La fin du approche et c’est la panique à tous les étages dans les ministères. Au ministère de la Santé, la situation semble totalement échapper à son plus haut responsable, le ministre, seulement chargé d’expliquer au bas peuple les bienfaits des mesures prises dans les arcanes de son administration ; ainsi, plutôt que se comporter en homme politique responsable ou en médecin à l’avis autorisé, il se contente d’être le porte-parole d’une administration que, visiblement, il ne contrôle pas.

Après avoir autorisé un fonctionnaire à l’allure macabre à nous débiter, tous les soirs, à l’heure du dîner, la longue litanie des morts quotidiens et des hospitalisations, il eût fallu préciser si ces données reflétaient la totalité des malades hospitalisés ou seulement ceux qui étaient hospitalisés ou décédés suite à une infection par le coronavirus, car sans ces précisions, impossible d’en tirer une conclusion valable sur l’évolution de l’épidémie mais, par contre, l’annonce de ces chiffres faisait naître dans la population un sentiment de peur, voire de panique, permettant de justifier le confinement et d’imposer des mesures qui n’avaient, pour but principal, que d’éviter l’engorgement des services de réanimation des hôpitaux, déjà mis à mal depuis des années par des suppressions de lits, qui n’étaient plus en capacité de recevoir les malades d’une épidémie, qu’elle qu’en soit l’origine d’ailleurs.

En Nouvelle-Aquitaine, territoire relativement épargné par l’épidémie c’est vrai, les chiffres publiés par l’INSEE pour le département de la Gironde montrent que la mortalité au cours du premier trimestre 2020, contrairement à de nombreuses autres régions, est légèrement inférieure à celle des années précédentes ! Et pourtant, combien de petites entreprises, d’artisans, de commerçants de la région vont déposer le bilan parce qu’on aura fait un mauvais choix dans la gestion de cette épidémie.

On ne peut donc qu’être inquiet quant à la gestion du déconfinement.

À propos des tests destinés à dépister et à isoler les sujets infectés, le ministre a prévenu : pas de tests systématiques sur l’ensemble de la population française. Mais de quels tests parle-t-on ? De ceux qui sont destinés a repérer les porteurs de virus ou des tests sériques destinés à identifier ceux qui ont déjà développé des anticorps et qui sont donc immunisés ? Là encore, il semble que nous restions dans les effets d’annonce et que le ministre, en affirmant que l’objectif est de réaliser entre 500.000 et 700.000 tests par semaine, veuille davantage rassurer l’opinion publique que développer une réelle politique de prévention. Les autorités semblent s’orienter seulement vers le dépistage des personnes présentant les symptômes du Covid-19 et de leur entourage ; ce qui peut se comprendre si nous sommes limités en quantité.

Le port des masques semble, lui, plus facile à organiser ; bien qu’après nous avoir annoncé que les masques ne servent à rien (dans ce cas, on se demande bien pourquoi les chirurgiens en mettent dans les salles d’opération), on nous dit maintenant qu’il faudra sortir masqué, décision que l’on peut comprendre mais qu’il faudrait pouvoir appliquer à toute période épidémique, tout particulièrement en milieu urbain et dans les en commun.

On peut, cependant, se demander pourquoi ils coûtent quatre fois plus cher en qu’en Espagne, et si on ne va pas interdire les masques faits maison au prétexte que nous pourrions tous porter des masques jaunes…

À lire aussi

Les médecins généralistes ne sont pas « aux ordres » !

Les médecins généralistes possèdent ce qui manque à nos décideurs ministériels qui n'ont s…