commerce ou l’artisanat – qui sont les principaux offreurs d’emploi -, n’aient pas été conviés. » Car ce ne sont pas elles qui participent (volontairement, bien sûr) au financement des partis politiques.

  3. Qu’ils donnent du travail aux Français de souche avant de penser aux migrants ,nous sommes en France pas en Afrique .

  4. Boycott total de : Carrefour, Keolis, Pierre Fabre, Generali, ADP, BNP Paribas ou Adecco.

  5. Enseignes et entreprises à boycotter .Ceux là vont toucher des subventions pour une main d’oeuvre à bas prix ne leur apportons donc pas plus d’argent que celui déjà prélevé sur nos impôts .Qui seront donc ces réfugiés , pas ceux qui touchent en allocations diverses bien plus qu’un smic et de plus non soumis à l’impôt .Ceux là n’en veulent pas de leur emploi minable qu’on se rassure .Ils vivent trop bien avec les aides et un petit trafic pour améliorer les fins de mois difficiles .

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter