Il n’a que 20 ans et déjà cinq années de militantisme à son compte. Baudoin Haulaf est là partout où une statue est menacée par la Libre Pensée. Nous l’avons rencontré au chevet de saint Michel et, samedi dernier, l’association qu’il a créée à cette occasion, Touche pas à ma statue, se mobilisait à La Flotte-en-Ré. Cette fois, les laïcards s’attaquent à la Vierge Marie. Cette jolie statue, érigée après la Seconde Guerre mondiale en remerciement de grâces reçues, est sous le coup d’une nouvelle affaire portée devant la Justice. Dans Famille chrétienne, le curé témoigne paisiblement être en bon terme avec le maire : « Je ne m’affole pas, ce n’est pas la première fois que la Libre Pensée tente de nous faire obstacle », explique l’abbé Cottereau. Et, comme aux Sables-d’Olonne, la mairie de La Flotte met en exergue l’aspect patrimonial historique avant celui du symbole religieux. Verdict le 3 mars.

« Cela fait trop longtemps qu’une poignée d’associations très militantes pèse sur le paysage et métapolitique, nous explique Baudoin. Nous voulons à notre tour peser dans ce combat qui concerne la tout spécifiquement ». L’étudiant berrichon, en deuxième année de licence d’histoire, se bat pour « l’amour de [son] et l’attachement à nos racines chrétiennes ». Un sens de l’engagement et des valeurs reçues dans le cadre « d’une éducation traditionnelle dans [sa] famille et un environnement simple donc vrai ». Tandis que sa consœur Aliénor affiche un look inattendu pour une « catho tradi », lui est traité de petit bourgeois parce qu’il porte une chemise et un pull marin. Droit dans ses bottes, il répond à ses détracteurs qu'il est « assez normal de s'habiller de manière convenable quand on prétend porter une voix dans les médias ». Pour autant, les apparences peuvent être trompeuses car Baudoin est issu d’un milieu « rural et défavorisé ». Ils sont six enfants à la maison, il évoque un mode de vie « modeste mais aimant ».

Malgré les combats, Baudoin affirme garder confiance en l’avenir car « le bon sens finit toujours par l’emporter et notre plus grande force est d’avoir raison ». Il est important, pour lui, de « montrer aux habitants, aux médias, aux laïcards et au maire qu’une est présente pour défendre cette cause ». Mobilisé pour saint Michel, puis pour la Sainte Vierge sur l’île de Ré, il se battra chaque fois qu’une statue sera menacée. Avec l’aide de SOS Calvaires, sa toute jeune association créée dans l'urgence est en train de se structurer « pour, à l’avenir, être vraiment en première ligne efficacement sur tous ces combats culturels ».

Mais qui dit combat dit aussi diffamations, insultes, menaces, animosité… « C’est monnaie courante pour toute personne prenant position du “mauvais côté”. Il faut s’en accoutumer, ne pas rentrer dans la réponse puérile et même s’en servir à leurs dépens », tacle le jeune homme.

Son arme ? « Le sourire d’abord car, comme dit Cyrano, “on n’abdique pas l’honneur d’être une cible”. » Il ajoute même courageusement que ces menaces le galvanisent. Bien résolu à n’arrêter le combat qu’après la victoire finale, il force l’admiration et son exemple invite à l’engagement pour le bien commun : « La est la forme la plus haute de la charité, disait Pie XI. Le combat n’est perdu que s’il n’est pas mené, et nous n’abandonnerons pas ce combat. » À bon entendeur !

4508 vues

9 février 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

25 commentaires

  1. Ces jeunes sont l’espoir de la génération qui souhaite garder sa culture et sa religion. Un grand bravo pour leur courage.

Les commentaires sont fermés.