Il y a près d’un siècle, les enfants de Landru étaient autorisés à prendre comme patronyme le nom de jeune fille de leur mère, et on les comprend… Mais une même pudeur anime également nos autorisés lorsqu’il s’agit de dissimuler l’origine subméditerranéenne de délinquants grands et petits, et ce n’est pas nouveau.

En 2012, par exemple, Le Monde maquillait du prénom de « Vladimir » le Tchétchène sunnite tueur d’un collégien de 13 ans, à Rennes, subtile manière de faire d’une deux coups (avant de se rétracter et d’adopter la simple lettre S pour nommer le criminel). Heureusement, le journal n’avait pas encore lancé ses sourcilleux « Décodeurs » !

Tout récemment, le 24 février 2021, une journaliste du Télégramme évoquait dix individus jugés pour trafic de drogue à Quimper. Elle appelait ces “” venus de région parisienne “Kevin, Amélie, Alain, Antoine, Henri, Héloïse, Mathieu, Eric…” précisant que les prénoms avaient été changés. Le 29 mars suivant, jour du jugement, les prénoms sont devenus Ali, Mohammed, Anissa, Assane, Elhad…

C’est un chroniqueur de , Jean Quatremer, qui révéla ces bidonnages, le 15 janvier 2016, sur un plateau d’Arte : « Moi, je me rappelle, un article, un truc absolument extraordinaire sur une affaire de tournante en banlieue parisienne, et tous les noms avaient été changés, ce qu’on fait régulièrement […] et c’était tous des Alain, des Frédéric, des Marcel, des Maurice, sauf qu’en réalité, c’était tous des Mohamed, des Hamed… ». Si c’est Libé qui le dit !

En revanche, de Valentin Marcone, le mini-Rambo des Cévennes qui vient de se rendre, on saura presque tout, probable privilège de « Caucasien ».

Et on peut faire plus encore quand vous tombe sous la dent un coupable dont les ancêtres ont fait les croisades : avec un Xavier , on peut feuilletonner depuis sa première couche-culotte. Il a même sa fiche Wikipédia !

Ouf, on respire, il y a aussi des assassins bien de chez nous…

Mais à ce jour, moins de 30 % des Français font encore confiance aux médias[1].

[1] Baromètre La Croix-Kantar, cité par Nicolas Vidal dans Médias, le grand errement, page 11.

19 mai 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 12 votes
Votre avis ?
39 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires