On a tellement atteint le fond qu’il faut applaudir parce que le directeur de Sciences Po Paris a réussi à obtenir de la soixantaine d’étudiants excités qui occupaient le bâtiment principal et y faisaient n’importe quoi qu’ils laissent entrer l’ensemble des étudiants pour participation à l’assemblée générale le 19 avril à 19 heures.

Je commence ce billet par cet épisode parce que je le trouve révélateur du délire qui affecte, infecte cette école emblématique qui ne sera plus une ambition mais deviendra un cauchemar. Cette minorité dans le mimétisme révolutionnaire – de la farce, comme aurait dit Karl Marx – occupe “Sciences Po parce que Macron en est sorti et que nous ne voulons pas finir comme lui”.

Elle distribue aussi un communiqué de presse qui nous apprend que “[l’]école est pleine de ces modules visant à former les hauts fonctionnaires zélés du régime libéral et autoritaire”

Ailleurs, une banderole : “Ici sont formés ceux qui sélectionnent. Bloquons la fabrique à élite…” et le président de la République et son gouvernement mènent “une vaste entreprise néolibérale et raciste”.

Ces inepties ont été proférées et écrites dans ce qui était perçu comme un haut lieu préparant l’administration française qui nous a longtemps été enviée pour son excellence et son intégrité.

Et Sciences Po est devenue cela et l’ironie ne consolera pas : “S’ils ne voulaient pas intégrer l’élite, il ne fallait pas passer le concours d’entrée.”

La coagulation des luttes tant rêvée et ressassée par ceux que le désordre attire et que l’idée d’un Grand Soir stimule n’est pas à l’ordre du jour : les lycéens n’ont pas rejoint les étudiants qui, eux-mêmes, laissent les cheminots indifférents. Il y a des protestations collectives, des envies d’en découdre, un prurit de contestations dont on ne sait plus trop bien ce qu’elles dénoncent, des casseurs qui reviennent pour dévoyer, en tout cas à Paris, les manifestations interprofessionnelles de la CGT, le 19 avril, avec un succès relatif malgré une mobilisation ayant réuni cheminots, postiers, fonctionnaires et personnel hospitalier, entre autres.

Il y a une dizaine de facultés et de campus occupés par un petit nombre d’étudiants prétendus et d’agitateurs gauchistes qui violent les droits d’une majorité désirant passer ses partiels en lui refusant le vote démocratique qu’elle réclame.

Au site de Tolbiac, c’est “drogue, sexe et violence” et une situation “pré-insurrectionnelle” selon le courageux président de l’université, Georges Haddad, auquel on reproche évidemment d’exagérer.

Il y a quelque chose qui est presque aussi grave qu’une autorité qui ne s’exerce pas : une autorité qui commence bien puis qui connaît clairement des ratés, où ceux qui devaient se soumettre à la loi, par leur résistance, contraignent peu ou prou l’État à se déjuger. Cet enlisement est la rançon probable d’une action qui, malgré la présence de nombreux gendarmes, dont certains ont été blessés, a cherché si scrupuleusement à éviter le pire qu’en définitive, elle n’a pas atteint ses objectifs.

Le gouvernement – avec le président de la République allant au contact, autant qu’il le peut, des colères et des inquiétudes – fuit l’affolement et semble maîtriser cette multiplication de désordres, de violences et d’insupportables dérèglements sociaux et professionnels. Mais on ne peut les traiter sans avoir conscience de leur gravité ni en prendre la mesure. L’autorité n’est déjà plus ce qu’elle avait promis d’être.

L’absolu ridicule de Sciences Po Paris peut faire rire ou indigner.

Mais ce n’est jamais qu’une goutte d’eau qui fait déborder la chienlit !

Extrait de : Justice au Singulier

20 avril 2018

Partager

À lire aussi

Michel Onfray : de Gaulle top grandiose, Mitterrand flop cynique

Le lecteur est KO, et la cause est quasiment entendue. …