L’aïd el-kébir, fête du sacrifice chez les musulmans, approche et, avec elle, son lot d'abus devenus monnaie courante depuis plusieurs années. 2023 ne semble pas devoir déroger à cette règle, comme en témoigne cette découverte sordide, faite par les forces de l’ordre à deux jours de cette fête, dans un petit appartement du quartier des Liserons, à Nice. Pas moins de 40 moutons ont en effet été retrouvés dans une pièce de 10 m2, l’un d’entre eux avait été égorgé. Deux individus ont été interpellés, ce dimanche, par la police nationale.

Une pratique qui devait être encadrée

L’aïd, prévue cette année pour le mercredi 28 juin, occasionne chaque année des vols et des abattages rituels de moutons par dizaines de milliers. Ce sont environ 100.000 ovins qui sont tués à l’approche de cette fête, en souvenir d’Abraham qui, selon le Coran, accepta de sacrifier son fils Ismaïl en signe de soumission à Dieu.

Cette tradition ne cessant de prendre de l’ampleur en France, des abattoirs ont été agréés pour exercer ce genre de pratiques afin d’encadrer les abattages et faire respecter les règles d’hygiène. Un règlement européen cité par le Conseil d'état stipule que « les animaux sont mis à mort uniquement après étourdis­sement, selon les méthodes et les prescriptions spécifiques rela­tives à leur application […] L’animal est maintenu dans un état d’inconscience et d’insensibilité jusqu’à sa mort ». Mais elle fait une exception pour les abattages rituels au cours desquels la bête n’est pas toujours étourdie, à condition que ces abattages aient lieu dans des abattoirs. Début 2020, 51 % des établissements de boucherie étaient ainsi habilités à pratiquer l’abattage rituel, rapporte l’association de défense des animaux L214.

Les abattages illégaux se multiplient

Malgré cette tolérance largement répandue, les exemples d’abattages illégaux ne cessent de se multiplier. En raison d’une forte demande, le prix du mouton s’est en effet envolé sur cette période : un mouton peut coûter jusqu’à 320 €, explique l’AFP. Un prix exorbitant qui expliquerait peut-être la multiplication de vols de moutons, parfois par troupeaux entiers. Un éleveur des Deux-Sèvres a ainsi vu disparaître 172 moutons en juin dernier. Un « nouveau fléau », selon les mots de TF1, que certains peinent à expliquer. Souvent, la découverte des ovins manquants est glaçante. Parqués dans de minuscules espaces, égorgés, dépecés ou sur le point de l’être…

En juillet dernier, dans le quartier de la Tour-Chabot à Niort, un rassemblement d’une douzaine de personnes était ainsi interrompu par la police : les individus regardaient le travail de deux supposés « bouchers » qui avaient tué et dépecé trois moutons et s’apprêtaient à en abattre un quatrième. L’année précédente, deux individus étaient interpellés dans les Ardennes alors qu’ils s’apprêtaient à égorger trois moutons, munis d’un couteau et d’un coupe-coupe. Des pratiques rendues possibles par le vol de troupeaux, mais également par la complicité même des entreprises de négoce d’ovins. En août 2022, l’association L214 déposait ainsi une plainte contre la société ovine Flandres Artois (SOFA) qu’elle accusait d’avoir vendu clandestinement des moutons vivants à des particuliers afin que ces derniers puissent procéder à un abattage rituel. L214 a porté plainte pour « mauvais traitements à animaux commis par un professionnel » et pour « complicité d’abattage d’animaux hors d’un établissement agréé ».

Face à ce fléau exponentiel, on guette désespérément les réactions du gouvernement, mais le silence, une fois encore, semble de mise. Maltraitance animale, manque à gagner pour les éleveurs de 150 € par mouton volé, expansion de pratiques religieuses importées en France et qui, d'exceptions, sont en passe de devenir la règle... La France trinque encore une fois, sous le regard complaisant de ses dirigeants.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 28/06/2023 à 16:52.

3556 vues

26 juin 2023 à 15:47

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

31 commentaires

  1. Vous ne dites rien des malheureux moutons découverts. Les moutons éventuellement volés ont-ils été saisis pour les remettre aux différents éleveurs ? Et les autres ? L214 se bat depuis des années contre cette maltraitance d’une grande violence mais les gouvernements successifs — tous plus ramollis et trouillards les uns que les autres et n’ayant aucun respect pour les animaux — ne réagissent pas. Le premier fléau à éradiquer en France est l’islamisme. C’est tout.

  2. Vous ne dites rien sur le sort des malheureux moutons découverts. Les moutons éventuellement volés ont-ils été saisis pour les remettre aux différents éleveurs ? Et les autres — non volés ? L214 se bat depuis des années contre cette maltraitance d’une grande violence, mais les gouvernements successifs — tous plus trouillards et ramollis les uns que les autres et n’ayant aucun respect pour les animaux — ne réagissent pas. Le fléau qu’il faut éliminer en France, c’est l’islamisme. Et puis c’est tout.

  3. Combien de garde à vue, de comparution immédiate, alors que c’est enfreindre la Loi ? En France il est plus grave de déployer une banderole que d’égorger des moutons en bandes organisées….
    Retour au Moyen Age….dans un Pays qui a dans sa Constitution La Laïcité…..
    Le Grand Orient de France est notre Gouvernement, mais qui se disent « les Progressistes ». Donc rien d’étonnant…

  4. Je rêve ou L214 n’a porté plainte que contre les vendeurs et pas contre les égorgeurs?
    C’est parce qu’ils sont musulmans?
    C’est une forme d’immunité?

    1. Rapprochez-vous de L214 par le biais de son site internet et prenez connaissance de tout ce que fait cette association.

  5. On attend la condamnation d’Aymeric Caron.
    Ah, on me souffle dans l’oreillette qu’on peut toujours attendre, Aymeric faisant passer son allégeance à l’islamisme avant ses prétendues convictions animalité.

  6. Quand cette horreur prendra t elle fin?? Je souscris à 100% au commentaire ci dessous signé DI CLUZ.

  7. Il y a quarante ans à Dreux c’était déjà comme cela . La peau du mouton séchait sur le balcon , la baignoire avait servie au  » sacrifice  » et tout ça se passait dans un logement hlm raide de neuf . Peu après le FN a été élu à la mairie car la commune était … socialiste .

  8. Nos dirigeants de tous bord sont des inconscients ces musulmans sont en train de mettre la main sur notre pays .
    La vrai France va disparaitre .

  9. bah ils sont où les militants de L214, ah là on les entends moins et bizarrement c’est toujours à la même époque de l’année qu’ils doivent surement partir en vacances, ça c’est annuel, après le burkini c’est le hidjab, si elles veulent jouer au foot elles acceptent le règlement de lma fédération à laquelle ELLES veulent adhérer, on ne les oblige pas « puisqu’elles sont libres », après se sera au judo, où je me marre se sera en natation avec le hidjab, ensuite on aura la prière sur le terrain, on ne doit pas lier, je me demande si on comptera match perdu aux équipes qui refuseront de jouer contre les équipes hidjabées, y aura t-il acte de « racisme » si par inadvertence une joueuse adverse touche la « coiffure » de ces communautaristes, hidjab et abaya elles joueront en babouches aussi ?

  10. Et comment croyez-vous que sont abattus les animaux dans les abattoirs traditionnels?…Vidéos interdites…

Les commentaires sont fermés.