Médias : sur France Inter, on devise du RN… entre gauchistes !

langfr-800px-France_Inter_logo.svg

Mardi matin, quatre personnalités de gauche s'étaient donné rendez-vous sur France Inter pour parler politique. Le duo Léa Salamé-Nicolas Demorand recevait Aquilino Morelle, ancien conseiller de François Hollande, et Hervé Le Bras, directeur d’études à l’EHESS. Leur sujet de discussion : « la dynamique RN ».

« Les sondages se suivent et se ressemblent avec une avance de 8 à 10 points de Jordan Bardella sur la liste de la majorité », débute Nicolas Demorand, ancien directeur de Libération, invitant ses deux interlocuteurs à livrer leur analyse du phénomène. Rapidement, deux visions s’opposent : d’un côté, Aquilino Morelle, pour qui le RN est en passe de s’imposer dans les urnes ; de l’autre, Hervé Le Bras, selon lequel un plafond de verre empêche toujours le RN d’accéder au pouvoir. En revanche, tous s’accordent sur un point : la victoire de Marine Le Pen serait une calamité. Cette opinion ne fait pas débat, ni parmi les intervieweurs, ni parmi les interviewés. La question est uniquement de savoir si la « menace » est réelle et quels sont les moyens de s’en prémunir.

Peur sur les ondes

Pour Aquilino Morelle, l’heure est grave. « Marine Le Pen n’est pas encore aux portes du pouvoir, Dieu merci, mais elle toque au portail de l’Élysée ! » Celui qui reste traumatisé par le souvenir du 21 avril 2002 - « un jour de triste mémoire » - veut alerter l’opinion sur la gravité de la situation : « Marine Le Pen, au mois d’avril 2022, obtient 13.288.686 voix, c’est-à-dire 70 fois le score de son père en 1974 et trois fois le score du 21 avril 2002 ! » Très inquiet, le socialiste note que la tendance s’est encore accentuée lors des législatives, où « quelque chose s’est fissuré » : le sacro-saint front républicain « n’a plus fonctionné ». « Non seulement Marine Le Pen a réussi à obtenir 89 députés, mais elle a réussi la performance absolument inédite de quatre grands chelems, quatre départements où tous les députés sont RN ! » Il se trouve que d’autres départements, comme le 93, comptent 100 % de députés NUPES, mais les triomphes de l’extrême gauche n’inquiètent pas notre homme.

La parole est maintenant à Hervé Le Bras. « Est-ce que vous êtes aussi alarmiste que lui ? », interroge alors Nicolas Demorand, dévoilant au passage un biais idéologique. « Un peu moins… », affirme le démographe. Le RN progresse certes, mais aucune raison de s’inquiéter puisque, selon l’expert, la victoire du camp macroniste serait assurée par le « tripartisme » de notre système politique qui garantirait un fort report de voix vers le centre au second tour des élections. Ouf !

L’autre bonne nouvelle, pour Hervé Le Bras, c’est la perte de vitesse du RN dans les centres urbains. « On n’est pas dans un raz-de-marée, déclare-t-il, confiant. L’électorat péri-urbain, la première couronne autour de Paris ou Marseille, est un électorat qui a voté essentiellement Mélenchon. » Pour appuyer ses dires, le démographe n’hésite pas à évoquer le remplacement de population dont il a pourtant nié l’existence sa vie durant : « La position de Marine Le Pen est très bonne chez les ouvriers, mais les ouvriers, maintenant, c’est 20 % de la population, dont 15 % d’immigrés ! Donc, ce n’est plus une clientèle gigantesque. » CQFD. L’idéologue finira quand même par admettre un motif d’inquiétude : l’union des droites. « Le danger, il est là ! Le risque est une alliance avec ce qu’il reste de la droite. »

Face à ce sinistre tableau, les journalistes de France Inter n’en mènent pas large. « Aquilino Morelle, vous dites que les arguments moraux sur le RN du type "¡No pasarán!", "Vous êtes des fachos", ne marchent plus… Alors, quoi ? Qu’est-ce qui marche ? », s’inquiète Demorand, manifestement désireux de trouver une solution à l’inquiétante progression de Marine Le Pen. « Espérons qu’elle ne l’emporte pas, lui répond alors le socialiste. Faisons tout ce qu’il faut ! »

Herve Le Bras, lui, a une solution plus concrète : « N’oublions pas la gauche ! La gauche existe, mais elle est complètement éclatée et c’est le véritable problème qui se pose. » Comme à son habitude, le démographe n’est pas à une contradiction près. L’alliance des droites est une honte, mais celle des gauches est une absolue nécessité.

L’entre-soi méprisant du camp du Bien

La panique est ainsi de plus en plus palpable au sein d’une gauche en pleine déroute intellectuelle. Elle éclaire l’indécence d’une petite caste qui s’autorise à privatiser une antenne de service public à des fins politiques. Quand quatre gauchistes se réunissent pour évoquer avec effroi une possible victoire du RN, ils excluent du débat plus de 50 % des électeurs qui se disent prêts à voter pour Marine Le Pen au second tour de la présidentielle. Cet entre-soi est d’un mépris infini pour la majorité du peuple français. Il est aussi représentatif d’une absence totale de pluralisme qui subsiste en toute impunité. Allô, l’Arcom ?

Jean Kast
Jean Kast
Journaliste indépendant, culture et société

Vos commentaires

40 commentaires

  1. Est ce que Mr Gluksman, candidat pour les élections Européennes de juin 2024, est toujours en couple avec une journaliste de France Inter ? Auquel cas, l’ Arcom doit demander à la chroniqueuse de se retirer momentanément de l’ antenne. Ce fut le cas, par le passé avec Mr Borloo et sa compagne Mme Schonberg qui travaillait à FR 3. C news n’ a pas autant de complaisance voltairienne, actuellement.

  2. La gauche au pouvoir : voir les résultats catastrophiques de Mitterrand et Hollande, Petit bémol malgré tout ,Chirac, Sarkozy n’était pas mal non plus dans le domaine, mais sans discussion Monsieur en même temps les surpasse tous.

  3. Mr Morelle a peur de la droite ? pourquoi ? On a déjà eu la gauche au pouvoir et les français ont vu le désastre ! Ces gauchistes donneurs de leçons sur une radio publique cela devrait être interdit ! Que fait l’ARCOM ? et le conseil d’état ? Toujours deux poids deux mesures dans notre belle démocratie ……..à vomir !

  4. Pour avoir une meilleure idée de la question, il fallait inviter un responsable du RN mais alors l’entre-soi était perdu. Il manquait un « expert de l’extrême-droite » pour faire moins navrant.
    Je constate que d’une manière générale, il n’y a plus de débat sur les chaines subventionnées.

  5. le baratin de ces gens là m’ont fait basculer sur Sud Radio et C News, et je je m’en porte pas plus mal.

  6. Je crois qu’il vaut mieux les laisser ronronner entre eux… J’ai lu le livre de Morelle, il ne fait que des constats, sans apporter de solution… typique des gens de goooche !
    Nous, nous devrons trouver des solutions concrètes et assez rapides au remboursement de la dette laissée par 40 ans d’errements politiques économiques. Et ça, Timicron s’en fout, la goooche ne sera plus là… après moi, le déluge, pense – t – il … Ce sera le premier combat de Marine Le Pen, et nous avons intérêt à nommer un ministre de l’Economie et des Finances qui soit trapu en économie, et d’un ministre de la Fonction Publique bien assisté par un Ministre de l’Intérieur très ferme, pour réduire les grèves. Il faudra savoir utiliser l’Armée pour remplacer les conducteurs de trains et autobus divers… et puis surtout arrêter de distribuer les Haallocations familiales à n’importe qui. Il va y avoir du boulot !

    • « J’ai lu le livre de Morelle, il ne fait que des constats, sans apporter de solution… typique des gens de goooche ! » Effectivement la gauche ne sait que détruire, beaucoup plus facile et moins fatigant que de construire.

  7. Autrefois j’écoutais FRANCE INTER avec Annick BEAUCHAMPS – Jacques CHANCEL – Eve RUGGIERI – du pur bonheur. Il y a bien longtemps que j’ai déserté ce repaire de gauchistes !……. depuis je regarde C ‘NEWS….. j’adore !

  8. Macron ne sait que couvrir les privilégiés de la gauche woko-mondialiste destructrice de notre civilisation : les Soros Davos et autres GAFAM immigrationnistes de la pègre des banlieues , les absolutionnistes des racailles de type papiste ou morettiste, les gauchistes destructeurs de nos libertés… Et France Inter France Infi, France 2 TV, sont son micro permanent.

  9. Les gens qui votent RN n’écoutant pas France Inter, aucun ne pourra être converti par ses propos. Donc, ces gens, à force d’avoir confisqué l’antenne, ont exclu tous ceux qui ne pensaient pas comme eux, et n’ont donc plus aucun pouvoir pour élargir leur socle idéologique. C’est là qu’on voit qu’ils sont nettement moins intelligents qu’on ne croit.

    • En effet, par ailleurs, nous ne votons pas aux USA mais ils nous assomment avec sans cesse avec leur Trump qui a perdu, qui est au tribunal, qui s’est trompé, qui a confondu, etc etc. au point qu’ils semblent intimes avec le futur président sauf magouille électorale. ( Est-ce que la fameux Obama ne placerait pas madame dans l’affaire ?).

  10. Comme le dit maître Goldnadel France Inter c’est vraiment un « sevice » public. Payė par 100 % des Français mais au service de 30 %

  11. Le RN peut toujours toquer à la porte de l’élysée. Je ne lui donnerai plus jamais mon vote depuis sa collaboration effrontée à macron et ses envies criminelles, hier à Versailles.

    • Si le RN ne l’avait pas fait, il aurait perdu bien plus de voix que la votre, et cela n’aurait rien changé. Parfois, il faut savoir reculer pour mieux avancer ensuite.

  12. France inter chantre du pluralisme tiens donc Christophe Deloire devrait saisir le conseil d état
    Mais bien sûr que non il fait partie du système totalitaire de la pensée chère à la gauche qui a produit le communisme et le fascisme et qui par dessus le marché nous donne des leçon de morale et de tolérance en permanence
    C est trop fort n est ce pas !!!

  13. Gouverner c’est prévoir et si madame Le Pen gagne elle aura dû préalablement s’entourer d’économistes afin que le pays ne retombe pas dans les approximations de Hollande et de Macron, lequel en dépit de ses mandants n’agit
    qu’à l’impulsion.

    • Je répète encore que des gens comme Le Pen doivent former un gouvernement parallèle avec des gens prêts à exercer le pouvoir du jour au lendemain.

  14. Mais, comment se fait-il donc que nul ne saisisse le Conseil d’Etat ou l’ARCOM pour absence de diversité du débat sur le service public payé par nos impôts ? Inouï. Et scandaleux.

  15. A quand la diversité des opinions sur le service public ? Contrairement à CNews, le service public est financé par le con-tribuable spolié : est-ce normal que ce soit pour faire de la propagande ? Le financement de ces médias sectaires sera t’il pris en compte dans les frais de campagne des partis bobo islamo gôôchistes pour lesquels ils militent ? A quand une commission d’enquête parlementaire exigée par cette pléthore de bien-pensants qui vomissent leur haine sur tout ce qui ne pense pas comme eux ? Comment cela se fait-il que l’arcom n’ait pas encore sévi ? Peut-être que parce que s’il y avait amende, ce serait encore le con-tribuable qui paierait ? Bon, là je crois que je rêve ….

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois