Éric Zemmour jette son dévolu sur un fusil haute précision exposé au stand Milipol. L’arme se retrouve rapidement dans ses mains. « Quand vous serez Président, Monsieur Zemmour, vous serez défendu par cette arme », prédit l’animateur du stand de PGM Précision, une PME française d’excellence dans le domaine de l’armement. L’essayiste dirige l'Ultima Ratio vers les journalistes de chaînes d’information en continu. La scène provoque de nombreuses réactions d’indignation. « C’est horrifiant ! », déclare alors le ministre Marlène Schiappa. Sourire au lèvre, le général Bertrand de La Chesnais ne semble pas traumatisé par la plaisanterie d’Éric Zemmour. Depuis sa première apparition à ses côtés, le 20 octobre 2021, au salon de Milipol, cet ancien numéro deux de l’armée de terre conseille le candidat sur les dossiers de défense.

« Je me mets au travail ! >», le général Bertrand de La Chesnais nous répond de façon claire. Ce lundi 6 décembre, le général de corps d’armée en deuxième section vient d'être désigné directeur de campagne du candidat Éric Zemmour. Cette information, révélée par Europe 1, nous a été confirmée par l’intéressé.

Saint-cyrien de formation, Bertrand de La Chesnais a servi dans l'infanterie, notamment dans les troupes aéroportées, participant à de nombreuses opérations extérieures : Ex-Yougoslavie, Tchad, Kosovo. De 2001 à 2003, il commande le 1er régiment d'infanterie, le plus vieux régiment d'Europe. De 2014 à 2017, il est major général de l'armée de terre, c'est-à-dire son numéro 2. À ce titre, il a en charge la conception et la mise en place du plan de transformation de l’armée de terre « Au contact » et conduit son déploiement sur le territoire national à la suite des attentats de 2015 dans le cadre de l'opération Sentinelle. C'est ce militaire expérimenté qui bascule soudain dans la politique. Bertrand de La Chesnais est actuellement conseiller municipal d'opposition à Carpentras (Vaucluse) et conseiller communautaire. En 2020, engagé dans la course pour la mairie de Carpentras, il avait conduit une liste d'union des droites sur laquelle figuraient des membres du Rassemblement national et des LR et avait reçu le soutien de Marine Le Pen, de Jean-Frédéric Poisson et de Bruno North, président du CNIP. Il est battu le 28 juin par le maire sortant avec 39% des voix.

Un profil atypique choisi pour diriger la campagne d'un candidat lui aussi atypique.

Le vendredi 3 décembre, Marianne révélait que Bertrand de La Chesnais pourrait remplacer Sarah Knafo. Contacté par nos soins, La Chesnais avait alors catégoriquement démenti. « Non. Ce qui alimente la rumeur, c’est mon nom sur les sujets défense, ce qui n’est pas un scoop depuis Milipol », nous avait-il répondu. Avec son arrivée, la garde rapprochée d’Éric Zemmour se restructure. Ainsi, Sarah Knafo prend la direction stratégique et Antoine Diers devient directeur adjoint de la campagne. L’état-major du candidat semble en ordre de bataille.

Le 29 avril dernier, Bertrand de La Chesnais avait donné une tribune à Boulevard Voltaire au sujet de la fameuse lettre, dite des vingt généraux. Rien ne laissait présager qu'il mettrait ses compétences au service du candidat Zemmour.

32258 vues

6 décembre 2021

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

Les commentaires sont fermés.