est le ministre boulonné à son siège que l’on transporte d’un ministère à l’autre depuis 2012. Ancien combattant des attentats de 2015, socialiste à temps partiel, macronien par inadvertance, réclamé par le musée Grévin, l’inamovible politicien s’en vient au micro d’Europe 1 livrer sa version des événements tragiques récemment survenus. L’homme qui ne rit jamais affirme, impassible : « Je ne fais pas le lien entre terrorisme et . ». Il rigole peut-être, sous son masque ? La journaliste qui mène l’interview ne vérifie pas. Faute professionnelle.

Cette déclaration confirme officiellement ce que chacun redoutait : il n’y a aucun lien entre la et la réalité. La chose est désormais avérée. Après un long séjour au PS, l’homme ne voit plus le rapport entre le lait et le fromage, entre les nuages et la pluie, la pluie et les , etc. Anesthésié au réel, étanche au concret. Rien ne passe. Par suite d’un romantisme obsessionnel, l’événement est isolé de ses conséquences. La vérité arrangée façon paquet cadeau. À n’ouvrir sous aucun prétexte.

Interrogé sur le renforcement des contrôles aux frontières, Jean-Yves Le Drian estime, du bout des lèvres, qu’il faut peut-être les renforcer… Mais pour contrôler quoi ? Sur le sujet, l’Inamovible donne sa langue au chat. Les poissons ? Les vagues ? Oui, voilà. Surtout la deuxième.

Conformément à la ligne fixée par les tenants de l’idéologie du faux-semblant, Jean-Yves Le Drian se fait le perroquet de – elle-même marionnette de l’ÉElysée – et, toujours sans rire, désigne la cause de toutes ces horreurs : les réseaux sociaux. « Les messages de haine qui sont diffusés sur les plates-formes conduisent aux actions concrètes. » Dans un bureau de l’Élysée, la photocopieuse dédiée aux éléments de langage tourne à plein régime.

Mandaté sur l’affaire Grégory, le macronien eût dénoncé la nocivité des boîtes aux lettres. Sans service postal, pas de crime. C’est limpide.

« Entre la haine virale et la violence réelle, il n’y a qu’un pas », insiste l’insubmersible homme d’État. Entre les élucubrations d’un socialiste et la réalité, il n’y a qu’un océan à traverser. À la rame. Les dictons pleuvent sur l’antenne d’Europe 1. Malgré tout son professionnalisme, la journaliste ne parvient pas à placer le ministre face aux inepties qu’il énonce. L’homme de gauche croit-il en ce qu’il raconte ou arrange-t-il la réalité à des fins qu’il refuse d’avouer ? Réponse souhaitée hors réseaux sociaux. Papier-crayon, pigeons voyageurs, signaux de fumée, etc.

6 novembre 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Une adjointe écolo prend conscience qu’elle respire

Il est temps que théâtres et cinémas ouvrent leurs portes. …