Le jour, il est historien et rédige des ouvrages de défense et illustration de l’Histoire de France pour apprendre aux enfants ce qu’ils n’apprennent plus au collège. Son dernier opus évoque les statues qu’on déboulonne et qu’il s’attache, lui, à remettre au centre de la scène. La nuit, Dimitri Casali se transforme. Il prend les allures d’un rocker et lance les uns après les autres les titres qui se suivent, comme autant de personnages ou de périodes historiques, chantant les faits et bienfaits de Saint Louis, Jeanne d’Arc ou Henri IV, sans oublier, dans son élan, la France heureuse du Second Empire ou le french cancan ! Le public est invité à se lever à la « Marseillaise », à scander la devise de Louis XIV ou à se déhancher sur le tube repris en chœur célébrant le Front pop, pop, populaire ! Car ici, l’Histoire est un bloc, ni de droite, ni de gauche, et Napoléon y est célébré comme ce petit immigré quittant son soleil et sa langue maternelle pour devenir l’Empereur rendant sa fierté à tout le peuple français. À bon entendeur…

Un opéra rock qui fait aimer l'Histoire de France

Dans la salle qui se remplit abondamment prend place un public de tous âges, familial, averti ou curieux. Des enfants tirent les parents par la manche. Ils étaient présents au spectacle donné plus tôt dans la journée. Plus tôt, les écoles de la ville étaient invitées à assister à cet OVNI artistique, mêlant concert de rock, récits d’Histoire de France et communion des artistes avec le public, invité à chanter le texte dans les images diffusées en arrière-plan et qui montrent la geste et la galerie de nos héros nationaux.

Alors que les lumières s’éteignent et que la fumée se dissipe, sur scène apparaissent nos troubadours des temps modernes qui se sont jurés - un pour tous et tous pour un - de nous faire aimer la France et, pour cela, de nous la faire chanter. À la batterie, un chevalier sous son heaume. Au piano, un pair de France. À la basse, un templier. Au chant, un trio formé de Joséphine en impératrice, François Ier en lunettes noires et culotte bouffante, d’Artagnan brandissant son micro. À la guitare, enfin, le créateur et animateur de cette troupe à l’allure insolite : un grognard de l’Empire qui n’est autre que Dimitri Casali.

Projet éducatif

Un joyeux florilège à l’esprit bon enfant assumé que les historiens scrupuleux pourront trouver un peu rapidement chevauché et que les mélomanes sourcilleux pourront juger d'une esthétique surprenante mais dont le public présent sortira réjoui, ragaillardi, surpris de chanter debout un « Montjoie ! Saint Denis ! »

Bravo à cette initiative originale qui continue de tourner là où on l’accueille, destinée à nos enfants et ceux qui veulent le rester ! David Lisnard, accueillant le spectacle dans sa ville de Cannes, l'avait présenté ainsi : « Il me semble essentiel que les jeunes générations apprennent et s’approprient l’Histoire de France. S’imprégner de notre récit national, c’est partager un patrimoine commun, lutter contre les replis communautaristes, cultiver un sentiment d’unité nationale, d’où que l’on vienne, quelle que soit notre origine ou notre religion. »

Pour ne pas rater les prochaines dates ou pour les susciter, rendez-vous sur le site Historock, qui propose gracieusement des contenus utiles pour petits et grands, désireux d’apprendre et d’aimer leur Histoire, en chantant. Et si, comme on le dit en bon français, rock is not dead, il y a fort à parier qu’avec Historock, la France n’est pas prête à mourir non plus !

4209 vues

14 octobre 2023 à 16:00

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

6 commentaires

  1. L’histoire de France revisitée avec l’objectif de la faire aimer par les plus jeunes. Belle initiative que devrait saluer notre ministre de l’enseignement récemment nommé.

  2. Si Nicolas de Villiers a vent de cette aventure historique sympathique, sûr qu’ il prendra dans sa troupe du Puy du Fou ces gaillards qui sentent bon la France. Bravo à eux. Par ailleurs, j’invite le nouveau ministre de l’éducation à faire en sorte que les écoliers et collégiens puissent voir ce spectacle. Pour une fois l’argent du contribuable, pour payer les entrées, serait bien employé.

  3. C’est bien mais très attristant qu’il faille un OPERA rock et des chansons pour apprendre l’histoire de France.
    La vie n’est pas une jouette…

    1. même réflexion : attristant d’en arriver à ces extrémités pour se faire comprendre, puisque les  » profs » n’ont plus la cote

  4. Bravo excellente initiative et il est vrai qu’en chanson les enfants aiment et apprennent plus vite .
    Ce groupe devrait être invité dans toutes les écoles de notre pays . Etonnée toutefois que certains critiques n’aient pas encore bronchés ……

Les commentaires sont fermés.