Le antidiscriminatoire a été appliqué sans retard – lui – à la grande chancellerie de la Légion d’honneur. En effet, la lourde promotion de la Légion d’honneur et de l’ordre national du Mérite du début d’année 2021, honorant 3.884 personnes, est labellisée d’une absolue parité hommes/femmes.

Rappelons que la première décoration fut créée par Napoléon Bonaparte en 1802 pour récompenser les mérites éminents, et que la seconde est due au général de Gaulle en 1963 pour des mérites distingués et permettant, justement, de revaloriser la « rouge », sans doute trop largement accordée, selon lui.

À leur époque, ces deux hommes d’État n’étaient pas tracassés, par la juste et équitable proportion des bons services rendus par les êtres de sexes différents.

La parité est officiellement effective depuis 2008 pour le Mérite et s’est vue appliquée en janvier 2019 pour la promotion de la Légion d’honneur. L’état civil des récipiendaires faisant foi…

Cette nouvelle loi forcenée, qui distribue à stricte égalité les mérites de la République, constitue en réalité une discrimination dont les féministes devraient s’alarmer ! En effet, il n’y a aucune raison qu’une fraction de la population soit contrainte et limitée, si elle développe et montre mieux qu’une autre des actes bénéfiques pour la nation.

En outre, la population féminine dans notre pays dépasse celle des hommes – de plus de deux millions actuellement !  En toute rigueur, la juste répartition des décorations républicaines devraient tenir compte de ce ratio !

Mme Élisabeth Moreno – nouveau ministre de l’Égalité entre les femmes et les hommes – devrait s’en préoccuper urgemment !

3 janvier 2021

À lire aussi

Zemmour, sondages et prophéties politiques…

Si l’intéressé, objet d’un tel enthousiasme, se laisse entraîner jusqu’à une candidature d…