La conférence de presse de l'excellent Premier ministre Castex a probablement laissé aux honnêtes citoyens tri-vaccinés un sentiment d'inachevé. À quoi bon, en effet, consentir à se faire injecter tous les trois mois un à ARN, à quoi bon montrer son QR code à tout pour aller boire un café, entrer dans un musée et même (en y ajoutant la carte d'identité !) aller danser, à quoi bon insister pour qu'on pique aussi les enfants de cinq ans et plus, comme nous y convie par ailleurs (le) avec son habituelle bienveillance... si c'est pour qu'on s'en tienne, par ailleurs, à des mesurettes ?

Interdiction de manger et de boire dans les transports, interdiction de consommer debout dans les cafés : du pipi de chat ! Certes, le Covid (ou la Covid) est si grave qu'il faut se faire tester pour être sûr qu'on l'ait ; certes, le est si efficace qu'il faut, semble-t-il, des rappels tous les trois mois. Cependant, prenons garde : rappeler ces évidences, c'est un manque total de discernement.

Le sujet, en effet, n'est pas la vérité ni la raison. On nous l'avait dit de manière subliminale : que chacun « joue le jeu », comme ils disent. « Jouer le jeu » : ce serait donc un jeu ? Tout sait bien que cette épidémie n'est pas la peste noire et que ces mesures n'en sont pas (comme si le Covid planait au comptoir mais cessait de circuler en terrasse). alors, on joue le jeu, comme les enfants en vacances, avant les repas : « On dirait que... » Surtout, qu'une grande personne n'arrive pas pour appeler les enfants à table en ayant la mauvaise idée de crever la bulle des illusions...

Allons donc plus loin dans ce jeu de contrôle social et d'hallucination collective : pourquoi ne pas exiger le port du masque à la maison ? Limiter les tablées à quatre personnes, y compris dans les familles nombreuses (Papa, Maman et les aînés mangent leur steak à la cuisine) ? Généraliser l'usage du « test chinois » afin de vérifier le degré d'humiliation consentie et de soumission à l'autorité, dans une version renouvelée de la célèbre expérience de Milgram ? Tiens, puisqu'on parle de la Chine, faire comme là-bas où l'on vient de restaurer l'humiliation publique ? Obliger les non-vaccinés à porter un signe distinctif afin qu'on ne les mélange pas à l'immense majorité de celles-et-ceux qui font ce qu'il faut ? Leur interdire d'exercer la plupart des professions ? Leur retirer la garde de leurs enfants, puisqu'ils ne savent pas ce qui est bon pour eux ? Leur imposer une tarification spécifique s'ils tombent malades du Covid et sont hospitalisés, comme l'a proposé, dans un amendement (heureusement rejeté), un député LR ? Voilà qui serait plus courageux, plus disruptif, à l'approche d'une élection présidentielle curieuse, dans un pays qui n'a plus de France que le nom et dont la population hésite entre l'EHPAD et la favela.

Non, décidément, le gouvernement ne va pas assez loin ! Il en faut plus pour satisfaire les braves gens ; les zones de non-droit ne seront, de toutes façons, pas contrôlées. Ce n'est, il est vrai, pas la priorité : ce qu'il faut, c'est mettre la pression à ces salauds de non-vaccinés.

30 décembre 2021

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 8 votes
Votre avis ?
80 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires