On a gagné ! Une victoire en apothéose ! On pouvait espérer des incidents à l’occasion du rassemblement sollicité par , mais pas au point d’envahir le Capitole. Formidable discrédit sur tout le mouvement Trump et sur le président lui-même comme fauteur de troubles. Dommage que le vice-président se retranche dans sa neutralité habituelle : un impeachment aurait été superbe !

Le parcours est presque achevé, mais on a passé de mauvais moments. Tout avait pourtant bien commencé. Les médias de connivence avaient proclamé le vainqueur à toute vitesse, avec une célérité qui pouvait cependant éveiller des soupçons.

La Terre entière a suivi le mouvement dans l’allégresse, à part un Poutine plus circonspect. Cette annonce n’était que la confirmation d’une « vague bleue » prévue depuis quatre ans. Malheureusement, elle s’est révélée une petite marée et il a fallu mettre en place, dans certains États, des procédés inavouables : bourrage d’urnes, vote de défunts, intervention sur des logiciels… Qu’importe ! On n’allait pas abandonner la partie si près du but, nos soutiens n’auraient pas compris.

Ce qui était à craindre ne manqua pas de se produire : enquêtes d’avocats, dépositions sous serment, protestations de toutes parts. On a été au bord de l’invalidation. Heureusement, les procureurs et les juges sont craintifs et les républicains ont aussi peu de colonne vertébrale que la droite parlementaire en France.

Nous avons été bien aidés, mais il ne faudrait pas que certains bénévoles prennent trop d’importance. Surveillons les Chinois.

Il faut, désormais, éviter qu’on vienne souffler sur les braises : à défaut d’impeachment, une enquête sur la fiscalité des affaires de Trump au lendemain de la passation de pouvoir serait bienvenue pour calmer les ardeurs et achever la lapidation médiatique du président sortant.

Par ailleurs, le nombre très important de nos compatriotes qui avaient mal voté reste préoccupant. Comme nous avons la majorité au Congrès, il faudrait voter des dispositions pour contenir la dissidence. Un petit pays – la France – a récemment développé un arsenal de mesures dont nous pourrions utilement nous inspirer.

Comme l’a dit le president-elect, l’Amérique va pouvoir enfin guider le monde. Mission accomplie : avec Biden comme marchepied, Harris a les meilleures chances d’être la première femme président des États-Désunis.

Halleluja, halleluja, Amen, Awomen.

10 janvier 2021

À lire aussi

La deuxième chute de Sainte-Sophie

Encore un bégaiement de l’Histoire ! …