Le Royaume-Uni est sur le point de « gagner » la première phase de la lutte contre le coronavirus, a déclaré le Premier ministre britannique , qui appelle à l’optimisme et à la détermination lors de sa première apparition publique depuis 25 jours après sa guérison du Covid-19.

Boris est de retour, désormais « a fighter in Covid-19 battle », un combattant de la bataille du Covid-19, comme l’a surnommé le ministre des Affaires étrangères Dominic Raab, le remplaçant (survivor) du Premier ministre jusqu’à aujourd’hui.

S’adressant au Royaume-Uni devant le 10 Downing Street, son bureau de Premier ministre et sa résidence officielle de Londres, Boris Johnson a, ce lundi matin, redoublé d’efforts pour faire comprendre que la fin du confinement n’était pas encore à l’horizon, mais a exhorté à l’optimisme.

Boris Johnson a dit que la Grande-Bretagne était en train de gagner la première bataille contre le coronavirus, mais a insisté sur le fait qu’il faut anticiper le danger d’un deuxième pic. À ce titre, il a précisé qu’il n’y avait pas de plan immédiat de levée du confinement. Il a déclaré : « Si ce virus était un agresseur physique, un agresseur inattendu et invisible – et je peux vous dire, d’expérience, qu’il l’est -, nous avons maintenant commencé ensemble la guerre au sol. Et il s’ensuit que c’est le moment de saisir l’occasion, c’est le moment où nous pouvons appuyer notre avantage, c’est aussi le moment du risque maximum. » Ce lundi, il préside sa première réunion du « cabinet de guerre » Covid-19, jusqu’ici présidé par son remplaçant Dominic Raab.

Boris Johnson a ajouté : « Si vous pouvez continuer dans la voie que vous avez suivie jusqu’à présent, si vous pouvez aider à protéger le NHS (National Health Service) pour sauver des vies, et si nous, en tant que pays, pouvons montrer le même esprit d’optimisme et d’énergie que le capitaine Tom Moore, qui a 100 ans cette semaine ; si nous pouvons faire preuve du même esprit d’unité et de détermination que nous l’avons tous fait au cours des six dernières semaines, je ne doute absolument pas que nous réussirons ensemble. Nous nous en sortirons plus rapidement et le Royaume-Uni émergera plus fort que jamais. »

Donnant la preuve que la stratégie de confinement avait fonctionné à la satisfaction du gouvernement, le Premier ministre a souligné que le pays n’avait pas manqué de lits de soins intensifs ou de respirateurs, comme cela avait été craint au début de la crise lorsque l’Italie avait fourni le seul modèle clair de la façon dont l’infection pourrait suivre son cours. Néanmoins, Boris Johnson a parlé de deux phases, dans ce combat contre le coronavirus. Le Royaume-Uni est sur le point de remporter la première phase, a-t-il dit, et il passera bientôt à la seconde.

Enfin, le Premier ministre a déclaré : « Nous avons collectivement aplati le pic. Donc, lorsque nous serons sûrs que cette première phase est terminée et que nous aurons nos cinq critères – décès en chute, protection du NHS, taux d’infection en baisse, mesuré les défis liés aux tests et à l’EPI (équipement de protection individuelle), évité un deuxième pic -, ce sera alors le moment de passer à la seconde phase au cours de laquelle nous continuerons d’éradiquer la maladie et de contenir son développement au plus bas. Mais nous commencerons aussi, progressivement, à atténuer les restrictions économiques et sociales et, un par un, à rallumer les moteurs de cette vaste économie britannique. »

À lire aussi

Conservatisme : so British !

À l’ère de Boris Johnson, le conservatisme a plus que jamais le vent en poupe... …