L’interview d' accordée au Parisien a fait l’effet d’une bombe, mardi soir, tant le propos est violent. Et vulgaire : « Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder, donc on va continuer à le faire. »

Ça a le mérite d’être clair. D’aucuns diront qu’il ne se contente que de mettre les mots sur une réalité quotidienne depuis des semaines, des mois : l’étau se resserre autour des non-vaccinés, montrés du doigt, proclamés boucs émissaires de cette crise sanitaire. Si ça va mal, c’est à cause d’eux, toujours à cause d'eux, rien qu’à cause d’eux. Leur indignité masque comme un rideau occultant les manquements, les errances, l'impéritie politique en matière de gestion hospitalière. On ne les fait pas brûler sur des bûchers pour apaiser les dieux, mais on les traque. On leur pourrit la vie. On les exclut d'espaces de plus en plus nombreux, en réduisant peu à peu les échappatoires. On les emmerde, quoi.

Il est d’usage, après les élections, que lors de son premier discours, le nouveau Président se dise Président de tous les Français, qu’il aient voté pour lui ou pas. Emmanuel Macron, lui, met de côté une partie de la population, qu’il désigne comme minoritaire, et exprime son désir de lui nuire au quotidien. Parce que c’est son « envie ». Son bon plaisir, en somme. À deux doigts de la définition du sadisme.

Où est-il, celui qui, le 31 décembre, disait: « Restons unis, bienveillants, solidaires » ? Et quelques jours avant, encore, le 15, lors d’un entretien fleuve, d’un ton contrit : « J’ai appris […]. Je pense que dans certains de mes propos, j’ai blessé des gens […] On peut bouger des choses sans blesser des gens et c’est ça que je ne referai plus » ? On voit...

La formule rappelle celle de à l’endroit des terroristes : « Je les traquerai jusque dans les chiottes. » Sauf que là, c’est de Français dans la légalité qu'il s’agit… puisque le vaccin n’est pas obligatoire. Cette dureté triviale, n'en a, lui, jamais fait montre avec les délinquants.

« Un Président ne devrait pas dire ça, a tweeté Marine Le Pen […] en avril, je serai Présidente de tous les Français. » « Président, j’arrêterai d’emmerder les Français » a quant à lui réagi Éric Zemmour, paraphrasant Georges Pompidou.

On imagine que, durant des jours, le service après-vente de LREM va ripoliner l’entretien, nous démontrer par a plus b qu’Emmanuel Macron ne veut emm… les non-vaccinés que pour leur plus grand bien, et que ceux-ci devraient donc le bénir et le remercier en lui tressant des couronnes de laurier. Mais aucun habillage cosmétique n'y fera rien : la brutalité de cette phrase décomplexée est prodigieusement inquiétante.

 

5 janvier 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

4.8 16 votes
Votre avis ?
309 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires