En dévoilant, le 2 août, les images de sa toute première production cinématographique, le parc du Puy-du-Fou a tout de suite mis le niveau bien haut. Certes, ce n’est pas un film. C’est plutôt un documentaire, néanmoins tourné comme un long-métrage. Intitulé Vaincre ou Mourir, l’œuvre se veut tournée autour du personnage de François Athanase de Charette de La Contrie, que la postérité a retenu sous le simple non de Charette. Ce chef vendéen qui aura défié la République dans les tragiques et sanglantes est une figure centrale du parc du et l’une des idoles de son fondateur Philippe de Villiers, qui lui avait consacré un livre.

Les premières images dévoilent en tout cas un Charette, d’extérieur bien campé par l’acteur Hugo Becker (aperçu aux coté de Kad Merad dans l’excellent Baron noir) et bien entouré par un casting de qualité. Contactée, l’équipe dirigeante des Studios du n’a pas souhaité s’exprimer « avant la fin de l’été ». Distribué par Studiocanal et SAJE, le film historique attise déjà les curiosités : «
Sera-t-il le "Cuirassé Potemkine" des nostalgiques de l’Ancien Régime ou le "soldat Ryan" français du grand public ? »
s’interroge Ouest-France. Il y a quelques mois, une poignée d’historiens s’était acharnée à démontrer les incohérences historiques dans les attractions du parc à thèmes. Une obsession qui vire à la paranoïa mais qui démontre bien l’enjeu : entre le roman national et les déconstructeurs, la guerre est ouverte et le compte bien des adversaires.

Dans tous les cas, la sortie sera épiée et les contempteurs du roman national français risquent d’en être pour leur grade. Quoi qu’il en soit, avec plus de 200 chevaux et 60.000 costumes, la production n’a pas lésiné sur les moyens. Prévues en décembre pour une sortie générale en 2023, les avant-premières pourront envoyer un message aux cinéastes français adeptes de productions fades et onéreuses, ainsi qu’aux tentés du wokisme. Si cela fonctionne, ce sera un coup de semonce. De quoi ressusciter Charette ou au moins relancer un vaste débat historique. Du coté du Puy du Fou, on met en avant la contribution d’historiens pour rendre à ce film le plus grand réalisme possible. On a hâte de voir ça !

7362 vues

6 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

11 commentaires

  1. Et une fois de plus, le clan De Villiers réussira à la force du poignet ce que les autres échouent à faire en étant gavés d’argent public.
    Pour moi, le rendez-vous est pris, 4 places s’il vous plaît !

  2. Nous avons visité en famille le Puy du Fou voilà huit ans, lors de vacances en France, depuis les USA.
    Nous avons tous été émerveillés par la qualité des attractions, la parfaite gestion du Parc ainsi que par le bon niveau des prestations hôtelières et des nombreux restaurants. De tous les Parcs d’attractions que nous avons visité, celui-ci est vraiment le “number 1”.
    Je pense ne pas me tromper en prédisant que le film sera un petit chef-d’œuvre !

  3. On veut la vérité historique, mais on est incapable de s’entendre sur des événements comme la collaboration, Vichy, ou la fin de la guerre d’Algérie. Philippe de Villiers a au moins eu le mérite de corriger la réécriture de l’histoire sur la » grande Révolution Française » manière Mitterrand, la Terreur et la guerre de Vendée.

  4. A propos de votre article sur le film du Puy du fou, je signale à l’auteur que l’expression « en être pour son grade «  n’existe pas : «  en prendre pour son grade «  existe ; «  en être pour ses frais » existe ; le mélange des deux n’existe pas. L’usage de notre langue exige beaucoup d’amour et de patience ; les bonnes intentions ne suffisent pas ; parfois un dictionnaire n’est pas inutile, aussi usé fut-il.

    1. La formulation « A propos de votre article[…], je signale à l’auteur… » est incorrecte. « A propos de VOTRE article, je VOUS signale… » est correcte; « A propos de SON article […], je signale À L’AUTEUR … » est correcte également. Le mélange des deux, en revanche, est incorrecte.
      Comme l’a fait remarquer un illustre contributeur inconnu: « L’usage de notre langue exige beaucoup d’amour et de patience; les bonnes intentions ne suffisent pas; parfois un dictionnaire n’est pas inutile… »
      J’ajouterai : un Bescherelle aussi, et accessoirement balayer devant sa porte avant de venir donner des leçons aux autres…

      1. Une erreur sur 27 lignes vs une erreur sur 4 lignes par un donneur de leçon. record à battre.
        Doit-on être étonné?

      2. « Emballé, c’est pesé ! » encore une expression qui « va comme un gant » à votre réponse.
        Merci pour ce moment de rigolade !

  5. Impatient de recevoir le DVD pour le regarder en boucle et vivre, revivre le Roman National que les « progressistes » s’acharnent à démolir.
    Il est plus que grand-temps de ressusciter notre si belle France.

Laisser un commentaire

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter