Damien Abad, le caméléon de la République

damien abad

Damien Abad, que certains LR taquins, dit-on, auraient baptisé Damien Aubade, est donc tranquille du côté de la Justice, puisque le parquet a décidé de ne pas donner suite « en l’état » au signalement de l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique, après le témoignage d’une femme qui l’aurait accusé de viol. Il est donc temps de revenir à la politique. Force est de constater qu’on ne peut être qu’admiratif face à la capacité d’adaptation de l’homme. Président du groupe LR à l’Assemblée nationale, il y a quelques jours encore, il est aujourd’hui membre du gouvernement d’Élisabeth Borne.

Imaginez comme tout est allé vite, pour lui. Ainsi, à l’heure où nous écrivons ces lignes, il n’a toujours pas eu le temps de fermer les volets de son site de député de l'Ain (damien-abad.fr) que l’on peut encore consulter pour « mieux [le] connaître ». Ni celui de faire le ménage de son compte Twitter. Donc, on en a profité pour remonter un peu le fil. Toujours intéressant de fouiller dans le passé d’un individu. Nos capacités d’investigation étant restreintes, nous n’avons pas cherché à savoir ce que le jeune Damien avait graffité dans les cagoinces de son collège lorsqu’il était en 4e B. Non, tout simplement, son compte Twitter depuis le début de cette année. Pas plus. Et ça suffit.

2 janvier. Démarrage en fanfare, très patriotique : « Ensemble pour une France retrouvée, fière de son drapeau, de ses racines, de son identité. #Arcdetriomphe#voeux2022. » Allusion au pavoisement de notre monument national aux couleurs de l’Europe sur ordre d’Emmanuel Macron, son boss d’aujourd’hui ?

5 janvier. Emmanuel Macron, justement, emmerde les non-vaccinés. Action-réaction : « C’est un populisme froid, calculateur, qui montre que le Président a fait une rechute. Il a expliqué, il y a quelques jours, qu’il aimait les Français mais le naturel revient au galop. »

13 janvier. Damien Abad relaie un tweet de sa candidate, Valérie Pécresse : « Symbole aussi triste que révélateur : c’est sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que l’agriculture française est devenue déficitaire en Europe depuis 1945. Et le gouvernement ose nous parler de souveraineté alimentaire ? » Mais tout va changer puisque le désormais collègue de Damien Abad, le MoDem Marc Fesneau, est ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire.

24 janvier. « Défendre l'école de la République, c'est donner plus à ceux qui ont moins, et c'est aussi promouvoir la méritocratie et les filières d'excellence. La page de l'égalitarisme et du nivellement par le bas doit impérativement être tournée ! » Effectivement, avec l’arrivée de Pap Ndiaye à l’Éducation nationale, on va tourner la page. Et sans doute pas qu’une !

25 janvier. « Les chiffres de l’immigration en 2021 viennent de tomber et ils battent tous les records, malgré les restrictions aux frontières dues à la crise sanitaire ! +35 % par rapport au quinquennat de N. Sarkozy, 1,3 millions [sic] de titres de séjours [resic] ! Mettons fin à cette situation explosive. » Sans commentaire.

28 janvier. Festival de jeu de mots. « Sortons de cette France d’En Marche des chèques et des échecs : les chèques qui endettent nos enfants et nos petits-enfants, et les échecs des réformes qui entraînent le déclassement éducatif, économique et sécuritaire de notre pays ! »

1er février. « Un policier se suicide tous les deux jours et demi, c’est un effroi, nos policiers sont usés. La réforme pénale est la grande absente du Beauvau de la sécurité : rien sur les prisons, rien sur les peines. Nos propositions LR sont restées lettre morte. » Tout ça va changer maintenant qu’Abad entre au gouvernement.

8 février. « 62 % des Français jugent mauvais le bilan sécuritaire d’E. Macron. » So what?

9 février. Tir au canon de 155 sur Éric Woerth qui vient de franchir le Rubicon : « La démarche solitaire d'Éric Woerth l'a conduit à démissionner du groupe LR. Je lui demande, en cohérence, de quitter la présidence de la Commission des finances. C'est une question de dignité et de respect vis-à-vis de nos institutions et de ses ex-collègues LR. » Comment dire…

Curieusement, les tirs sur le camp macroniste se calment par la suite. Manque de munitions, peut-être.

Un dernier pour la route, histoire de percevoir l’homme qui sent son terrain. 26 mars. « Ce matin opérations traçage [sic ; on imagine qu’il a voulu dire tractage] sur les marchés d’Oyonnax et Ambérieu-en-Bugey. Et bien franchement, la réalité du terrain n’est pas celle des sondages. Aucun rejet, encouragements et même une envie de remontada. Les derniers jours seront déterminants. » Effectivement. Valérie Pécresse a fait 5,15 % à Oyonnax et 4,72 % à Ambérieu-en-Bugey.

On va en rester là.

Georges Michel
Georges Michel
Editorialiste à BV, colonel (ER)

Vos commentaires

60 commentaires

  1. Macron et sa sincérité légendaire ont besoin de serviteurs fiables comme Abad.
    Qui se ressemble s’assemble.
    Pauvre France.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois