En août 2020, Selma, une adolescente musulmane bosniaque, avait été battue et tondue parce qu’elle fréquentait un jeune Serbe chrétien et avait annoncé son intention de l’épouser. Ses parents et leurs autres enfants ont été expulsés vers la Bosnie-Herzégovine, rapporte Le Figaro.

Tabassée et tondue par sa famille : côtes cassées et 14 jours d’ITT

À l’audience, la jeune fille et la famille de son petit ami, présente au moment des faits, le 17 août, ont relaté le déroulé des faits. Elle avait été emmenée dans sa chambre, battue par les quatre adultes et tondue par son oncle. Les prévenus « ont réfuté avoir roué de coups Selma. Le père dit l’avoir “juste tondue”, la mère lui avoir “mis deux claques”, la tante “une poussette sur l’épaule”, et l’oncle ne pas l’avoir touchée », a relevé le procureur Étienne Manteaux.
Une explication qui n’a pas convaincu le procureur : « Comment expliquez-vous la sévérité de l’examen médico-légal, côtes cassées, multiples hématomes, 14 jours d’ITT ? » s’est-il interrogé, avant de requérir un an de prison contre les quatre adultes pour ces « faits extrêmement graves ».

Les parents interpellés dès la fin du procès

Les parents ont été interpellés vendredi soir, dès la fin de leur procès à Besançon, qui s’est conclu par leur condamnation à un an de prison, dont quatre mois de sursis, assorti d’une interdiction du territoire français pendant cinq ans. Dans cette affaire, l’oncle et la tante de la jeune fille, qui avaient participé au tabassage, ont également été condamnés à un an d’emprisonnement dont quatre mois avec sursis, mais sans interdiction de territoire français. Ces derniers bénéficient du statut de réfugié, régi par l’OFPRA.

« Comme nous nous étions engagés avec Marlène Schiappa, la famille qui s’en est prise lâchement à leur fille et nièce en la frappant et allant jusqu’à la tondre de force parce qu’elle était amoureuse d’un homme d’une autre confession a été expulsée ce matin », a annoncé le ministre de l’Intérieur, , dans un communiqué. Fin août, il avait assuré qu’une procédure de reconduite à la frontière serait menée « dès la fin de la procédure judiciaire ».

Après l’expulsion de sa famille, l’adolescente a été « prise en charge par l’aide sociale à l’enfance et obtiendra à sa majorité un titre de séjour », précise le communiqué de Gérald Darmanin et Marlène Schiappa, ministre délégué chargé de la Citoyenneté.

24 octobre 2020

À lire aussi

Un calendrier de l’Avent pour aider nos artisans et artistes français !

L’année 2020 a été terrible pour le savoir-faire français. Boulevard Voltaire se fai…