La question de l’aménagement intérieur de Notre-Dame a fait couler de l’encre. Face à nos questions, le diocèse a relativisé la polémique… sans malheureusement apporter de réponses claires.

Tout est parti d’un article du journal britannique The Telegraph évoquant un « Disneyland politiquement correct » au sujet du futur aménagement intérieur de Notre-Dame de Paris. La presse française et les se sont emparés du sujet où les plus grandes inquiétudes ont été exprimées : crainte de voir les confessionnaux, les autels et les sculptures classiques remplacés par des peintures murales d'art moderne ; crainte de voir de nouveaux effets sonores et lumineux pour créer des « espaces émotionnels » ; crainte de voir des citations de la Bible projetées sur les murs des chapelles dans diverses langues telles que le mandarin, etc.

La Fondation Notre-Dame a répondu aux questions de Boulevard Voltaire et assure que les rumeurs répandues par l’article du Telegraph consistent en une déformation de ce qui va être présenté. D’après la fondation, tout cela a été « présenté d’une façon qui ne sera pas la réalité du tout ». Ainsi, les éclairages seront des lumignons placés à hauteur d’homme sur les bancs pour permettre aux fidèles de lire plus facilement, et les inscriptions en mandarin consistent en un rajout sur les panneaux explicatifs en français et en anglais d’une langue compréhensible par les nombreux touristes chinois venant visiter la cathédrale. Aucune information n’a pu être donnée au sujet des confessionnaux qui, d’après The Telegraph, devaient être jetés.

Une information rassurante concerne les Mays, ces grands tableaux d’autels commandés chaque année entre 1630 et 1707, qui pourront ainsi être redécouverts. La perspective de voir remis en valeur ces superbes tableaux du Grand Siècle évite les fantaisies d’art contemporain qu’on pouvait craindre.

Néanmoins, la Fondation Notre-Dame n’a pu nous dire si le plan était orienté vers un réaménagement globalement identique ou vers des changements véritablement révolutionnaires. Les réponses données sur des détails précis ne nous permettent pas d’avoir une vue d’ensemble sur la question.

Ainsi, le mystère demeure sur le plan de réaménagement intérieur qui sera présenté, ce jeudi 9 décembre, à la Commission nationale du et de l’architecture qui donnera un avis. Le diocèse propose, mais ce sera à l’État de disposer. Il est souhaitable que le plan présenté ne soit pas trop fantaisiste, sans quoi l’État n’aurait pas de scrupules à faire cohabiter les Mays du Grand Siècle avec l’art contemporain dont le caractère édifiant et élévateur n’est plus à décrire… Ce à quoi le ministère de la Culture ne serait finalement « pas du tout opposé ».

Reste que Mgr Patrick Chauvet, recteur de la cathédrale, dit, dans du 2 décembre, s’être « engagé – avec le président de la République tout de même – à ce que Notre-Dame soit reconstruite à l’identique. Je ne vois pas pourquoi, si c’est le cas, on foutrait tout par terre à l’intérieur. » Le Président a donc donné sa parole. Espérons que « en même temps » il ne reviendra pas dessus…

#saccagenotredame, la riposte est lancée

Le 4 décembre, un nouveau compte a été lancé sur Twitter : #saccagenotredame. Dans le contexte de la présentation du plan de réaménagement intérieur du 9 décembre, et face à un plan dont la teneur reste encore mystérieuse, cette page se pose en lanceur d’alerte. Le terme « alerte » est régulièrement utilisé dans les posts. Assez critique envers Mgr Aupetit, et lui reprochant sa vis-à-vis des fidèles attachés à la liturgie tridentine, la page cible principalement les « intellos qui méprisent la France ». Le compte avance notamment cette information considérable, dont nous n'avons pas eu confirmation à cette heure.

Réponses jeudi...

 

 

 

7 décembre 2021

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 3 votes
Votre avis ?
18 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires