À Hyères, les dealers marseillais interdits de séjour… par arrêté préfectoral !

drogue

Hyères, ses 55.000 habitants dans le département du Var, ses palmiers, ses îles de rêve,  Porquerolles, Port-Cros et l'île du Levant, sa presqu'île de Giens. À première vue, un endroit paisible, très apprécié des touristes. Mais à première vue seulement car, derrière la carte postale, le trafic de stupéfiants prend de l’ampleur.

Spécialement dans le quartier du Val des Rougières où, depuis quelques semaines, la sécurité des habitants n’est plus assurée. Le 26 février dernier, quatre familles ont eu la désagréable surprise de trouver des balles à l’intérieur de leurs domiciles. Si on ne déplore heureusement que des dégâts matériels, ces personnes sont traumatisées. Elles ont demandé une réaction des pouvoirs publics.

Une réaction immédiate et ciblée…

Elles l’ont obtenue dès le lendemain. Un arrêté préfectoral a interdit « à tous les individus résidant dans les Bouches-du-Rhône et connus pour des antécédents judiciaires en matière de stupéfiants de circuler ou de stationner sur la voie publique sur la commune de Hyères sans motif légitime ». Il interdit, aussi, « dans ce même secteur, le transport, la possession et l’utilisation de toute arme de catégorie A, B, C et D sans motif légitime ». Ce n'est pas tout. Des « réquisitions permettant la multiplication des contrôles d’identité dans le secteur du Val des Rougières ainsi que l’ouverture des coffres des véhicules et la fouille des bagages » sont également possibles depuis ce jour.

Ces mesures radicales répondent à une situation devenue insoutenable localement. Dans son communiqué, la préfecture du Var précise qu’au cours des derniers mois, « de nombreux individus [...] ont été interpellés et incarcérés, et plusieurs saisies de stupéfiants et numéraires ont été effectuées (75 kilos de cannabis, 15 kilos de cocaïne, près de 200.000 euros en numéraire) »... dans le quartier du Val des Rougières. Les opérations menées ont « déstabilisé considérablement le trafic ». Résultat : « Des individus tentent désormais de prendre le contrôle du trafic. » L’objectif de « ces mesures d’entrave efficaces et proportionnées » est de « dissuader les narcotrafiquants de se rendre au Val des Rougières et d’empêcher ainsi toutes prises de contrôle du trafic ».

… mais insuffisante

Depuis plusieurs mois, la DZ Mafia et Yoda, les deux plus importants groupes de trafiquants de la cité phocéenne, tentent en effet de développer leur business à l’extérieur des murs de la deuxième ville de France. Les villes moyennes comme Nîmes, Arles ou Hyères sont aussi leurs cibles privilégiées. Le préfet du Var, Philippe Mahé, et le procureur de la République de Toulon, Samuel Finielz, semblent décidés à contrecarrer leurs plans.

Contacté par BV, Stéphane Rambaud, député (RN) de la troisième circonscription du Var et ancien commissaire de police, approuve ce dispositif musclé : « Toute mesure qui va dans le bon sens est bonne à prendre », dit-il. Mais il nuance : « Ce sont des mesures de bonne volonté. Malheureusement, ça ne peut pas être pérenne. Quand les forces supplémentaires seront retirées, ça va recommencer. Il faut renforcer les effectifs, les moyens et la réponse pénale. » Selon lui, « si les pouvoirs publics voulaient vraiment en finir avec la drogue, ce serait possible », mais ce n’est pas la priorité du gouvernement. Emmanuel Macron et les siens s’emparent plus volontiers de sujets non urgents (constitutionnalisation de l’IVG, Aya Nakamura tête d’affiche de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques…) que de ce qui gangrène réellement le pays. Allez savoir pourquoi.

Vos commentaires

23 commentaires

  1. Mort de rire !… ils sont au courant les dealers de cette information ?… Ils doivent se tordre si on leur a dit.
    Rien ne changera tant que les « clients » feront appel à eux, et même que la « guerre » va s’intensifier, car si la place est bonne, tout ce beau monde la veut !…

  2. « la DZ Mafia » Précision : cet acronyme signifie « El Djezaïr mafia », c’est-à-dire la mafia algérienne. Pourquoi se cacherait-elle?

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois